Scandale sexuel - Les orphelins de Duplessis dénoncent l'inertie de l'Église et exigent ses excuses publiques

Des dizaines d’orphelins ont manifesté, hier à Montréal, devant la basilique Notre-Dame.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Des dizaines d’orphelins ont manifesté, hier à Montréal, devant la basilique Notre-Dame.

Montréal — Le Comité des orphelins et orphelines institutionnalisés de Duplessis a profité du Vendredi saint pour exiger des excuses formelles de l'Église catholique québécoise envers plus de 3000 enfants qui ont été internés entre 1940 et 1960.

Lors d'une manifestation devant la basilique Notre-Dame, à Montréal, des dizaines d'orphelins de Duplessis ont dénoncé ce qu'ils appellent «l'inaction» de l'Église dans leur dossier.

Leur porte-parole, Carlo Tarini, déplore que l'Église catholique du Québec n'ait jamais demandé «pardon», ni versé d'indemnisation pour les enfants qui ont été transférés dans des asiles psychiatriques de 1940 à 1960. M. Tarini souligne que ces enfants ont subi des sévices de toutes natures, dont sexuelle, dans des établissements dirigés par des communautés religieuses.

Les orphelins de Duplessis interpellent particulièrement les cardinaux Jean-Claude Turcotte et Marc Ouellet, en leur demandant d'admettre les torts de l'Église. Ils déplorent que seul le gouvernement du Québec ait indemnisé les victimes.

Sur les 3000 enfants internés dans les années 1940 et 1950, on estime que de 300 à 400 d'entre eux sont toujours vivants.

À voir en vidéo