La CAQ rejette une motion sur la protection du béluga

Le Saguenay est fréquenté assidûment par des femelles accompagnées de jeunes bélugas, une portion de la population jugée très vulnérable.
Photo: GREMM Le Saguenay est fréquenté assidûment par des femelles accompagnées de jeunes bélugas, une portion de la population jugée très vulnérable.

La Coalition avenir Québec a rejeté mercredi une motion présentée par Québec solidaire qui réclamait que le gouvernement du Québec prenne « les moyens nécessaires afin de protéger le béluga du Saint-Laurent », notamment dans le contexte du développement du projet Énergie Saguenay, de GNL Québec.

La motion en question demandait que « l’Assemblée nationale du Québec demande au gouvernement du Québec de prendre les moyens nécessaires afin de protéger le béluga du Saint-Laurent et de faire en sorte que tout projet de développement économique soit compatible avec la survie et le rétablissement de la population de cette espèce menacée ».

Présentée mercredi matin à l’Assemblée nationale par Québec solidaire, la motion a été rejetée par les députés caquistes, qui ont refusé d’accorder leur consentement pour son dépôt.

Le libellé de la motion rappelait que le projet Énergie Saguenay, de GNL Québec, « impliquerait au moins 320 passages de navires méthaniers chaque année dans le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, le cœur de l’habitat du béluga ». Ces navires, d’une longueur de près de 300 mètres pour une largeur avoisinant les 50 mètres, seraient les plus imposants à naviguer sur le Saguenay.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, a été interpellé la semaine dernière par Québec solidaire sur l’enjeu de la protection du béluga, dans le contexte du projet d’exportation maritime de gaz naturel albertain liquéfié.

« Est-ce que le ministre va reconnaître que, comme Énergie Est, GNL Québec, c’est la fin des bélugas dans le Saint-Laurent ? » a demandé la députée Émilise Lessard-Therrien. « Je ne reconnaîtrai rien ici présentement », a répondu Pierre Dufour, en rappelant qu’une évaluation environnementale du projet Énergie Saguenay est en cours et après avoir évoqué « des beaux gros projets au niveau du projet de GNL ».

« Risque »

Dans le nouveau « résumé » de l’étude d’impact du projet, GNL Québec admet que le trafic maritime qui en découlera pourrait poser un « risque » pour le béluga et les autres cétacés du Saint-Laurent.

Le document, mis à jour à la suite des avis de différents ministères, précise ainsi que le projet, « en raison de l’augmentation de la navigation qu’il occasionne, est susceptible de comporter un risque pour le rétablissement de la population de bélugas du Saint-Laurent ainsi que pour les autres mammifères marins s’y retrouvant ».

GNL Québec « reconnaît ce risque et est soucieux de prendre toutes les mesures viables afin non seulement de le réduire au minimum, mais de le transformer en opportunité », peut-on également lire.

Comment est-ce possible de transformer un « risque » pour une espèce en voie de disparition en « opportunité » ? « Pour aller plus loin que l’évaluation d’impact environnemental et considérer le risque potentiel appréhendé sur le béluga du Saint-Laurent, nous avons mis en place une charte d’engagements environnementaux pour la protection des mammifères marins », a précisé récemment au Devoir la directrice principale, affaires publiques et relations avec les communautés de l’entreprise, Stéphanie Fortin.

Bruit et dérangement

Dans un avis d’expert du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs publié en même temps que le nouveau « résumé », on rappelle toutefois que « le bruit et le dérangement » causés par « la navigation marchande » constituent « une activité susceptible de générer des niveaux de bruits préoccupants pour le maintien de la qualité » de l’habitat du béluga, et notamment des femelles et des jeunes qui fréquentent assidûment le Saguenay.

Qui plus est, le ministère se questionne sur une affirmation de GNL Québec indiquant que l’entreprise pourra imposer une limite de vitesse aux méthaniers qui remonteront le Saguenay, afin de réduire la pollution sonore. Or, cette pollution croissante représenterait le principal risque pour le béluga dans le Saguenay.

L’automne dernier, les experts du gouvernement fédéral avaient par ailleurs soutenu que GNL Québec avait mal évalué les effets du projet sur le béluga. Le promoteur n’avait alors mené aucune étude pour tenter de trouver un emplacement qui serait situé en dehors de l’habitat essentiel du cétacé, alors que la Loi sur les espèces en péril l’exige.

Le béluga du Saint-Laurent est une espèce considérée comme « en voie de disparition », selon la loi fédérale. Son habitat essentiel, qui comprend le parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, est légalement protégé. La population de ce cétacé résident du Saint-Laurent se résume à environ 880 individus et elle poursuit son déclin.