Grésil et neige compliqueront les derniers déplacements de l'année

La tempête doit atteindre le sud-ouest du Québec en mi-journée, lundi.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir La tempête doit atteindre le sud-ouest du Québec en mi-journée, lundi.

Du grésil, puis de la neige mettront un terme à l’année météo. Dimanche, une intense dépression se dirigeait vers le Québec et l’Ontario. Des météorologues prévoyaient qu’elle compliquera les déplacements routiers, piétonniers et aériens lors des journées de lundi et de mardi.

La tempête doit atteindre le sud-ouest du Québec en mi-journée, lundi. Elle apportera d’abord des précipitations de grésil sur l’Outaouais, les Laurentides, la grande région de Montréal et une partie de la Montérégie, qui feront place à de la neige à partir du début de la soirée.

« Il y aura probablement aussi un peu pluie verglaçante mêlée à tout ça au courant de la journée de lundi, explique Amélie Bertrand, météorologue d’Environnement Canada. On s’attend à une accumulation de 2 à 4 mm de glace. Il faut prévoir des routes et des trottoirs glissants dans l’extrême sud du Québec. »

Les précipitations neigeuses dans le sud-ouest de la province se poursuivront mardi, veille du Nouvel An. Au total, une quinzaine de centimètres pourraient s’accumuler au sol. La Mauricie et les régions plus à l’est, quant à elles, recevront seulement de la neige.

« Il n’y a pas de mélange prévu de ce côté-là, mais plutôt une bonne bordée de neige combinée avec de forts vents ; donc de la poudrerie à plusieurs endroits », dit Mme Bertrand.

Des retards anticipés

Dimanche, des transporteurs aériens, dont Air Canada et WestJet, proposaient à certains de leurs clients dont le vol pourrait être perturbé par les mauvaises conditions météorologiques de modifier leur réservation sans frais. Les avis visent surtout les vols prévus lundi.

On s’attend à une accumulation de 2 à 4 mm de glace. Il faut prévoir des routes et des trottoirs glissants dans l’extrême sud du Québec.

Chez Air Canada, les titulaires de billets pour un vol en partance ou à destination d’une douzaine de villes au Canada et dans le Nord-Est américain — dont Montréal, New York et Ottawa — pourraient changer les dates de leur voyage sans pénalité, en fonction des disponibilités.

WestJet a publié un avertissement similaire en expliquant qu’elle avait « facilité les démarches » pour ses clients concernés voulant modifier ou annuler leur réservation. « Nous encourageons tous les clients voyageant à destination ou en provenance des aéroports touchés par le système météorologique à vérifier le statut de leur vol avant de partir pour l’aéroport », recommande la porte-parole Lauren Stewart.

Le voyagiste Sunwing a pour sa part indiqué qu’il prévoyait des retards en raison de « facteurs incontrôlables susceptibles d’avoir une incidence sur les activités aéroportuaires », mais qu’il était très rare qu’il en vienne à annuler des vols.

Air Transat n’avait pas répondu au Devoir au moment où ces lignes étaient écrites.

« C’est sûr que le système dépressionnaire risque d’entraîner des retards de vols, si ce n’est pas des annulations, parce que lundi ça va être glacé un peu partout » dans le sud-ouest du Québec, note la météorologue Amélie Bertrand.

Air chaud, air froid

Le coeur du système météo, généré par la rencontre d’air froid provenant de l’Arctique et d’air chaud du golfe du Mexique, se trouvait dimanche après-midi au-dessus du Minnesota.

Dans certaines régions du Dakota du Nord, du Dakota du Sud et du Nebraska, la dépression a laissé dans son sillage plus de 30 centimètres de neige au sol.

L’Ontario est également sur la trajectoire du système météorologique. Dans le sud de la province, on attendait de 10 à 15 mm de pluie verglaçante entre dimanche soir et lundi après-midi. Environnement Canada avertissait de risques considérables de pannes d’électricité généralisées.