Les fausses montagnes d’Asbestos

Brian Lodge a travaillé toute sa vie dans l’élevage sur une terre à l’entrée d’Asbestos. Il sourit doucement quand on lui demande s’il est inquiet des conséquences possibles des résidus d’amiante sur l’environnement.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Brian Lodge a travaillé toute sa vie dans l’élevage sur une terre à l’entrée d’Asbestos. Il sourit doucement quand on lui demande s’il est inquiet des conséquences possibles des résidus d’amiante sur l’environnement.

Tantôt perplexes, tantôt insultés, les résidents d’Asbestos suivent pour la plupart avec méfiance la tenue du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur les résidus miniers de l’amiante.

La colline derrière la maison de Brian Lodge n’a rien de naturel, mais elle est là depuis toujours. « Quand j’étais petit, on jouait à la tag dessus », raconte le vieil homme.

Depuis la création de la mine Jeffrey en 1881, des dizaines de fausses montagnes comme celle-là ont été érigées pour disposer des résidus de l’extraction. On appelle cela des haldes. Avec le temps, une couche solide les a enveloppées. Ici et là, des plantes et parfois des conifères ont poussé dessus.

Pour les visiteurs qui découvrent les environs, elles déconcertent par leur nombre, leur taille et leur effet de paliers, qui trahissent leurs origines. Mais pour les gens d’Asbestos, elles font tout simplement partie du paysage.

Brian Lodge a travaillé toute sa vie dans l’élevage sur une terre à l’entrée d’Asbestos. Alors que nous discutons sur son terrain, une cinquantaine de vaches écossaises nous observent sans broncher. Il dit que les membres de sa famille qui ont travaillé dans la mine n’ont jamais été malades. Connaît-il des gens qui ont eu l’amiantose ? « Oui, mais c’étaient des gros fumeurs. »

Quand on lui demande si les conséquences possibles des résidus sur l’environnement l’inquiète, monsieur Lodge sourit doucement. À côté de lui, les dizaines de vaches écossaises dont il prend soin nous observent avec vigilance. « On va tous mourir de quelque chose », dit-il.

Le BAPE, le débat sur le changement de nom, très peu pour lui. Il se demandejuste pourquoi tout le monde s’intéresse aux haldes maintenant.

La réponse trouve son origine à Ottawa. L’an dernier, le gouvernement Trudeau a banni formellement l’amiante et tous les produits qui en contiennent parce qu’ils sont cancérigènes.

Un an plus tard, cet automne, le ministre du Développement durable, Benoit Charette, réclamait la tenue d’un BAPE pour savoir si l’exploitation des haldes était une bonne idée.

La question se pose d’autant plus que des entreprises sont pressées d’exploiter le magnésium qui dort dans les résidus.

Jeudi, lors des audiences à Asbestos, le patron d’Alliance Magnésium, Joël Fournier, a été le premier à venir poser une question au micro. Il parle d’extraire 10 000 tonnes de minerai par an, de créer 70 emplois.

Quels risques ?

Pour le maire Hugues Grimard, la cause est déjà entendue. Il souhaite « avoir les coudées franches » pour faire du développement et reproche au gouvernement de ne pas avoir de normes claires concernant les résidus miniers, en particulier la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

« On est capables de créer de la richesse rapidement en s’assurant de minimiser le risque le plus possible. […] Le risque zéro n’existe pas et n’existera jamais », dit-il.

Que sait-on de ce qui se cache dans les fausses montagnes, à part le magnésium ? Personne ne conteste le fait qu’elles contiennent encore de l’amiante. Dans quelles proportions ? Les avis sont plus partagés là-dessus pour l’instant. Jusqu’à présent, personne n’a démontré que leur présence puisse polluer l’eau, mais les experts sont très préoccupés par l’air.

Le ministère de la Santé craint surtout pour les travailleurs qui pourraient être appelés à extraire le magnésium. Jusqu’à quel point pourraient-ils être exposés, et à quoi ?

La question se pose aussi pour les gens qui oeuvrent dans l’entretien des routes et pavés, dans lesquels Asbestos a mis de l’amiante pendant des décennies. En face du Tim Hortons, des travailleurs vêtus de combinaisons de plastique ont débarqué récemment pour réparer une partie de la route, raconte Raynald Duquet, un résident qui a travaillé dans l’amiante pendant 33 ans.

« Ça m’a mis en t… », dit-il. Ceux qui font des lois, « comme la CSST », [la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail] ils « exagèrent ». « Pas besoin d’avoir un secondaire 5 pour savoir que l’amiante qui est contenu dans l’asphalte est pas volatile, dit-il. Ils en font un plat. »

« Ils viennent rire de nous autres, dans notre ville d’amiante. C’est pas si dangereux que ça. »

Un minéral magique…

Aujourd’hui fibre honteuse, l’amiante a longtemps été un symbole de fierté. Encore aujourd’hui, les gens aiment souligner que la mine Jeffrey, fermée en 2012, était la plus grande mine à ciel ouvert « au monde ».

Une fierté qui transparaît aussi dans le belvédère aménagé par la Ville pour observer l’immense fosse à partir de la route. Sur le sol, de grosses pierres permettent de différencier les minéraux. « Asbestos, un minéral magique ? », peut-on lire sur l’un des panneaux explicatifs. « Un trésor enfoui », dit l’autre.

Pour M. Duquet, les risques que représentent les haldes ont quelque chose de ridicule quand on pense aux conditions de travail du passé. En 33 ans, il a travaillé dans une manufacture qui fabriquait des bardeaux de revêtement en amiante, dans le moulin 5, où on le transformait, puis dans la fosse, à la fin de sa carrière.

Qu’en est-il ? Le taux d’incidence de maladies professionnelles liées à l’amiante à Asbestos est neuf fois plus grand que dans le reste de la région, selon une étude publiée en octobre 2018 par la Direction de santé publique (DSP) de l’Estrie, avec 31,6 cas par année pour 100 000 habitants. Parmi les cas recensés entre 2006 et 2017, 85 % des malades avaient 65 ans ou plus ; 10 %, entre 55 et 64 ans et 5 %, entre 35-54. Ce sont presque tous des hommes.

Sont-ils tous d’anciens mineurs ? La DSP n’était pas en mesure de le dire jeudi.

La semaine prochaine, le BAPE se déplace à Thetford Mines.

« Chez nous, tout le sous-sol est en remblai minier. C’est ce qui a été utilisé pendant 125 ans. Ça n’a jamais posé de problème et ils viennent tout juste de décider que ça en posait un », plaide le maire Marc-Alexandre Brousseau. « Chez nous, les cols bleus travaillent dans le sol de mine depuis toujours. »