Une coalition souhaite le report de la COP26 à cause de la COVID-19

Une coalition de groupes environnementaux a appelé à reporter le sommet sur le climat de cette année, arguant que trop peu a été fait pour assurer la sécurité des participants.
Photo: Salvatore Laporta Associated Press Une coalition de groupes environnementaux a appelé à reporter le sommet sur le climat de cette année, arguant que trop peu a été fait pour assurer la sécurité des participants.

Une coalition de groupes environnementaux a demandé mardi le report du sommet sur le climat de cette année, jugeant que trop peu a été fait pour assurer la sécurité des participants au milieu de la menace continue de la COVID-19.

Le Climate Action Network, qui comprend plus de 1500 organisations dans 130 pays, a déclaré qu’il existe un risque que de nombreux délégués gouvernementaux, militants de la société civile et journalistes de pays en développement ne puissent pas y assister en raison de restrictions de voyage. La conférence des Nations unies sur le climat, connue sous le nom de COP26, est prévue début novembre en Écosse.

« Notre préoccupation est que les pays les plus touchés par la crise climatique et ceux qui souffrent du manque de soutien des pays riches pour fournir des vaccins soient exclus des pourparlers et brillent par leur absence à la COP26 », a déclaré Tasneem Essop, le directeur général du réseau. « Il y a toujours eu un déséquilibre de pouvoir inhérent au sein des pourparlers de l’ONU sur le climat et cela est maintenant aggravé par la crise sanitaire. »

Le gouvernement britannique, qui accueille l’événement, a rapidement rejeté les appels au report, affirmant qu’un récent rapport scientifique montre l’urgence pour les dirigeants de s’attaquer au problème sans plus tarder.

Le président désigné de la COP26, Alok Sharma, a noté que la conférence avait déjà été retardée d’un an en raison de la pandémie, mais que « le changement climatique n’a pas pris de congé ».

« Nous travaillons sans relâche avec tous nos partenaires, y compris le gouvernement écossais et l’ONU, pour assurer un sommet inclusif, accessible et sûr à Glasgow avec un ensemble complet de mesures d’atténuation de la COVID », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le service de surveillance du climat de l’Union européenne a déclaré mardi que les températures moyennes sur le continent cet été avaient été les plus chaudes jamais enregistrées.

Les mesures du programme de surveillance par satellite Copernicus ont indiqué que les températures de juin à août dans toute l’Europe étaient d’environ 1 degré Celsius plus élevées que la moyenne de 1991-2020, et 0,1 degré Celsius plus chaudes que le précédent record enregistré au cours des étés 2010 et 2018.

Les pays méditerranéens en particulier ont connu des températures record cet été, ainsi que des incendies de forêt dévastateurs qui ont incité la Grèce cette semaine à nommer un nouveau ministre de la Crise climatique et de la Protection civile.

À voir en vidéo