«Matricule 728» - Trois citoyens encore sous le choc

Rudy Occhietti et Serge Lavoie, qui affirment avoir mis du temps avant de dénoncer l’agente Stéfanie Trudeau : à la suite de leur arrestation et la confiscation de leur matériel, le SPVM avait toutes les cartes en main pour retirer la policière de la circulation, pensaient-ils. Simon Pagé n’a pas voulu être photographié.
Photo: - Le Devoir Rudy Occhietti et Serge Lavoie, qui affirment avoir mis du temps avant de dénoncer l’agente Stéfanie Trudeau : à la suite de leur arrestation et la confiscation de leur matériel, le SPVM avait toutes les cartes en main pour retirer la policière de la circulation, pensaient-ils. Simon Pagé n’a pas voulu être photographié.

Les trois hommes encaissent encore le choc de leur arrestation brutale par Mme Trudeau, le 2 octobre dernier dans le Plateau. « C’est comme si on avait été violé. Et c’est nous autres les coupables », confie Rudy Occhietti, 46ans, rencontré dans le repaire officiel des « gratteux de guitare », rue Papineau.

Deux des trois artistes se sont rendus au centre opérationnel nord du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour leur identification formelle et la prise d’empreintes digitales, vendredi en fin de journée. Jusqu’à preuve du contraire, Occhietti, Lavoie et Pagé sont passibles d’accusations d’entrave et de voies de faits sur Stéfanie Trudeau. Des accusations supplémentaires d’intimidation planent aussi sur Serge Lavoie et Simon Pagé, sous prétexte qu’ils auraient insulté la policière.

L’enquête disciplinaire sur Stéfanie Trudeau prend aussi une nouvelle tournure, et elle sera élargie sur ses 18 ans de carrière. Des citoyens qui n’avaient jamais porté plainte sortent de l’ombre pour faire part de leurs démêlés avec la policière, qui n’en était pas à ses premiers écarts de langage et soubresauts d’agressivité. « On ne sait pas combien de fois elle a agi de cette façon et on est pris avec ça, dit une source au sein du SPVM. Les gens ont beaucoup de difficultés à aller en déontologie parce que c’est trop compliqué. »

 

À bout de nerfs

Serge Lavoie est « à bout de nerfs ». « On est fatigué. Ça fait une semaine qu’on fait ça », lance le musicien de 49 ans. Son père, un retraité de la police de Montréal après 29ans de service, est venu le réconforter. « Depuis que j’ai vu ça, ça ne me tente plus de dire que j’ai été dans la police », affirme Marcel Lavoie.

Des trois rescapés, Simon Pagé semble le plus affecté. Il est resté dans la pénombre à naviguer sur les réseaux sociaux pendant la majeure partie de l’entretien. Il a constaté avec chagrin et désarroi la déferle numérique de hargne et de mépris à l’égard de Stéfanie Trudeau. « Matricule 728 » fait maintenant l’objet d’une surveillance policière et elle bénéficie d’un soutien psychologique, résultat de la propagation virale des images accablantes de sa deuxième intervention bâclée en moins de six mois. Un professeur de Terrebonne a publié son adresse et un groupe Facebook s’est constitué pour réclamer son assassinat. Le SPVM enquête sur ces deux incidents.

« J’aurais le goût de la serrer dans mes bras maintenant, cette fille-là. Elle va devenir la plus grande victime dans notre dossier », lance Simon Pagé dans un cri du coeur.

Syndrome de Stockholm ? Les trois comparses traitent seulement Mme Trudeau comme ils auraient voulu être traités : avec respect.

 

Abus en série

Rudy Occhietti et Serge Lavoie ont mis du temps avant de dénoncer publiquement Stéfanie Trudeau.

À la suite de leur arrestation et la confiscation de leur matériel, le SPVM avait toutes les cartes en main pour retirer la policière de la circulation, pensaient-ils naïvement. Dans les jours suivants, ils l’ont vu en patrouille dans les rues du Plateau. « On a fait dans nos culottes. On avait peur de sortir, on ne savait plus quoi faire », avoue M.Occhietti.

La pression des amis et le poids des images qu’ils détenaient leur ont procuré un surplus de courage. « J’ai l’impression qu’on a fait notre devoir. On veut que la police et les citoyens se rendent compte qu’il y a d’autres façons de policer notre quotidien », enchaîne-t-il.

Le film des événements rejoue dans sa tête pendant qu’il s’exprime. Tel un accidenté de la route qui n’arrive plus à se souvenir s’il a fait un ou dix tonneaux avant de se réveiller à l’hôpital, Rudy Occhietti recompose la scène dans son théâtre intérieur.

Entre le moment où l’agente Trudeau l’accoste parce qu’il a une bière à la main au pied de son local de pratique et celui où elle le plaque au sol pour lui passer les menottes, il s’écoule « cinq ou dix secondes », estime-t-il. « Et elle a eu le temps de me demander mon permis de conduire, mes papiers d’assurance, de me dire que je refusais de m’identifier et que je résistais à mon arrestation. Elle m’a garroché des questions par la tête tout en commençant à me malmener », dit-il.

Il n’y a aucune image de ces premières secondes déterminantes pour la suite de l’intervention. Mais l’avocat des trois artistes, Denis Poitras, en a assez vu et entendu pour tirer ses propres conclusions. Stéfanie Trudeau « a fabriqué de fausses accusations, ce qui est un méfait, un acte criminel ». « Il y a assez d’abus dans ce dossier comme ça. Pas besoin de refaire d’autres abus en les accusant », lance-t-il.

 

L’oubliée

La rapidité avec laquelle la conversation dégénère en confrontation est l’un des multiples points de contention dans cette affaire.

À la lumière des images filmées par un quidam (voir vidéo plus bas), de sérieuses interrogations pèsent aussi sur l’arrestation de Karen Molina.


Mme Molina marchait dans la rue Papineau au moment de l’arrestation de Serge Lavoie. Alertée par les cris et le comportement rageur de Stéfanie Trudeau, elle s’est mise à la filmer, pendant qu’un certain Kyle la filmait. On entend clairement la policière lui dire : « Madame, vous vous en allez maintenant » et « Dégage ! ».

Jamais Mme Molina ne s’approche à moins de trois mètres de la policière. Outrée par la scène, elle passe à l’action. « Je vais appeler la police. Elle n’a pas le droit de faire ça », dit-elle. Son sens du devoir civique lui vaut maintenant une accusation d’entrave.

Francis Dupuis-Déri n’exige rien de moins qu’un arrêt des procédures contre les quatre civils. Selon le professeur en sciences politiques de l’UQAM, cette affaire prouve la nécessité d’une enquête publique sur la conduite des policiers durant le conflit étudiant. Des indices laissent croire que « l’agente 728 agit dans un environnement au mieux indifférent, au pire complice face à ses préjugés et sa manière d’intervenir », écrit-il.

« Qu’elle ait pu s’exprimer ainsi devant ses collègues et sur les ondes radio du SPVM révèle qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé et que sespropos en apparence inacceptables sont, en fait, acceptés par ses collègues. Il s’agit d’un problème collectif au sein de la police. »



***

Démission demandée

Quelques dizaines de personnes réclamant la démission de la policière Stéfanie Trudeau ont manifesté, vendredi soir.

Estimant que le comportement de la désormais célèbre « matricule 728 » est symptomatique d’un problème réel au sein des forces de l’ordre, les manifestants disaient dénoncer la brutalité policière dans son ensemble.

Après un départ de la place Émilie-Gamelin, la marche s’est arrêtée brièvement devant le quartier général du SPVM avant de se poursuivre, pacifique.

La protestation se déroulait sans anicroche au moment de mettre sous presse.

À voir en vidéo