L'avocat de Zundel demande au juge Pierre Blais de se récuser

Toronto - L'avocat d'Ernst Zundel a demandé hier au juge Pierre Blais, de la Cour fédérale, qui préside à l'audience en révision des conditions de détention du négationniste, de se récuser. Il soutient que le magistrat a un parti pris contre son client.

Doug Christie a accusé le juge Blais de «harceler le témoin et de l'accuser de mentir» et de manifester ouvertement de «l'hostilité» envers son client. Il a ajouté — respectueusement — qu'il y avait «appréhension raisonnable de parti pris».

Le juge Blais, qui avait déclaré, la veille, ne pas croire à une grande partie du témoignage d'Ernst Zundel au sujet d'un site Internet controversé, que Zundel dit être géré par sa femme, a écouté attentivement les arguments de Me Christie. Après avoir pris une pause pour décider s'il devait continuer l'audience, il a décidé d'aller de l'avant.

«Je pense qu'il est plus approprié de poursuivre», a dit le juge, même si l'avocat du gouvernement fédéral, Donald MacIntosh, avait demandé le report de l'audience. Le magistrat a indiqué qu'il mettrait sa décision en délibéré sur l'allégation de parti pris, ajoutant qu'il attendrait les transcriptions des procédures de mardi pour évaluer la situation.

En isolement

L'audience d'Ernst Zundel, qui a repris lundi après une pause de deux mois, se poursuivra en septembre. Zundel demeurera en isolement dans un centre de détention de Toronto jusqu'à ce moment-là.

Cependant, son avocat a fait savoir qu'il pourrait ne pas pouvoir continuer à défendre Zundel, sa femme ayant récemment appris qu'elle avait un cancer.

Au cours d'un contre-interrogatoire, hier, Me MacIntosh s'est attardé à la question de savoir si Zundel était associé à des extrémistes de droite bien connus.

Zundel, qui est âgé de 64 ans, a nié connaître personnellement la plupart d'entre eux, ou encore il a dit ne pas pouvoir se rappeler les détails de leurs activités.

Le site Internet d'Ernst Zundel a fait l'objet d'une décision de la Commission canadienne des droits de la personne, en 2000, ordonnant le retrait du matériel antisémite qui s'y trouvait. Zundel s'est enfui aux États-Unis peu avant que la décision ne soit rendue.

Zundel, qui nie l'existence de l'Holocauste, est détenu depuis février, après avoir été expulsé du Tennessee pour avoir enfreint les règlements américains en matière d'immigration. Il demande d'être libéré en attendant l'issue de la révision de l'attestation de sécurité qui lui a été imposée par le gouvernement fédéral, plus tôt cette année, sur la foi d'informations du Service canadien du renseignement de sécurité, qui estime qu'il constitue une menace pour la sécurité nationale.

À voir en vidéo