Les parcs nationaux du Québec pourraient rouvrir bientôt

Le site fédéral de Cap-de-Bon-Désir, sur la Côte-Nord, est très fréquenté par les touristes qui veulent observer des baleines.
Photo: Alexandre Shields Le site fédéral de Cap-de-Bon-Désir, sur la Côte-Nord, est très fréquenté par les touristes qui veulent observer des baleines.

Il est « possible » que les parcs nationaux du Québec soient de nouveau accessibles au cours des prochaines semaines, mais aucune décision n’a encore été prise, affirme le ministère de la Santé et des Services sociaux. Le gouvernement attend le feu vert de la Santé publique avant de permettre aux Québécois de se rendre dans ces milieux naturels pour profiter de la saison estivale.

Lundi, les gouvernements du Québec et du Canada ont indiqué que les parcs nationaux relevant de leur compétence respective pourront être accessibles seulement si les autorités de la santé publique donnent leur aval.

« La décision d’ouvrir ou non les parcs demeurera la prérogative de la Santé publique, en fonction des représentations que le ministre et son cabinet ont faites au cours des derniers jours et des analyses qu’ils feront du déconfinement graduel qui a lieu à l’heure actuelle », a expliqué par courriel le cabinet du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour.

Prudence

Au ministère de la Santé et des Services sociaux, on se montre toutefois très prudent quant à une éventuelle réouverture des 24 parcs nationaux gérés par la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ), qui sont fermés depuis le 20 mars dernier. « Des discussions sont actuellement en cours au ministère sur ce dossier, mais aucune décision finale n’a encore été prise par la Santé publique en ce qui concerne une réouverture possible des parcs nationaux », a répondu au Devoir la direction des communications du ministère.

Les autorités sanitaires, tout comme les gouvernements, répètent que l’accès aux sentiers ou aux autres installations des parcs nationaux, comme les sites de camping, sera permis uniquement si cela peut se faire sans aggraver l’épidémie de COVID-19 au Québec. « Il est important de rappeler que l’assouplissement des mesures de confinement doit se faire de façon graduelle afin de protéger la santé de la population et la capacité du réseau de la santé à soigner les patients », a souligné le ministère de la Santé et des Services sociaux par courriel.

Ce point de vue est partagé par Parcs Canada, qui gère des parcs nationaux et des sites historiques fédéraux. « Parcs Canada continue d’évaluer la suspension des services aux visiteurs et la fermeture des installations grâce aux conseils des experts en santé publique et à d’autres considérations régionales et locales. Veuillez noter que toute reprise des services prendra du temps et se fera de manière progressive. »

Santé publique

L’organisme Nature Québec a plaidé lundi pour la réouverture des parcs nationaux de la province, jugeant que cet accès serait d’abord « une mesure de santé publique ».

« On s’explique mal pourquoi les gens peuvent aller magasiner dès aujourd’hui dans les commerces presque partout au Québec alors qu’ils ne peuvent pas aller marcher sur un sentier dans un parc national où la distanciation physique est beaucoup plus facile », a déploré la directrice générale de Nature Québec, Alice-Anne Simard.

Elle estime que, pour des citoyens confinés depuis déjà plusieurs semaines, cette réouverture pourrait être bénéfique. « Les études montrent que les promenades en nature diminuent les symptômes d’anxiété et de dépression, le stress et la fatigue mentale. L’accès à la nature est une mesure de santé publique que le gouvernement doit favoriser et est en phase avec les arguments qui justifient ses politiques de déconfinement, surtout pendant une crise anxiogène comme celle que l’on vit présentement. »

À voir en vidéo