Des écologistes occupent le bureau de Steven Guilbeault

Des manifestants écologistes ont investi, vendredi, le bureau montréalais du ministre Steven Guilbeault.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Des manifestants écologistes ont investi, vendredi, le bureau montréalais du ministre Steven Guilbeault.

Même s’il est ministre du Patrimoine, Steven Guilbeault a accepté de rencontrer, la semaine prochaine, les représentants des groupes écologistes qui ont occupé vendredi son bureau montréalais. Mais l’ancien militant de Greenpeace devenu membre du cabinet de Justin Trudeau a refusé de se prononcer sur le mégaprojet de sable bitumineux Frontier, qui doit être autorisé, ou non, d’ici la fin du mois.

Vendredi après-midi, des militants environnementaux ont occupé pendant environ trois heures le nouveau bureau montréalais du ministre Steven Guilbeault, accompagnés d’une centaine de sympathisants.

Les occupants avaient d’ailleurs revêtu le même costume que celui porté par M. Guilbeault, lorsqu’il avait escaladé en 2001 la tour CN, en tant que militant de Greenpeace. À l’époque, Steven Guilbeault avait mené cette action de désobéissance civile afin de réclamer une action plus ambitieuse du gouvernement fédéral en matière de lutte contre les changements climatiques.

« Le fait d’escalader la tour CN, en 2001, était un acte de courage admirable. Nous vous demandons donc de faire preuve du même courage aujourd’hui et de rejeter le projet de Teck Resources », lui ont demandé, de vive voix, les porte-parole des manifestants, qui ont pu avoir un entretien téléphonique de quelques minutes avec Steven Guilbeault, vendredi.

Le projet Frontier, de l’entreprise Teck Resources, est devenu la nouvelle cible des groupes qui plaident pour un déclin du secteur des énergies fossiles, surtout que ce seul projet mènerait à l’extraction de 3,2 milliards de barils de pétrole, entre 2026 et 2067, à raison de 95 millions de barils par année. Le gouvernement Trudeau doit décider d’ici la fin du mois s’il donnera le feu vert à ce projet.

« Question très claire »

« Allez-vous rejeter le projet de Teck Resources ? », ont demandé à plusieurs reprises les jeunes manifestants. Steven Guilbeault a toutefois refusé chaque fois de se prononcer sur la pertinence du projet Frontier. « J’ai le droit d’avoir des opinions personnelles, mais certainement pas de les exprimer publiquement », a-t-il fait valoir, en ajoutant : « Comme ministre, j’ai un devoir de réserve. »

« J’entends très bien ce que vous dites et j’entends vos arguments, mais pour la suite des choses, il faudra attendre la décision du cabinet », a ajouté le ministre. « Les discussions au cabinet sont confidentielles, donc je ne peux pas vous parler de ce qui se discute au cabinet », a également souligné celui qui était, jusqu’en octobre 2018, le directeur principal d’Équiterre, un organisme qui milite depuis des années contre les projets de sables bitumineux.

M. Guilbeault a toutefois affirmé que le projet pétrolier fait l’objet d’une analyse rigoureuse au sein du cabinet libéral fédéral, à la lumière des engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre pris par le gouvernement Trudeau, de façon à atteindre la carboneutralité en 2050. « Ce ne sont pas des engagements que nous prenons à la légère. Pour nous, ce projet, comme d’autres grands projets qui vont potentiellement émettre beaucoup de gaz à effet de serre, va devoir faire l’objet d’une analyse très sérieuse pour voir si ces projets cadrent avec les objectifs que nous avons établis pour les gaz à effet de serre. »

L’occupation s’est déroulée de façon pacifique et avec une forte, mais discrète, présence policière. Les jeunes ont quitté les lieux, « déçus », mais dans le calme, après leur discussion avec M. Guilbeault. « Notre question était très claire et il a tout fait pour ne pas y répondre », a laissé tomber un manifestant, en quittant les lieux.

Parc national

Le ministre Guilbeault a par ailleurs fait état, dans son échange avec les occupants, des possibles « impacts » du projet d’exploitation à ciel ouvert sur la faune et la flore de la région. Il faut dire que le site, situé au nord de Fort McMurray, se trouve en outre à seulement une trentaine de kilomètres du parc national Wood Buffalo, le plus grand du pays et le deuxième dans le monde. Un parc qui est même reconnu par l’UNESCO depuis 1983 en raison de sa « valeur universelle exceptionnelle ».

Votre navigateur ne supporte pas le type d’image. Veuillez le mettre à jour. 

Frontier a fait l’objet d’une évaluation environnementale qui concluait l’an dernier que le projet est « dans l’intérêt public », et ce, même s’il anéantira de manière irréversible plusieurs milieux naturels, en plus de représenter une menace pour la biodiversité, des espèces en péril et l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris.

Le premier ministre albertain, Jason Kenney, plaide pour son approbation, mais il est difficile de savoir quelle sera la décision des libéraux fédéraux. « Il s’agit d’un projet majeur qui est activement examiné par notre gouvernement. Nous tiendrons compte d’une série de facteurs lorsque nous prendrons une décision sur ce projet, notamment nos engagements à atteindre des émissions nettes zéro d’ici 2050, à faire progresser la réconciliation et à faire croître l’économie », indiquait récemment, au Devoir, le ministre de l’Environnement, Jonathan Wilkinson.