Les États-Unis sévissent contre de puissants gaz à effet de serre

Le président américain, Joe Biden
Photo: Alex Wong GETTY IMAGES Le président américain, Joe Biden

Le gouvernement américain a annoncé jeudi avoir finalisé une réglementation qui devrait permettre d’atteindre l’objectif de réduction sur 15 ans de 85 % des émissions d’hydrofluorocarbones, une catégorie de gaz à effet de serre extrêmement nocifs pour le climat.

Il s’agit de « l’une des actions fédérales les plus significatives pour réduire la pollution de l’environnement depuis des décennies », selon une déclaration de l’administration de Joe Biden.

Cette réglementation avait déjà été annoncée par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), mais est désormais « finalisée », a déclaré le chef de l’agence, Michael Regan, lors d’une conférence de presse.

Elle doit revenir à réduire les émissions américaines de l’équivalent de 4,5 milliards de tonnes de CO2 d’ici 2050, soit environ trois années d’émissions du secteur énergétique du pays, a-t-il souligné.

Les hydrofluorocarbones (HFC) sont des gaz réfrigérants couramment utilisés dans les climatiseurs, réfrigérateurs, ou encore pour la fabrication de mousses isolantes.

Ils peuvent être « des milliers de fois plus puissants que le dioxyde de carbone en termes de réchauffement de notre climat », a précisé lors de la conférence de presse Gina McCarthy, conseillère nationale sur le climat.

L’administration Biden estime que cette action, qui débutera en 2022, permettra de « maintenir et créer des centaines de milliers » d’emplois.

En pratique, il s’agit notamment d’encourager le développement d’alternatives aux HFC, et l’utilisation de celles-ci, y compris pour les bâtiments et équipements fédéraux. Le gouvernement entend également lutter contre l’import illégal de HFC.

« Les États-Unis sont déjà à la pointe de l’innovation et de la production d’alternatives aux HFC, donc opérer cette transition est bonne pour notre économie », a ajouté Gina McCarthy.

Avec cette réglementation, les États-Unis respectent un engagement pris en 2016 dans le cadre de l’accord de Kigali. Selon le calendrier de cet accord, un groupe de pays dits « développés » doit réduire sa consommation de HFC de 85 % d’ici à 2036, un objectif repoussé de quelques années pour d’autres pays.

Si l’accord est respecté, il pourrait réduire de 0,5 °C le réchauffement mondial d’ici 2100, selon les experts.

Cette mesure américaine doit par ailleurs contribuer à la réalisation des engagements de Washington dans le cadre de l’accord de Paris. Les États-Unis se sont engagés à réduire de 50-52 % leurs émissions des gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport au niveau de 2005.

Les hydrofluorocarbones sont utilisés depuis les années 1990 en remplacement des CFC (chlorofluorocarbures), principaux responsables de la destruction de la couche d’ozone, et qui avaient pour cette raison été interdits dans le cadre du protocole de Montréal. L’accord de Kigali est un amendement à ce protocole.

HFC comme CFC appartiennent à la famille de ce qui est appelé les gaz fluorés.

À voir en vidéo