Sondage CROP - 85 % des Québécois en faveur de la création d'une société d'État sur les énergies vertes

Un sondage CROP-Express réalisé en février pour le compte du groupe environnemental Équiterre révèle que 85 % des Québécois appuieraient la création d'une société d'État responsable du développement des énergies vertes, soit l'éolien, le géothermique et l'énergie solaire.

La question posée par la firme CROP mettait en balance le développement des énergies vertes par le secteur privé, principalement par des entreprises étrangères ou par une société d'État. Près de la moitié de l'échantillon, soit 46 %, se dit «tout à fait favorable» à la création d'une société d'État qui encaisserait les bénéfices des richesses naturelles patrimoniales vertes au profit de la collectivité. S'ajoutent à cela les 39 % des répondants qui se déclarent «plutôt favorables», contre 8 % qui se disent «défavorables» et 3 % «tout à fait défavorables».

La proportion baisse à 75 %, mais demeure largement majoritaire, quand on demande aux répondants s'ils préfèrent qu'on adopte dans chacun des ménages du Québec des mesures strictes pour y économiser l'électricité plutôt que de construire de nouveaux barrages. Seulement 10 % de l'échantillon se dit défavorable à une stratégie de construction de nouveaux ouvrages aux dépens des cours d'eau.

Un peu plus des deux tiers des répondants, soit 68 %, disent qu'ils ne font pas confiance au gouvernement Charest pour assurer le développement durable du Québec en matière d'énergie. Mais l'équipe libérale obtient néanmoins à cette question un appui favorable de 29 %.

Les opinions sont plus partagées quand on demande aux personnes interviewées quelles seraient leur réaction «Si des parcs éoliens étaient construits dans plusieurs régions du Québec afin de produire de l'énergie qui serait entièrement exportée vers les États-Unis ou vers l'Ontario». Une faible majorité de 55 % se déclare en faveur d'une telle stratégie énergétique contre une opposition qui regroupe 40 % des répondants.

L'appui populaire grimpe par contre immédiatement si on précise que les profits de ces exportations iraient directement étoffer les budgets de la santé. Au total, 88 % des répondants verraient dès lors les projets d'exportation d'énergies vertes d'un oeil favorable contre 10 % seulement qui y seraient défavorables.

Ce sondage CROP-Express a été réalisé entre le 17 et le 27 février au moyen de 1002 entrevus téléphoniques. D'un point de vue statistique, cet échantillon est précis à trois points près, 19 fois sur 20.