cache information close 

Le synode reconnaît des valeurs positives au mariage civil

Cité du Vatican — Un premier résumé des travaux du synode des évêques sur la famille reconnaissait lundi des « valeurs positives » au mariage civil et donnait une appréciation plus bienveillante des unions de fait stables, y compris homosexuelles.

Présenté lundi par le rapporteur général, le cardinal de Budapest, Peter Erdö, alors que le synode entrait dans sa seconde semaine, ce rapport synthétise en dix pages près de 200 interventions. Il servira de base à un document final qui sera soumis au vote en fin de semaine, après plusieurs jours en groupes de travail restreints.

Provisoire, ce texte a suscité aussitôt une avalanche de réactions, parmi lesquelles un certain nombre de désaccords, lors d’un débat très animé lundi. Certains cardinaux, d’Afrique notamment, ont réagi sur les paragraphes concernant les homosexuels de manière critique, a-t-on indiqué de bonnes sources.

« Le drame continue », a ironisé ensuite dans une conférence de presse le cardinal de Manille, Luis Antonio Tagle, saluant au passage « le groupe de héros » qui a réussi à synthétiser des interventions variées.

« Envisager des solutions uniques ou s’inspirant de la logique du tout ou rien n’est pas signe de sagesse », a souligné ce rapport d’étape qui doit être amendé.

Mentalité « pragmatique »

Mgr Bruno Forte, secrétaire spécial du synode, a résumé la mentalité « pragmatique » qui domine : « Au lieu de proférer des oui-oui et des non-non, des jugements, il s’agit de comprendre dans leur complexité les réalités des familles. »

Le document a insisté sur l’accueil, sur la nécessité d’un chemin « graduel » pour permettre à ceux qui ne sont pas en règle avec le dogme de se rapprocher de l’Église, sur la « conversion du langage » de l’Église, qui ne doit pas se contenter de « présenter des règles ». L’absence de consensus sur l’accès à la communion des divorcés remariés, principale pomme de discorde, y est reconnue.

Le texte insiste beaucoup sur la nécessité de mieux présenter le mariage catholique, afin qu’il ne soit plus considéré « comme une tradition culturelle ou une exigence sociale ». Il doit devenir « une décision vocationnelle », affirme ce texte où l’on retrouve des inspirations du pape François.

Parallèlement, le mariage civil et la cohabitation sérieuse se trouvent réévalués : « Une nouvelle sensibilité » de l’Église cherche à « comprendre la réalité positive des mariages civils, et, compte tenu des différences, des concubinages ».

Relevant que, pour beaucoup, « se marier est un luxe », et que des unions de fait se nouent souvent dans « l’attente d’une sécurité existentielle », le synode relève dans nombre de celles-ci « des valeurs familiales authentiques ».

 

Homosexualité

Un ton nouveau est aussi observé envers les homosexuels, qui « ont des dons et des qualités à offrir à la communauté chrétienne ».

Le cardinal Erdö a souligné ensuite que cela signifiait que « l’identité d’une personne n’était pas déterminée principalement par sa tendance sexuelle ». Le texte en effet ne propose pas de modifier la doctrine condamnant l’acte homosexuel, et une unanimité existe pour réserver le terme de « mariage » à l’union d’un homme et d’une femme.

Mais, de façon nouvelle, et « sans nier les problématiques morales liées aux unions homosexuelles », il prend acte notamment « de cas où le soutien réciproque jusqu’au sacrifice constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires ».

2 commentaires
  • Jean Leroux - Inscrit 14 octobre 2014 08 h 25

    Enfin, de l'air frais au sein de l'Église

    J'ose espérer que le Synode et les décisions à prendre dans la prochaine année apporteront un bel air frais dans l'Église qui, comme le dit si bien le Pape François, doit arrêter de (pré)juger et se montrer ouverte à l'expérience de vie réelle des gens qui l'enrichissent. Je ne peux que souhaiter au Pape tout le courage, la protection et la détermination dont il a été capable à date. Ce sera difficile parce que les conservateurs intransigeants sont nombreux chez les clercs, même ici au Canada.

  • Jacques Pruneau - Inscrit 14 octobre 2014 10 h 53

    Quelle sacrée bande!

    Ces haut-fonctionnaires de la Corporation Céleste sont toujours aussi hypocrites! Deux mille ans de tortures et d'obscurantisme, de pédophilie à vômir et voila que le changeur de couches du dictateur Argentin se prend pour un héros "nouvelle formule, lave plus blanc que blanc et Jésus, c'est moi!"

    Cette vieille bande de roublards ne mérite que le plus profond mépris!