Rivière La Guerre - Les algues bleues ont disparu

Les inspections effectuées hier par le Centre de contrôle environnemental pour l'Estrie et la Montérégie dans la rivière La Guerre et le lac Saint-François ont permis aux inspecteurs de constater que le «bloom» d'algues bleues, une sorte d'explosion exponentielle de la population de cyanobactéries, s'était résorbé et qu'il n'en restait aucune trace.

C'est ce qu'a affirmé hier au Devoir le directeur du centre, Émile Grieco, qui a précisé que les algues bleues toxiques observées la semaine dernière en amont de l'embouchure de la rivière La Guerre et près de Sainte-Barbe avaient probablement été diluées par les pluies de la fin de semaine et affectées par la mortalité naturelle des micro-organismes. C'est d'ailleurs au moment de leur mort que les cellules de ces micro-organismes se brisent et libèrent les toxines à l'origine, en fin de semaine dernière, d'un avis «préventif» des services régionaux de santé.

Néanmoins, a précisé M. Grieco, les inspecteurs du Centre de contrôle environnemental, un service du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP), ont procédé à des prélèvements d'eau en amont du barrage qui obstrue l'embouchure de la rivière La Guerre afin d'assécher les terres agricoles autrefois noyées. Ces prélèvements permettront de déterminer d'ici le début de la semaine prochaine s'il y a encore des résidus de toxines, des coliformes fécaux ou des concentrations importantes de phosphore, l'élément chimique générateur de l'apparition soudaine d'algues bleues, aussi appelées cyanobactéries. Des prélèvements ont aussi été effectués en rives à la hauteur de Saint-Anicet et Sainte-Barbe, mais uniquement pour y déceler la présence de coliformes, le cas échéant.

Entre-temps, l'avis de santé publique relatif aux cyanobactéries demeure en vigueur.
1 commentaire
  • Sylvain Gascon - Inscrit 28 septembre 2005 21 h 01

    Les algues Bleues, connaître pour comprendre

    Bonjour M. Francoeur,

    Je suis agriculteurs dans le bassin versant de la rivière LaGuerre. Je très occupé a travailler aux récoltes, et je viens de lire quelques articles de journaux parus la semaine passée sur les algues bleues et les cyanobactéries découvert dans le lac St-François.

    J'essai d'analyser la situation ! après avoir travailler énormément en agroenvironnement depuis 10 ans, planter des arbres et arbustes, piloter des projets de revégétalisation de nos cours d'eau, organiser des cours et des journées de démonstration sur différents sujet traitant de la pollution diffuse agricole. Après avoir mis sur pied un club conseil en agroenvironnement, où deux agronomes travaillent depuis dix ans avec les agriculteurs du bassin versant pour réduire de façon radical la fertilisation grâce a une meilleur gestion de nos sols, par des rotations de culture, des cultures d'engrais vert, des techniques de semis-direct ou de travail réduit du sol, etc.... pour contrer l'érosion des sols..........

    Ouf, c'est vraiment désolant de voir qu'en bout de ligne on récolte..... des algues bleues !! et les cyanobactéries qui viennent avec. Quel dégats ! Vraiment quels dégats !

    Faut dire que le taux de phospore dans l'eau de la rivière LaGuerre est surement élevé puisqu'il y a encore beaucoup d'érosion des sols..... l'eau entrainant avec elle des particules d'argile et/ou de limon qui sont naturellement chargés d'ions de phosphore..... (le sol lui même, sans compter la fertilisation, est plein de phosphore). Cette eau qui arrive dans le lac St-François, qui est en somme un réservoir avec débit et niveau toujours constant, pour le barrage hydroélectique de Beauharnois et la voie maritime du St-Laurent, vient mourri dans les baies. Sans courant d'eau, avec des rives en béton ou toutes aménagées pour la villégiature, les journées ensoleillée sans vent réchauffent le tous qui devient un incubateur à algues bleues !!

    Qu'est-ce qu'on pourra bien y faire ??

    Est-ce seulement un accident ou une nouvelle réalité qu'il faudra affronter !