Des milliers de jeunes font l’école buissonnière pour le climat en ​Australie

Les manifestations de vendredi ont eu lieu dans une cinquantaine de localités, selon les organisateurs.
Photo: William West Agence France-Presse Les manifestations de vendredi ont eu lieu dans une cinquantaine de localités, selon les organisateurs.

Des milliers d’élèves ont raté leurs cours vendredi pour aller manifester dans plusieurs villes d’Australie contre un énorme projet de centrale au gaz près de Sydney, et pour enjoindre au gouvernement conservateur d’agir contre les changements climatiques.

L’immense île-continent est un important producteur de gaz et de charbon. Mais il subit aussi de plein fouet les événements climatiques extrêmes — inondations, feux de forêt, sécheresses — liés à la hausse des températures induite par les émissions de carbone.

« Le gouvernement pourrait protéger notre climat, nos terres et notre eau, et créer des milliers de nouveaux emplois en développant le secteur des énergies renouvelables. Mais plutôt que de faire ça, il remplit les poches des multinationales du gaz qui contribuent au réchauffement climatique », a lancé dans la manifestation de Sydney Nabilah Chowdhury, 17 ans.

Mardi, le gouvernement du premier ministre Scott Morrison a annoncé une enveloppe de plusieurs centaines de millions de dollars pour construire près de Sydney une nouvelle centrale électrique fonctionnant au gaz. L’usine doit être bâtie dans la Hunter Valley, où des élections partielles sont prévues samedi.

M. Morrison a également balayé cette semaine les avertissements de l’Agence internationale de l’énergie selon lesquels son pays n’atteindra pas ses cibles de réduction de gaz à effet de serre si davantage de projets impliquant les énergies fossiles sont lancés.

Pressions internationales

De Perth à Brisbane, des milliers d’élèves ont défilé pour dénoncer la faiblesse des mesures prises par leur pays pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. « Le charbon appartient à l’histoire » ou encore « De l’argent pour notre avenir » pouvait-on notamment lire sur des pancartes à Melbourne, où 5000 personnes ont manifesté vendredi.

Le gouvernement affirme que la centrale de la Hunter Valley est nécessaire pour que les prix de l’électricité ne s’envolent pas en Nouvelle-Galles du Sud. Ses détracteurs dénoncent plutôt un gâchis politique. « Sa construction va faire travailler 600 personnes, et elle va créer 1200 emplois indirects dans l’État », a insisté le premier ministre Morrison.

À part ces manifestations, le gouvernement n’est pas confronté à une opposition très intense sur la question climatique, car les députés travaillistes sont également favorables à l’industrie du charbon et aux centrales au charbon.

Or, l’Australie fait l’objet de pressions internationales de plus en plus fortes pour adopter au plus vite un objectif de neutralité carbone. M. Morrison s’y est jusqu’à présent refusé, mais la pression diplomatique monte avant la conférence sur le climat COP26, prévue en novembre prochain à Glasgow, au Royaume-Uni.

Les manifestations de vendredi, qui ont eu lieu dans une cinquantaine de localités selon leurs organisateurs, s’inscrivent dans le cadre du mouvement de protestation mondial contre le climat engagé par la militante suédoise Greta Thunberg. « Énormes grèves pour le climat aujourd’hui dans toute l’Australie, a-t-elle applaudi dans un tweet. Bientôt le reste du monde suivra. »

À voir en vidéo