Décès du philosophe français Daniel Lindenberg, pourfendeur des «nouveaux réactionnaires»

Son livre sur les «nouveaux réactionnaires» avait suscité de vives polémiques lors de sa parution, en 2002.
Photo: Jean-Pierre Muller Archives Agence France-Presse Son livre sur les «nouveaux réactionnaires» avait suscité de vives polémiques lors de sa parution, en 2002.

Daniel Lindenberg, historien des idées et philosophe, auteur d’un livre sur les « nouveaux réactionnaires » qui avait suscité de vives polémiques, est décédé vendredi à Paris à l’âge de 77 ans, a appris l’AFP auprès de sa famille.

Cet ouvrage intitulé Le rappel à l’ordre : enquête sur les nouveaux réactionnaires, paru en 2002, fustigeait des intellectuels comme Alain Finkielkraut, Pierre-André Taguieff ou Marcel Gauchet.

Pour lui, les nouveaux réactionnaires sont d’anciens « progressistes ou hommes d’utopie », qui se sont mis à penser que « c’était mieux avant » et qu’il fallait « se tourner vers le passé pour trouver les solutions ». « Ces personnalités s’attaquent à une certaine vision de Mai 68 », qu’ils réduisent à « une caricature », avait-il expliqué en 2002.

Daniel Lindenberg n’avait pas apprécié la violence des polémiques déclenchées par son livre, expliquant avoir été « insulté » et « traîné dans la boue ».

Né le 22 octobre 1940, Daniel Lindenberg, qui est mort d’un cancer, était professeur émérite de science politique et membre du comité de rédaction de la revue Esprit.

« C’était un intellectuel très impliqué, un homme libre, venu du marxisme », a réagi Olivier Mongin, directeur de cette publication.

Arborant une moustache et des lunettes rectangulaires, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Le Marxisme introuvable (1975) « qui a participé d’une relecture de la place du marxisme dans les idées politiques en France », souligne la revue Esprit.

Daniel Lindenberg a consacré de nombreuses études aux interférences et aux croisements entre visions religieuses et idées politiques (Destins marranes, L’identité juive en question).

Il a raconté son propre parcours intellectuel dans Choses vues. Une éducation politique autour de 68, paru en 2008.

Il avait publié en 2013 le livre Y a-t-il un parti intellectuel en France ?.