Conflit étudiant - Un collectif d’enseignants exige une enquête publique sur le travail policier

Un collectif de professeurs et de chargés de cours demande la tenue d’une enquête publique sur les agissements policiers durant le conflit étudiant.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Un collectif de professeurs et de chargés de cours demande la tenue d’une enquête publique sur les agissements policiers durant le conflit étudiant.

Un collectif de 131 professeurs et chargés de cours, pour la plupart témoins directs de gestes de brutalité policière lors du conflit étudiant, demande à la première ministre Pauline Marois d’instituer une enquête publique et indépendance sur la conduite des forces policières.


L’initiative vient de Francis Dupuis-Déri, dont Le Devoir publie la lettre en page Idées. Le professeur en science politique à l’UQAM a recensé 3387 arrestations entre le 16 février et le 3 septembre.


À titre de comparaison, quelque 1200 personnes avaient été arrêtées en marge des manifestations contre les sommets du G8 et du G20, à Toronto, un événement qualifié de « plus grande arrestation de masse » de l’histoire du Canada dans la presse anglophone.


« Nous avons été témoins de la plus grande vague de répression policière dans l’histoire du Québec », en déduit M.Dupuis-Déri.


« La grève est finie, c’est logique de demander un bilan. Nous avons changé de gouvernement, il y a donc un espoir d’obtenir une réponse positive », enchaîne-t-il.


La démarche est appuyée par 114 professeurs et 17 chargés de cours. M. Dupuis-Déri ne précise par la nature de la commission d’enquête recherchée, si ce n’est qu’elle doit être publique, indépendante et dotée des pouvoirs de contraindre les témoins (lire les policiers) à fournir leur version des événements.


La lettre fait état de plusieurs interrogations des professeurs et chargés de cours. Comment expliquer les arrestations de masse, une pratique dénoncée par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU ?


Comment expliquer les interventions arbitraires et brutales des policiers dans des manifestations pacifiques ? Comment expliquer l’interpellation de nombreux citoyens, sans raison autre que le port du carré rouge ? « Nous sommes très nombreux à trouver qu’il s’est passé quelque chose d’important », explique M.Dupuis-Déri, qui a pris part à plus d’une centaine de manifestations.


« Nous avons besoin d’un moment de réflexion collective sur la conduite des corps policiers », ajoute-t-il.


En Ontario, plusieurs organismes ont enquêté sur la brutalité policière et les arrestations abusives au lendemain des sommets du G8 et du G20. Le Comité permanent de la sécurité publique et nationale de la Chambre des communes, l’ombudsman de l’Ontario et le Bureau du directeur indépendant de l’examen de la police se sont notamment penchés sur la question.


La police de Toronto a fait son examen de conscience, reconnaissant que les arrestations de masse posaient problème.


Au Québec, le gouvernement libéral a fait peu de cas des critiques. « Plutôt que d’appeler les policiers au calme et à la retenue, plusieurs membres du Conseil des ministres, y compris le premier ministre Jean Charest, ont dénoncé de manière unilatérale la “ violence ” et l’“ intimidation ” des étudiants, tout en félicitant les policiers pour l’excellence de leur travail, même après des interventions ayant entraîné des blessures très graves », déplore Francis Dupuis-Déri.


Amnistie internationale et la Ligue des droits et libertés ont déjà exigé une enquête publique sur la conduite des policiers durant le conflit. La Ligue a lancé une pétition, signée à ce jour par plus de 11 000 personnes.


Le changement de régime à Québec risque d’entraîner une recrudescence des demandes d’enquête.

À voir en vidéo