Le Québec et la Californie font bloc pour défendre le marché du carbone

François Legault et Gavin Newson se sont tous deux engagés durant leurs échanges à Sacramento à convaincre d’autres États et provinces à joindre le marché du carbone.
Photo: Marco Bélair-Cirino Le Devoir François Legault et Gavin Newson se sont tous deux engagés durant leurs échanges à Sacramento à convaincre d’autres États et provinces à joindre le marché du carbone.

Le premier ministre François Legault a fait bloc mercredi avec le gouverneur de l’État de la Californie, Gavin Newsom, contre l’administration Trump, qui tente de faire voler en éclats le marché du carbone.

« Les symboles importent et [que le] premier ministre soit ici, c’est profondément important. Nous sommes reconnaissants. Je suis reconnaissant », a déclaré M. Newsom dans un impromptu de presse.

En octobre, le président Donald Trump a demandé aux tribunaux d’invalider l’entente conclue il y a plus de six ans entre la Californie et le Québec pour lier leur système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de gaz à effet de serre (GES) respectif. Deux mois plus tard, la Californie et le Québec contre-attaquent avec un « message d’unité », s’est réjoui M. Newsom devant le manoir Leland Stanford au coeur de Sacramento.

En attendant M. Legault, le gouverneur a vivement dénoncé devant la presse québécoise l’initiative de Washington qui vise, selon lui, à émasculer la stratégie de réduction des émissions de GES de la Californie. « Cette attaque contre notre programme de plafonnement et d’échange est particulièrement insultante et absurde, et légalement douteuse », a-t-il dit pendant que les travaux de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP25 battent leur plein à Madrid, en Espagne.

M. Legault ne craignait pas mercredi d’offusquer le chef d’État américain en se portant à la défense de la bourse du carbone, dont il conteste la légalité, aux côtés de son adversaire politique Gavin Newsom. « Nous, on l’aime la bourse du carbone. Je ne pense pas que ce soit une nouvelle pour Monsieur Trump », a dit l’homme politique québécois.

La Californie est plus pro-environnement que l’ensemble des États-Unis. Le Québec est plus pro-environnement que le reste du Canada. Donc, on a une position qui est un peu semblable.

 

Peu importe le dénouement du bras de fer juridique entre Washington et Sacramento, « le système de plafonnement et d’échange ira de l’avant au Québec, et même chose en Californie », a souligné M. Newsom, à la tête de la cinquième économie mondiale. Les contrecoups d’une défaite de la Californie devant les tribunaux seraient dans les faits « insignifiants », mais « symboliquement importants », a toutefois ajouté l’élu démocrate. « Les symboles importent. »

Malgré les risques de dislocation du marché canado-américain, M. Legault et M. Newsom se sont tous deux engagés mercredi à inciter d’autres gouverneurs et premiers ministres à adhérer à leur système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de GES. « J’aimerais ça voir une vingtaine d’États américains [en faire partie]. Il m’a dit que ce n’était pas irréaliste », a indiqué M. Legault en conférence de presse. L’élu québécois trouve « plus difficile » de chiffrer le nombre de provinces canadiennes ― populeuses de surcroît ― susceptibles de grossir les rangs du marché du carbone dans la mesure où « il y a trois provinces ― l’Alberta, la Saskatchewan et l’Ontario ― qui sont dirigées par des gouvernements conservateurs ― dans les deux sens du mot », a-t-il précisé. Il s’est engagé à « continue [r] de répéter à Doug Ford qu’il y a beaucoup plus d’avantages d’être dans une bourse du carbone que d’avoir une taxe sur le carbone ».

M. Newsom et M. Legault ont aussi convenu mercredi de favoriser le développement de partenariats entre des entreprises californiennes et québécoises spécialisées dans la fabrication d’automobiles, de camions, d’autobus et de tramways électriques. L’atteinte des cibles de réduction de GES passe nécessairement par une diminution importante des émissions de GES dans le secteur des transports. C’est le « grand défi » de la Californie et du Québec, a souligné M. Legault au terme de sa mission de quatre jours dans l’État doré.

Ce reportage a été financé grâce au soutien du Fonds de journalisme international Transat-Le Devoir.