Le SPVM suspend l'agente 728

La constable 728 était devenue une star sur YouTube, en mai dernier, pour avoir violemment poivré des manifestants.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir La constable 728 était devenue une star sur YouTube, en mai dernier, pour avoir violemment poivré des manifestants.
Cette fois-ci, elle est impliquée dans une arrestation musclée de deux artistes, rue Papineau à Montréal. Selon le reportage de Radio-Canada, l’un des hommes avait une bière à la main alors qu’il se trouvait dans la rue, ouvrant la porte de son studio à son ami. La policière lui aurait alors demandé ses papiers. Ce dernier l’a questionnée sur ses motifs, ce qui a mis le feu aux poudres. Sur les images, filmées par un cellulaire accidentellement activé par la policière qui l’avait saisi, on peut la voir étrangler un homme dans les escaliers. Une fois dans son véhicule, on peut l’entendre insulter les résidants : «Pendant ce temps-là, toute les rats qui étaient en haut dans… les gratteux de guitares, c’toute des osties de carrés rouges là, toute des artistes, astie de, de, en tout cas, des mangeux de marde, fait que là y sont comme toute commencé à sortir de l’appartement, tsé.»

À la suite de la diffusion de ce reportage, le porte-parole du SPVM, Ian Lafrenière, a soutenu que des mesures disciplinaires avaient été prises et qu’une enquête interne avait été demandée. «C’est à ce point préoccupant qu’on a décidé, à partir de maintenant, que cette policière sera retirée des opérations et qu’elle ne sera plus en lien avec la population.»
36 commentaires
  • Pierre Germain - Inscrit 10 octobre 2012 20 h 12

    Affolant!

    La grande question est: s'il n'était de cet enregistrement, 728 aurait-elle été suspendue ou le SPVM aurait-il, encore une fois, fermé les yeux et, même, "étiré" la pseudo-preuve pour faire condamner ce pauvre bougre musicien?

    Si 728 tient de tels propos à son supérieur sans craintes de représailles, c'est bien le signe que ce genre de mentalité est tolérér, voire encouragée, au SPVM.

    C'est affolant. Nous glissons vers un état policier.

    • Jean Fournelle - Inscrit 11 octobre 2012 11 h 06

      Marc Tremblay: les germes de l'état policier ont été semés au printemps dernier, par une stratégie politique basée sur la division sociale et la répression de la dissidence. De nombreux indices le laissent entendre (notament une loi spéciale qui accorde aux policiers certains pouvoirs qui relèvent du judicaire) et de nombreux commentateurs très mesurés dans leurs propos ont dit la même chose que moi.

      Si l'ancien gouvernement avait été réélu directement grâce à la peur d'une partie vieilissante de la population et à sa thématique de «la loi et l'ordre», et que les policiers avaient continué à plus-ou-moins fermer les yeux sur les allégations de corruption des pouvoirs politiques, en s'arrogeant de plus en plus de pouvoirs et de libertés en échange, ces semences auraient très certainement germés. Il aurait encore été temps de les écraser, mais après deux ou trois élections sur le même thème, un effet boule-de-neige et une génération... qui sait? Les choses vont vite lorsqu'on est sur une pente glissante.

  • Marie-Josée Latour - Inscrite 10 octobre 2012 20 h 23

    Le SPVM n'avait pas été informé?

    Comment le SPVM peut-il prétendre ne pas avoir été informé de l'événement avant aujourd'hui alors que la conversation qui aurait mené à la suspension de Mme 728 se tenait avec son «supérieur»? Que faisait le supérieur en question? N'écoutait-il pas ce qu'elle lui disait?
    Je précise que cette conversation «aurait mené à la suspension» parce qu'il apparaît évident que c'est la médiatisation de l'événement qui a mené à une suspension, et non l'événement lui-même!

  • Solange Bolduc - Inscrite 10 octobre 2012 20 h 25

    Horrifiée !

    Je suis complètement horrifiée par l'abus de pouvoir de cette policière qui a complètement évaqué la dignité humaine ! En a-t-elle pour elle-même ? Bien sûr que non!

  • Martin Gagnon - Inscrit 10 octobre 2012 20 h 33

    Une de plus en moins

    -police partout justice nulle part-

  • Gaston Fringon - Inscrit 10 octobre 2012 20 h 34

    Motifs

    Pourquoi cette personne exerce-t-elle ce métier? Quels sont ses motivations profondes?

    Je crois que cette personne a besoin de faire un peu d'introspection, voire même suivre une psychothérapie.