Juillet 2021, le mois le plus chaud jamais enregistré

À Cordoue, en Espagne, on a observé une température de 48°C.
Photo: Jorge Guerrero Agence France-Presse À Cordoue, en Espagne, on a observé une température de 48°C.

Le mois de juillet 2021 a été le plus chaud jamais mesuré depuis que des données ont commencé à être compilées il y a 142 ans, ont annoncé des scientifiques américains vendredi.

Pendant que des canicules balayaient des secteurs de l’Europe et des États-Unis, il a fait en moyenne 16,73 °C à la surface du globe le mois dernier, battant la marque établie en juillet 2016, puis égalée en 2019 et 2020, a dit vendredi la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis.

Les sept derniers mois de juillet, entre 2015 et 2021, ont été les sept plus chauds jamais mesurés, a expliqué la climatologue Ahira Sanchez-Lugo. Il a fait le mois dernier 0,93 °C de plus que la moyenne du XXe siècle en juillet.

« Ici, la première place est la pire, a dit le patron de la NOAA, Rick Spinrad, par communiqué. Ce nouveau record s’ajoute à la trajectoire inquiétante sur laquelle les changements climatiques ont lancé le globe. »

« Ce sont les changements climatiques, a ajouté Michael Mann, un climatologue de l’Université Penn State. C’est un point d’exclamation à la fin d’un été de chaleur, de sécheresse, de feux de forêt et d’inondations sans précédent. »

Plus tôt cette semaine, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a prévenu que l’activité humaine — et notamment la combustion de pétrole, de charbon et de gaz naturel — continuera d’aggraver la crise climatique.

La température terrestre en Amérique du Nord et dans des coins de l’Asie et de l’Europe est la grande responsable du record de juillet, a dit la climatologue Sanchez-Lugo.

Si la température mondiale était à peine supérieure à l’ancienne marque, c’est la température terrestre dans l’hémisphère nord qui a permis de la battre : elles ont été supérieures de 0,19 °C au record établi en juillet 2012, ce qui représente « un grand écart » en matière de climat, souligne-t-elle.

L’oscillation arctique a aussi joué un rôle dans la chaleur sans précédent du mois dernier. Il s’agit d’un phénomène météorologique naturel qui peut contribuer au réchauffement du globe, note la NOAA.

Puisque juillet est le mois le plus chaud de l’année, juillet 2021 est également le mois le plus chaud jamais mesuré. La Terre n’a pas vu de mois de juillet plus frais que la moyenne depuis 1976.



À voir en vidéo