Manifestation étudiante: aucune accusation criminelle ne sera portée contre matricule 728

La policière Stéfanie Trudeau, vers 22h30, le 20 mai 2012, s’apprête à poivrer une série de citoyens qu’elle juge dérangeants et la scène, virale dès le lendemain sur les réseaux sociaux, la tire de l’anonymat.   
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir La policière Stéfanie Trudeau, vers 22h30, le 20 mai 2012, s’apprête à poivrer une série de citoyens qu’elle juge dérangeants et la scène, virale dès le lendemain sur les réseaux sociaux, la tire de l’anonymat.   
Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a indiqué mercredi que la preuve vidéo recueillie sur les lieux de l'intervention policière, le 20 mai 2012, est insuffisante pour justifier des poursuites criminelles contre l'agente. Il ne s'agit pas de l'arrestation musclée d'un citoyen dans un immeuble de l’avenue Papineau, en octobre 2012.

«La preuve soumise et analysée est constituée notamment de ce segment vidéo qui ne permet pas d'apprécier l'intégralité de l'évènement et son contexte. Toutefois, mentionnons que 27 déclarations de témoins ont été recueillies et qu'elles démontraient le caractère hargneux et violent de la manifestation. Celle-ci avait été déclarée illégale et l'intervention policière visait une dispersion fluide de manifestants hostiles et la création d'une zone sécuritaire», indique le DPCP.

«Compte tenu de cette preuve, le DPCP est d'avis que cette intervention ne dépassait pas les limites établies par l'article 25 du Code criminel et la jurisprudence relatives à l'emploi de la force nécessaire par un agent de la paix chargé de l'application de la loi», poursuit le communiqué.



 
28 commentaires
  • Lise St-Laurent - Inscrite 21 août 2013 14 h 06

    Merveilleux!

    Même blanchie, où sera sa crédibilité si elle reprend du service? Après tout ce qui été vu et entendu sur cette policière, comment pourrait-elle réintégrer les rangs? Sera-t-elle respectée, même si la justice est de son bord? J'en reviens pas et je ne devrais pas être étonnée. Y-a-t-il deux justices?

    • Jacques Roussel - Inscrit 21 août 2013 15 h 08

      Vont lui trouver une place dans les bureaux et lui confier une tâche pseudo-administrative en attendant sa retraite. Une tablette !

    • Pier-Paul Micheletti - Inscrit 21 août 2013 15 h 24

      Autant que cette personne me répugne, je dois répondre oui il y a deux justice, celle où les policiers font leur travail et les gens respectent les ordres d'évacuation au lieu de jouer les martyrs et celle imaginé par les contestataire que les lois ne les concernent pas car ils sont juste (comme dans 5150 des ormes) et sont récipiendaires de la vrai vertue. Heureusement, la vrai justice n'est basée sur des vidéos facebook de 30 secondes...

      Par contre, je suis pas mal sur qu'elle sera réprimandée pour l'intervention et ses propos du mois d'octobre.

    • François Dugal - Inscrit 21 août 2013 17 h 03

      «Y a-t-il deux justices?»
      Affirmatif, mon commandant!

    • Sylvain Auclair - Abonné 22 août 2013 13 h 27

      Monsieur Micheletti,
      Deux remarques. Ce n'est pas parce qu'un policier donne un ordre que cet ordre est automatiquement légal, et encore moins légitime; un policier peut abuser de son autorité. Et on sait ce que ce Mme Trudeau pensait des manifestants.

      2. Même si une manif est illégale, ça ne donne pas le droit de gazer une personne à terre, une personne qui, d'ailleurs, ne participait même pas à la manif, semble-t-il.

  • Michel Bouchard - Inscrit 21 août 2013 14 h 12

    Espèrons qu'il y ait des accusations portées contre elle

    Espèrons qu'il y ait des accusations portées contre elle pour l'arrestation d'octobre 2012 avec les nombreuses preuves qui ont circulées dans les médias et sur Internet.

  • Richard Laroche - Inscrit 21 août 2013 14 h 47

    Le DPCP: un pseudo-juge sans crédibilité

    Le gouvernement nomme le DPCP, sur la recommandation du ministre de la Justice, parmi les avocats ayant exercé leur profession pendant au moins 10 ans. La personne recommandée doit être choisie dans la liste des personnes qui ont été déclarées aptes à exercer la charge par le comité de sélection (qui?) formé (par qui?) pour la circonstance.

    Selon l'Association des procureurs aux poursuites criminelles et pénales, moins d'un procureur sur cinq croit que la création du Directeur des poursuites criminelles et pénales a augmenté l'indépendance de la Couronne face à la branche politique du gouvernement.

    Témoignages de procureurs:
    « À mon avis, le plus gros problème à la couronne est la gestion. Certains de nos gestionnaires sont carrément incompétents.»
    «On ne nous informe pas vraiment...On apprend plein de choses par la bande ou par des collègues... Cela mine beaucoup l'atmosphère du bureau»

    http://www.appcp.ca/index.php/site/details_actuali

  • Simon Chamberland - Inscrit 21 août 2013 15 h 07

    Pas de surprise

    Malheureusement !

    Les procureurs et les policiers se protègent entre eux.

  • Emmanuel Lapointe - Inscrit 21 août 2013 15 h 08

    Good

    Pour les autres choses qu'elle à fait ( hors-manifestations ) exemple : Le gars dans l'escalier qu'elle étranglais presque, je suis d'accord qu'il doit y avoir quelques accusations, par contre, pour cet épisode de manifestants, aucunement, elle avais un boulot à faire et elle la fait, point barre. Faut que les gens arrête de se pensée maître devant la police.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 21 août 2013 16 h 17

      C'est vrai, il faudrait prendre notre trou pour que la police puisse continuer à faire preuve d'arbitraire. Les non policiers ne sont que des citoyens de seconde zone, après tout...

    • Simon Chamberland - Inscrit 21 août 2013 22 h 22

      On poivre et on re-poivre juste pour se défouler. Génial.