Les Québécois consomment de plus en plus de pétrole

En 2018, les camions et les voitures à essence représentent respectivement 64% et 33% du total de toutes les ventes de véhicules neufs au Québec.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir En 2018, les camions et les voitures à essence représentent respectivement 64% et 33% du total de toutes les ventes de véhicules neufs au Québec.

Alors que le Québec se targue depuis plusieurs années d’être un leader en matière de lutte contre les changements climatiques et de transition énergétique, les Québécois consomment toujours plus de produits pétroliers et achètent de plus en plus de camions légers (VUS), selon ce qui se dégage de l’édition 2020 du rapport L’État de l’énergie au Québec.

« Les tendances énergétiques québécoises actuelles ne sont pas rassurantes », résume Pierre-Olivier Pineau, titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal, qui produit chaque année ce rapport.

Concrètement, « sans virage majeur », M. Pineau constate qu’« il n’est pas envisageable d’atteindre nos cibles de réduction de la consommation de produits pétroliers et d’émissions de gaz à effet de serre » à l’horizon 2030. Selon les engagements actuels du gouvernement en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, on espère alors atteindre une réduction de 37,5 % par rapport à 1990. Les réductions atteignaient cependant 8,7 % en 2017, loin de l’objectif de réduction de 20 % à l’horizon 2020.

En ce qui a trait à la consommation de produits pétroliers, l’objectif est d’atteindre une réduction de 40 % d’ici 2030. Or, la tendance est plutôt à la hausse, « malgré plusieurs initiatives notables », dont l’électrification des transports et le développement de biocarburants.

40 %
C’est l’objectif de réduction de consommation de pétrole d’ici 2030 dans la province.

Le Québec continue d’accroître sa consommation de produits pétroliers, constate ainsi le rapport publié vendredi. La hausse atteint 10 % sur la période 2013-2018, avec une moyenne quotidienne de 365 000 barils en 2018. « De 1990 à 2018, les ventes totales de produits pétroliers raffinés ont progressé de 22 %, pendant que celles d’essence augmentaient de 47 % », peut-on également lire dans le document.

Records pour les VUS

Malgré la hausse des ventes de véhicules électriques et les installations de bornes de recharge, par exemple, « les ventes de camions légers au Québec ont encore battu des records, de même que les ventes d’essence, qui ont dépassé pour la première fois les 10 milliards de litres consommés en une année », souligne la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal.

Selon les données disponibles pour produire le rapport, soit celles de 2018, les ventes de véhicules électriques ou hybrides représentaient à peine 3 % de toutes les ventes de véhicules neufs au Québec, tandis que les camions et les voitures représentaient respectivement 64 % et 33 % du total. Dans le parc automobile québécois, on comptait 25 % de camions légers en 2003, contre 41 % en 2018.

« De 1990 à 2017, le parc de véhicules personnels au Québec a augmenté de 65 %, soit une hausse près de trois fois plus importante que la croissance démographique de la province (+19 %) », précise le rapport. Les catégories de véhicules qui ont connu la plus forte progression durant cette période sont les camions légers pour passagers, dont les véhicules utilitaires sports, avec une hausse de 282 %.

« Les mesures actuelles, dont le marché du carbone, aident le Québec à réduire son utilisation de combustibles fossiles et ses émissions de gaz à effet de serre, mais ne sont pas suffisantes. Pour réussir la transition, il faudra prioriser une transition vers une économie qui minimise la consommation et les pertes d’énergie, améliore sa productivité énergétique et favorise des stratégies d’économie circulaire », souligne M. Pineau.

10 %
C’est la hausse de consommation de produits pétroliers au Québec pour la période 2013-2018, avec une moyenne quotidienne de 365 000 barils en 2018.

Par ailleurs, depuis 2015, les approvisionnements en pétrole canadien et américain « ont considérablement augmenté », peut-on lire dans le rapport. En date du 19 octobre 2019, il a été estimé que ces deux sources correspondraient au total des approvisionnements en pétrole du Québec, dont 38 % de l’Ouest canadien et 62 % des États-Unis.

Quant à la consommation de gaz naturel, « comme la production non traditionnelle de gaz de schiste s’accroît en Amérique du Nord, la proportion de cette source dans le réseau québécois va en grandissant ».