Le projet Énergie Saguenay va «aider la planète», affirme Legault

Le premier ministre du Québec, François Legault
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre du Québec, François Legault

Conçu pour exporter 11 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié chaque année, le projet d’usine Énergie Saguenay, de GNL Québec, pourrait « aider la planète » à lutter contre la crise climatique, en réduisant les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). C’est ce qu’a soutenu mardi le premier ministre François Legault, lors de la période des questions à l’Assemblée nationale.

Revenant sur une réunion organisée à la mi-janvier dans les bureaux montréalais du premier ministre, au cours de laquelle M. Legault a rencontré les dirigeants de GNL Québec, la députée de Québec solidaire Manon Massé a demandé mardi quel avait été l’engagement du chef caquiste à la suite de cette rencontre.

« Qu’est-ce que le premier ministre a dit, le 16 janvier, aux lobbyistes de GNL Québec ? Est-ce qu’il s’est engagé à faire la promotion de leur projet ? Est-ce qu’il leur a promis de l’argent public ? », a-t-elle laissé tomber.

« Le projet de GNL Québec, autant l’oléoduc que l’usine, on parle d’un projet de 14 milliards de dollars et 4000 emplois payants », a d’abord répondu M. Legault, en reprenant les données mises de l’avant par les promoteurs du projet d’usine de liquéfaction de gaz albertain.

 

« Aider la planète »

Tout en répétant ensuite qu’une évaluation environnementale du projet est prévue au Québec, il a souligné que « ce qui est dans le projet, ce qui est prévu, c’est qu’il y aurait une réduction de 28 millions de tonnes de GES par années en Europe ». M. Legault a ajouté que la hausse des émissions de GES au Canada serait de 400 000 tonnes par année, mais que cette hausse entraînerait une réduction de « 28 millions de tonnes des GES en Europe et en Asie. »

« Si je suis capable de prouver ça à la cheffe de Québec solidaire, est-ce qu’elle sera ouverte à un projet qui pourrait aider la planète, ou si elle veut seulement sauver le Québec ? Elle ne veut pas sauver l’ensemble de la planète ? Est-ce que c’est parce qu’elle ne croit pas qu’il y a une réduction nette de GES ou c’est parce qu’elle est dogmatique et que ce qu’elle veut, c’est l’impossible ? », a poursuivi M. Legault, en réponse à la question de Mme Massé.

Celle-ci a alors souligné que le premier ministre faisait abstraction, dans sa réponse, des émissions liées à l’exploitation, principalement par fracturation, du gaz qui serait liquéfié aux installations de GNL Québec.

Selon les évaluations des experts des ministères de l’Environnement du Canada et du Québec, les émissions liées au projet, en sol canadien, atteindraient près de huit millions de tonnes par année (équivalent de 3,4 millions de voitures). Mais le gouvernement Legault a déjà confirmé qu’il ne tiendra pas compte de ces émissions, qui seront produites en Alberta et lors du transport du gaz par gazoduc, jusqu’au Saguenay.

« Que ce soit du pétrole, du charbon ou du gaz, des hydrocarbures, ce sont des hydrocarbures, et ça doit rester dans le sol », a ajouté Manon Massé. « Actuellement, en Asie, en Europe s’ouvrent de nouvelles usines au charbon, et, dans 10 ans, dans 20 ans, malheureusement, il va encore, pendant une période de transition, rester des usines au charbon. Si on réussit à remplacer un certain nombre de ces usines au charbon par des usines au gaz liquéfié, on va réduire les GES. Ça va aider la planète », a alors conclu le premier ministre.

Bénéfices à démontrer

Des experts consultés par Le Devoir soulignaient récemment que les bénéfices climatiques du projet gazier sont présentement impossibles à démontrer, puisqu’on ne sait pas qui achètera ce gaz liquéfié ni à quoi il servira.

GNL Québec assure que le projet permettra des réductions annuelles d’émissions mondiales de GES de 28 millions de tonnes. L’entreprise ne veut toutefois pas dévoiler « publiquement » les noms des acheteurs de son gaz naturel liquéfié, et ce, « pour des raisons concurrentielles ». La démonstration des gains environnementaux sera présentée lors de l’examen qui sera mené par le Bureau d’audiences sur l’environnement, promet GNL Québec.

Pour le moment, ni l’étude d’impact déposée auprès du ministre de l’Environnement du Québec, ni celle déposée auprès des autorités fédérales, n’ont été jugées complètes. Et en plus du projet Énergie Saguenay, le projet de gazoduc de l’entreprise Gazoduq, qui servira à alimenter l’usine, doit passer par l’étape des évaluations environnementales. Le gouvernement Legault a dit non à une évaluation environnementale globale qui comprendrait le gazoduc, l’usine et le terminal maritime.