Le complot islamiste n’est pas une menace, dit Gérard Bouchard

Gérard Bouchard
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Gérard Bouchard

Le dialogue entre les cultures et les religions est plus que jamais nécessaire, dans un contexte où l’on craint la montée des intégrismes religieux dans différentes parties du monde.

 

C’est ce qui ressortait de différents discours prononcés cette semaine à l’occasion de la Conférence internationale pour le dialogue des cultures et des religions, organisée par l’Organisation internationale de la francophonie, dans la ville de Fès, au Maroc.

 

Or, selon l’historien et sociologue Gérard Bouchard, qui était invité à prononcer une conférence dans le cadre de cet événement, le complot islamiste, craint par de nombreux Québécois, ne représente pas un risque réel au Québec.

 

Au Canada, relève-t-il, il y a eu une dizaine de bombes posées au cours des 30 dernières années, et aucune n’était liée à un intégrisme religieux, relève-t-il en entrevue, sur une terrasse donnant sur la magnifique ville, que l’on désigne comme la capitale culturelle et spirituelle du Maroc.

 

Le Québec, pour sa part, n’a connu aucun incident du genre, note-t-il.

 

Il n’y a pas à s’étonner, cependant, du malaise et de la peur qui accompagnent la présence de croyances religieuses. « La rencontre interculturelle interpelle toujours au fond de chacun ce qui s’y trouve de moins rationnel - ou de plus émotif -, à savoir : l’identité, les valeurs, les idéaux, les traditions […] », a-t-il dit.

 

Pour en finir avec les préjugés

 

Pour Abdou Diouf, secrétaire général de la Francophonie, le dialogue « suppose d’en finir avec les préjugés, les stéréotypes, les amalgames qui font de tous les musulmans des intégristes ou des terroristes ; de tous les Occidentaux des colonisateurs ou des infidèles».

 

Tandis que pour Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental de France, si le XXe siècle a été celui du nationalisme, « le risque pour le XXIe est d’être celui du populisme ».

 

« La plupart des sociologues affirmaient que la religion était en train de disparaître et qu’avec l’industrialisation, la modernisation, les peuples se séculariseraient. Mais si les pratiques diminuent, les intégrismes fleurissent », a-t-il ajouté.

 

Pour Gérard Bouchard, l’interdit lié à la Charte des valeurs québécoises du Parti Québécois pourrait d’ailleurs participer à la radicalisation des parties. Selon lui, la France, qui a interdit les signes religieux dans la fonction publique, mais dont certaines banlieues sont devenues de véritables ghettos, est à cet égard l’exemple à ne pas suivre.

 

Par ailleurs, l’intégrisme n’est pas exclusif à l’islamisme, a-t-on relevé. L’historien congolais Elikia M’Bokolo a par exemple rappelé la pratique terrible de l’exclusion ou du meurtre des enfants dits sorciers par de nouvelles églises chrétiennes congolaises.

 

Notre journaliste est invitée au Maroc par l’Organisation internationale de la francophonie.

38 commentaires
  • Carole Dionne - Inscrite 2 octobre 2013 01 h 16

    Tout un intello

    Lui seul possède la vérité. Un Bouchard , quoi!!!

  • Guy Chicoine - Abonné 2 octobre 2013 03 h 40

    Risque et devoir de précaution

    Le danger ne viendra vraisemblablement pas de l'envahissement par le nombre.
    Il sera plus insidieux : par l'infiltration des structures.
    Je me rappelle -il y a déjà quelques années -le projet de loi qui s'est rendu jusqu'au parlement ontarien pour que la charia devienne légale dans la province.

    • Nicole Moreau - Inscrite 2 octobre 2013 08 h 32

      on a pu s'en rendre compte en 2009 quand des militantes islamistes se sont joints en grand nombre à la FFQ, ce qui a vraisemblablement influé sur la position de cette organisation en faveur du port du voile.

      certaines militantes islamistes travaillent, à l'heure actuelle, pour l'instauration de tribunal fondé sur la charia, monsieur Bouchard ne le voit pas, parce que sans doute, il doit préférer le multiculturalisme canadien.

    • Micheline Gagnon - Inscrite 2 octobre 2013 10 h 24

      «Le danger ne viendra vraisemblablement pas de l'envahissement par le nombre. Il sera plus insidieux : par l'infiltration des structures.»

      Je partage votre opinion, d'autant plus que les élus ne seront pas touchés par la charte. C'est ce qu'on a vu en Belgique et même en Turquie où le port du voile revient... Pour empêcher la prise de pouvoir par les extrémistes religieux il faut que les élus soient touchés par la charte car ils sont ceux qui votent les lois (pas les femmes voilées).

  • Jacques Boulanger - Inscrit 2 octobre 2013 05 h 50

    Gérard Bouchard persiste et signe

    Gérard Bouchard continue dans son pèlerinage anti-charte de faire le lien entre l’interdiction des signes religieux et le problème de banlieue. Or ce lien n’existe pas. Il n’y aurait pas d’interdiction en France que la France aurait toujours le problème de banlieue. Ce fait a été brillamment exposé par Christian Rioux dans son récent billet : http://www.ledevoir.com/international/europe/38856

    Gérard Bouchard ne s’abreuve pas aux bonnes sources. Or comment peut-il du haut de sa chaire de pseudo-intellectuel nous faire le prêche sur l’incompréhension alors que lui-même n’y entend rien.

    • Jean-Robert Primeau - Inscrit 2 octobre 2013 08 h 44

      Parfaitement d'accord, M. Boulanger. La Grande-Bretagne n'a pas fait comme la France et elle est aussi aux prises avec des révoltes d'immigrants. Ces dernières sont le signe que les immigrants (pauvres en tout cas) veulent avoir accès à la richesse mais n'y ont pas accès. Les immigrantEs sont conscientEs que les pays occidentaux ont pillé leurs richesses assez longtemps et leur doivent réparation.

    • Gisèle Filion - Inscrite 2 octobre 2013 09 h 05

      Bien dit!
      Bonne référence.
      Ça vaut le détour.

  • Pierre Schneider - Abonné 2 octobre 2013 06 h 50

    Qu'en sait-il ?

    Gérard Bouchard serait au courant de tous les secrets de la mouvance radicale islamiste au Québec et au Canada ? Eh bien, a-t-il infiltré Al-Quaïda ?

    Dommage qu'il n'ait aucun acès aux renseignements des services secrets...

    La Laïcité, telle que pratiquée en France, n'est pas bonne ?

    Mais c'est encore n'importe quoi !

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 2 octobre 2013 07 h 14

    S'il-vous-plaît,, pas de projection paranoiaque

    À ce que je sache, la Charte nous est proposée pour établir des mesures visant à confirmer une tendance de la société québécoise vers la laïcisation de l'univers civique où l'État donne l'exemple. Une approche interculturelle est souhaitée plutôt que multiculturelle.

    C'est M. Bouchard qui met de l'avant l'idée d'un complot islamiste à contecarrer.

    S'il est vrai que M. Bouchard est sociologue, je vous avoue que je préfère la vision sereine de M. Guy Rocher.

    • François Thivierge - Inscrit 2 octobre 2013 09 h 24

      "Sereine" ou naïve, la "vison de M. Bouchard" ?
      Qui a organisé la première marche contre la charte, sinon celui qui demande d'instaurer la charia au Québec et qui était ovationé lors de cette manifestation?
      À propos, souvenez-vous de "L'affaire Shafia" (voir à l'Internet) qui
      a sérieusement terni l'image de l'islam au Canada et même aux États-Unis. Les médias ont fait des mains et des pieds pour innocenter l'islam du crime, mais ils ont de toute évidence échoué dans leur entreprise.
      C'est qu'il ne s'agit pas du premier crime d'honneur commis en sol canadien, le cas d'Aqsa Pervez est encore frais dans les mémoires. Cette adolescente de 16 ans, étranglée par son père et par son frère pour avoir refusé de se voiler, avait elle aussi vécu l'enfer avant d'être tuée." À bien y penser, cela est plus convaincant qu'une jolie musulmane téléguidée...
      Il n'y a pas de menace? Faut-il attendre qu'il y ait assassinat (s), comme l'a fait la province voisine pour voir qu'il y a une volonté concrète de répandre l'islamiste?
      Faut vraiment vivre dans le confort de sa tour d'ivoire Outremontoise pour déclarer qu'il n'y a pas de menace.