Meurtre de Nancy Michaud - Francis Proulx condamné à la prison à perpétuité

Daniel Casgrain, le mari de la victime, dit qu’il ne pourra jamais pardonner à Francis Proulx et à sa famille.
Photo: La Presse canadienne (photo) Daniel Casgrain, le mari de la victime, dit qu’il ne pourra jamais pardonner à Francis Proulx et à sa famille.

Québec — Francis Proulx est demeuré impassible, hier, lorsqu'un jury l'a reconnu coupable du meurtre prémédité de l'attachée politique Nancy Michaud, après moins de deux jours de délibérations.

Les jurés n'ont pas cru la défense de l'homme de 30 ans qui soutenait que des troubles mentaux le rendaient criminellement non responsable du meurtre, commis il y a un an dans la petite municipalité de Rivière-Ouelle, à l'est de Québec.

Aux premiers rangs dans la salle d'audience, le mari de la victime, Daniel Casgrain, n'a pu s'empêcher d'applaudir et de se lever en entendant le verdict, rendu par les neuf femmes et trois hommes qui avaient commencé à délibérer mardi.

Debout derrière les épaisses baies vitrées du box des accusés, Proulx n'a pas bronché à cette annonce. Il est demeuré tout aussi impassible quand le juge Jacques Lévesque lui a déclaré que la décision du jury le condamnait automatiquement à une peine de prison à perpétuité.

Au magistrat qui lui demandait s'il avait quelque chose à déclarer, Proulx a répondu par la négative. Encadré par des agents, il a ensuite pris le chemin des cellules, au terme d'un procès qui s'est étalé sur plus de deux mois.

Malgré le fait que le juge Lévesque les avait prévenus de la difficulté de leur tâche, une seule journée complète de délibérations aura suffi aux jurés pour retenir la thèse de la Couronne et choisir le verdict de meurtre prémédité, le plus sévère des quatre qui leur avaient été soumis.

À l'extérieur du tribunal, au milieu d'une meute de journalistes, M. Casgrain a déclaré qu'il était satisfait du verdict à l'égard de Proulx, qui devra purger 25 ans de prison avant d'avoir la possibilité de faire une demande de libération conditionnelle.

«Il mérite plus que ça, mais on a la peine maximale, a-t-il dit. On est vraiment contents.»

M. Casgrain a cependant dit qu'il ne pourra pas «tourner la page» sur le geste de Proulx, qui a tué la femme de 37 ans après s'être introduit à la nuit tombée dans sa résidence, où elle dormait avec ses deux enfants pendant que son mari était au travail.

M. Casgrain, qui habite toujours dans la municipalité de 1200 habitants, dans le Bas-Saint-Laurent, a affirmé qu'il ne pourra jamais pardonner à Proulx ni à sa famille.

«J'ai beaucoup de rage en dedans de moi, a-t-il dit. Je ne pourrai jamais leur pardonner.»

Dans un communiqué qu'il a lu à haute voix, dans le hall du palais de justice, M. Casgrain a affirmé que sa vie était «anéantie» depuis la mort de Nancy Michaud, qui était l'attachée politique du ministre des Ressources naturelles, Claude Béchard.