Cinq ans après l’Accord de Paris, Greta Thunberg critique les «promesses vides»

«Nous fonçons toujours dans la mauvaise direction», se désole Greta Thunberg.
Photo: Jonathan Nackstrand Archives Agence France-Presse «Nous fonçons toujours dans la mauvaise direction», se désole Greta Thunberg.

Pour le cinquième anniversaire de l’Accord de Paris sur le climat, la militante suédoise Greta Thunberg a critiqué vendredi les « objectifs hypothétiques et lointains » et les « promesses vides », appelant à nouveau à l’action immédiate à l’occasion d’une journée d’actions de son mouvement Fridays for Future vendredi.

Depuis la signature du 12 décembre 2015, « beaucoup de choses se sont passées, mais l’action nécessaire n’est toujours pas visible à l’horizon. […] Nous fonçons toujours dans la mauvaise direction », déclare l’adolescente de 17 ans dans une vidéo de trois minutes publiée sur les réseaux sociaux.

Si vous lisez la meilleure science disponible, vous réaliserez que la crise climatique et écologique ne pourra pas être résolue sans un changement de système. Ce n’est plus une opinion, c’est un fait.

 

« Des objectifs lointains et hypothétiques sont fixés, de grands discours sont prononcés, mais quand il s’agit de l’action immédiate dont nous avons besoin, nous sommes toujours dans le déni complet et nous perdons notre temps avec de nouvelles échappatoires, des mots vides et de la comptabilité créative », accuse la jeune militante.

Les 27 pays membres de l’Union européenne se sont mis d’accord vendredi pour relever son objectif de réduction des gaz à effet de serre pour 2030 — visant « au moins 55 % » par rapport au niveau de 1990, contre 40 % jusqu’à présent.

La figure de proue de Fridays for Future demande régulièrement des objectifs d’émissions annuels dès maintenant, et non des objectifs à horizon 2030 ou 2050 qui font l’objet de la plupart des discussions et négociations internationales sur les émissions de gaz à effet de serre.

Malgré l’engagement signé à Paris de limiter le réchauffement sous 2 °C, et si possible 1,5 °C, par rapport à l’ère préindustrielle, le monde file toujours vers 3 °C de réchauffement, a averti mercredi l’ONU, soulignant que la baisse des émissions de gaz à effet de serre due à la pandémie de COVID-19 aurait un effet « insignifiant ».

« Si vous lisez la meilleure science disponible, vous réaliserez que la crise climatique et écologique ne pourra pas être résolue sans un changement de système. Ce n’est plus une opinion, c’est un fait », affirme Greta Thunberg dans cette vidéo publiée jeudi soir, quelques heures avant la journée d’action de Fridays for Future.

Le mouvement réclame notamment que l’objectif de +1,5 °C soit le seul retenu, le jugeant « non négociable ». Sur une carte en ligne, il recense 2500 actions prévues dans le monde, dont de nombreux évènements en ligne du fait de la COVID-19.

À voir en vidéo