Hydro remboursera un million aux participants à l'audience sur le Suroît

Hydro-Québec devra rembourser plus d'un million de dollars à quelque 25 groupes ou individus ayant pris part — par écrit ou en personne — à l'audience de la Régie de l'énergie sur le projet du Suroît.

L'exercice, qui a duré trois semaines en mai, avait été réclamé par le ministre des Ressources naturelles, Sam Hamad, qui souhaitait obtenir un avis sur la sécurité énergétique des Québécois et sur la nécessité de construire une centrale thermique près de Beauharnois et une autre près de Bécancour.

À la lumière du rapport d'experts déposé au début de juillet, le gouvernement a décidé de suspendre sa décision au sujet de la première usine. Il a cependant autorisé la poursuite des travaux pour la deuxième, qui devrait commencer à produire de l'électricité et de la vapeur à l'automne 2006.

Au total, une cinquantaine d'associations, d'experts et de simples citoyens ont déposé des mémoires en prévision de l'audience. Une trentaine d'entre eux ont réclamé un remboursement des frais encourus dans le cadre de l'audience, comme le leur permettent les règles de la Régie.

Les réclamations totalisaient 1,6 million. Usant de leur pouvoir discrétionnaire, les régisseurs ont réduit ce montant à 1,1 million, dans une décision publiée le 22 juillet dernier. Cette somme devra être versée directement par Hydro aux groupes concernés.

Seuls une poignée d'organismes verront leurs dépenses entièrement remboursées, parce que la Régie a jugé «leur participation ciblée, leurs propos utiles et le quantum des frais réclamés raisonnables».

Il s'agit de l'Association canadienne de l'énergie éolienne, de l'Association des coopératives d'économie familiale (ACEF), du Centre Hélios, du CLD de Beauharnois, de l'Association canadienne des consommateurs industriels d'électricité et d'une coalition d'organismes écologistes, parmi lesquels figure le Regroupement national des conseils régionaux de l'environnement du Québec (RNCREQ). Leurs réclamation totalisaient 307 500 $.

Pas un sou

Quatre autres groupes ou individus, dont les frais admissibles s'élevaient à 25 621 $, n'obtiendront pas un sou. Les régisseurs ont en effet jugé que leurs travaux n'avaient pas permis d'alimenter concrètement la réflexion et que leur participation visait «leur intérêt personnel, la promotion de produits ou s'écartait des thèmes à débattre».

Il s'agit de ABGG Technologies, Granules combustibles Energex, Moteurs Novalia et Yvon Pageau, qui est venu poser des questions à toutes les divisions d'Hydro-Québec au début de l'audience.

Le reste des participants seront partiellement remboursés. La Régie a estimé que leurs dépenses étaient trop élevées ou alors que leurs propos n'étaient pas toujours pertinents. Dans sa décision, le tribunal administratif a d'ailleurs été très dur envers certains d'entre eux.