Le ministre Pierre Dufour critique un scientifique reconnu pour son expertise sur le caribou

Martin-Hugues St-Laurent dirige depuis 10 ans une équipe de recherche qui mène plusieurs projets sur le caribou forestier et travaille étroitement avec les experts du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.
Photo: Peupleloup CC Martin-Hugues St-Laurent dirige depuis 10 ans une équipe de recherche qui mène plusieurs projets sur le caribou forestier et travaille étroitement avec les experts du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, a critiqué sans détour mercredi le scientifique universitaire Martin-Hugues St-Laurent, qui dirige depuis 10 ans une équipe de recherche qui mène plusieurs projets sur le caribou forestier et qui travaille étroitement avec les experts du ministère dirigé par M. Dufour.

« C’est facile d’être assis dans sa tour d’ivoire à l’Université de Rimouski et de dire : “Voici comment ça fonctionne” », a lancé le ministre caquiste, cité par Radio-Canada, lors d’une mêlée de presse à l’Assemblée nationale.

Pierre Dufour, qui a déjà suggéré de couper davantage d’arbres pour lutter plus efficacement contre les bouleversements climatiques, a du même coup admis que l’industrie forestière peut avoir des répercussions sur l’habitat du caribou forestier. « La forêt, c’est une manière d’exploiter économiquement quelque chose qui repousse. Mais c’est sûr que ça peut avoir un effet sur le caribou, on ne se le cachera pas. Un moment donné, on va se dire les vraies affaires aussi », a-t-il dit.

En s’appuyant sur les connaissances scientifiques sur le caribou qui vit en territoire québécois, Martin-Hugues St-Laurent s’est montré critique au cours des derniers jours de différentes décisions annoncées par le ministre Pierre Dufour. Il a notamment jugé qu’il n’était pas suffisant d’abattre des loups pour tenter de préserver les derniers caribous des hardes au seuil de l’extinction dans Charlevoix et dans la région de Val-d’Or.

Au Devoir, il a également indiqué que la décision d’annuler les mesures de protection temporaires sur trois massifs forestiers du Saguenay–Lac-Saint-Jean, mises en place pour préserver l’habitat du caribou forestier, est « prématurée ». Selon le gouvernement, les caribous ne fréquentent plus ces secteurs, qui totalisent 460 km². Il est donc possible de les offrir à l’industrie forestière.

« Les trois secteurs sont très probablement des territoires qui constituent des habitats propices pour le caribou. Ils sont d’autant plus importants qu’on a procédé à des coupes dans plusieurs secteurs de la région, ce qui a réduit l’habitat disponible pour le caribou. Donc, avec cette décision, on empiète sur un habitat qui pourrait être utile pour le rétablissement de l’espèce », a plutôt expliqué M. St-Laurent.

Mercredi, Le Devoir a révélé que le gouvernement Legault a décidé d’abolir ces mesures de protection avant même d’avoir en main des données scientifiques qui permettraient pourtant d’évaluer avec plus de précision si les cervidés menacés fréquentent ces trois territoires naturels. En fait, le dernier relevé aérien de recensement dans la région remonte à 2012. À ce moment, des caribous fréquentaient le secteur. Le prochain relevé est prévu en 2020.

Travail scientifique

Contacté par Le Devoir, Martin-Hugues St-Laurent n’a pas souhaité mercredi se lancer dans « une guerre de mots » avec le ministre caquiste Pierre Dufour. « Mon laboratoire, il est dehors. Nous sommes constamment sur le terrain, même l’hiver, notamment avec les étudiants que je dirige à la maîtrise ou au doctorat. Et mon travail scientifique est mené au bénéfice de la société québécoise, qui finance mes travaux de recherche. Nos résultats sont d’ailleurs utilisés un peu partout », a-t-il expliqué.

Le scientifique, qui a passé la journée de mercredi à discuter d’enjeux fauniques avec des représentants du ministère dirigé par Pierre Dufour, a souligné que son travail se fait en étroite collaboration avec des experts du gouvernement depuis plusieurs années. « Je dirige depuis 2008 un programme de recherche spécialisé sur le caribou qui a même été financé par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, mais aussi par l’industrie. Je collabore avec les experts du ministère sur plusieurs projets. On travaille ensemble et notre objectif est notamment de mieux comprendre la situation et de suggérer des solutions pour le rétablissement. »

Le gouvernement Legault, qui répète constamment qu’il a mis en place des mesures temporaires de protection du cervidé menacé en attendant la présentation d’une stratégie provinciale en 2022, a d’ailleurs basé en partie ses mesures sur les résultats des travaux menés par l’équipe de M. St-Laurent. Celle-ci a publié plus de 60 articles scientifiques au cours des dernières années.

Les travaux de l’équipe démontrent notamment que la protection de forêts matures est essentielle pour la protection du caribou forestier. « Si M. St-Laurent est capable de faire repousser une forêt mature, comme il dit toujours “ça prend une forêt mature”, s’il est capable de [faire] repousser une forêt en l’espace d’un an, qu’il me le dise, parce que je n’ai pas la solution », a répliqué mercredi le ministre Pierre Dufour.