Les koalas ne sont pas près de l’extinction en Australie

La présidente de l’Australian Koala Foundation (AKF), Deborah Tabart, avance que plus de 1000 koalas auraient péri dans les feux de brousse depuis deux mois.
Photo: Getty Images La présidente de l’Australian Koala Foundation (AKF), Deborah Tabart, avance que plus de 1000 koalas auraient péri dans les feux de brousse depuis deux mois.

Contrairement à une information erronée qui a été gazouillée, partagée et même relayée par des médias, les koalas ne sont pas au bord de l’extinction en Australie, bien que de violents feux de brousse aient ravagé la côte est du pays. Explications.

« À une certaine époque, il y avait des millions de koalas en Australie. On estime qu’il y en a aujourd’hui environ 300 000. Cela dit, ils ne sont pas près de disparaître », tranche dans un échange avec Le Devoir la professeure Diana Fisher, qui enseigne la biologie à l’Université du Queensland en Australie.

Cette spécialiste des marsupiaux (dont les koalas) confirme que les récents incendies sur l’île-continent ont possiblement fauché la vie de « quelques centaines » de koalas. Mais les feux ne les ont pas fait basculer dans une catégorie où ils sont davantage menacés, précise-t-elle.
 

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), référence mondiale en matière d’animaux en péril, considère toujours les koalas comme une espèce « vulnérable », et non « en danger ». Tout comme l’État australien.

300 000
C’est le nombre estimé de koalas vivant en Australie à l’heure actuelle. À une certaine époque, ils se comptaient par millions, selon la professeure Diana Fisher, de l’Université du Queensland.

Leur population est néanmoins en déclin, s’inquiète l’UICN, qui a inscrit l’espèce à sa « liste rouge ». Cette baisse s’explique entre autres par la destruction de larges pans de leur habitat naturel et par la chasse intensive dont ils ont fait l’objet au XIXe siècle, recherchés pour leur fourrure.

Dans le Queensland, un État du nord-est du pays, le nombre de koalas a chuté de 80 % entre 1995 et 2009, selon une étude menée par des chercheurs des universités du Queensland et Murdoch. « Mais dans les États plus au sud de Victoria et d’Australie méridionale, ils sont stables ou en augmentation », mentionne Mme Fisher.

Feux

L’Australie est toujours aux prises avec l’un des pires épisodes de feux de brousse de son histoire récente. Jusqu’à présent, au moins six personnes ont perdu la vie, et des centaines de maisons ont été détruites par les flammes. Plus d’un million et demi d’hectares seraient aussi partis en fumée.

Ces incendies, particulièrement précoces cette année, touchent les États du Queensland et de la Nouvelle-Galles-du-Sud, le long de la côte est. À Sydney, un épais brouillard toxique a envahi la ville la semaine dernière, propulsant la pollution atmosphérique à des niveaux parfois comparables à ceux observés à New Delhi, en Inde.

Mais sur le Web, c’est surtout le sort des koalas qui a retenu l’attention. Des images de bêtes déshydratées et recevant des soins, parfois gravement brûlées, ont abondamment circulé sur les réseaux sociaux et dans plusieurs grands médias du monde (dont la BBC).

80 %
C’est le taux de diminution du nombre de koalas dans le Queensland, un État du nord-est de l’Australie, entre 1995 et 2009. Les populations de koalas sont toutefois stables ou à la hausse dans d’autres États du pays.

Parmi celles-ci, cette vidéo d’une femme en soutien-gorge qui s’est élancée à la rescousse d’un koala, son chandail entre les mains. Après l’avoir fait boire et aspergé d’eau, la dame a conduit le marsupial à l’hôpital pour koalas sauvages de Port Macquarie — ville côtière située à 400 kilomètres au nord de Sydney.

Trop mal en point, celui que l’on a surnommé Lewis est finalement mort mardi.

Aucun bilan officiel sur le nombre total de koalas décédés dans les incendies n’a été dressé. À Port Macquarie, l’hôpital spécialisé faisait état le 15 novembre de 350 koalas disparus dans la région, sur une population de près de 700 marsupiaux.

De son côté, la présidente de l’Australian Koala Foundation (AKF), Deborah Tabart, avance que plus de 1000 koalas auraient péri dans les feux de brousse depuis deux mois.

L’organisation a toutefois été montrée du doigt cette semaine, après avoir faussement soutenu que les koalas sont virtuellement éteints (« fonctionally extinct », selon leurs mots). L’allégation a été rapportée ce week-end par le magazine Forbes, dans un article maintes fois partagé et qui a depuis été rectifié.

Des professeurs et des scientifiques ont rapidement démenti le contenu initial du texte. « C’est assez frustrant de voir autant de voix fortes de la science du climat partager avec crédibilité cet article », se désolait sur son compte Twitter David A. Steen, biologiste et vulgarisateur scientifique.

« Quand une information erronée est reprise par un média traditionnel, ça marche hyper bien. Parce que, tout d’un coup, il y a une caution », analyse au bout du fil Alexandre Coutant, professeur au Département de communication sociale et publique de l’UQAM.

Il estime d’ailleurs que la décision de Forbes de corriger le tir a été la bonne, tout en appelant à la prudence des organisations de presse, surtout lorsqu’il est question de « consensus scientifique ».

Cela dit, ce spécialiste des fausses nouvelles n’est pas surpris de la vitesse à laquelle l’allégation s’est propagée. « Il y a un peu tous les ingrédients classiques du succès d’une fausse nouvelle », dit-il, soit une base factuelle (les feux de brousse), des éléments vraisemblables (une extinction de masse) et une bonne dose d’émotion.

Définition

En fait, le terme « fonctionally extinct » remonte à un communiqué de l’AKF publié en mai dernier, au moment où l’organisme exhortait le gouvernement australien de Scott Morrison a posé plus de gestes pour protéger les koalas.

Ce terme « a deux significations possibles en écologie, relève la professeure Diana Fisher. Soit l’espèce est si rare que sa contribution à l’écosystème est quasi nulle [la définition la plus largement acceptée], ou la population est trop petite ou génétiquement compromise pour se reconstituer d’elle-même. Ni l’une ni l’autre ne s’applique aux koalas. »

Selon elle, les feux de brousse ne constituent pas la plus grande menace pour les koalas. Surtout que les eucalyptus — à la fois leur maison et leur garde-manger — sont adaptés pour se régénérer rapidement après un incendie.

Mme Fisher évoque plutôt la déforestation, l’urbanisation et la propagation de maladies comme la chlamydia, sans compter les effets grandissants des changements climatiques qui mènent à davantage de sécheresses. « Les koalas vivent dans des forêts sujettes aux incendies fréquents, et ce, depuis des millions d’années. »

Les dons affluent

Les images de koalas mal en point, les pattes parfois enrubannés pour guérir des brûlures, ont vraisemblablement ému bon nombre d’internautes. Pour preuve, un hôpital pour koalas de Port Macquarie a amassé plus de 1,7 million de dollars avec sa campagne de sociofinancement, lancée le 31 octobre. L’objectif initial était de récolter 25 000 $.

L’établissement, qui soigne en ce moment une trentaine de koalas, a fait savoir qu’il allait se servir de la somme amassée pour venir en aide à d’autres animaux et étendre son projet d’abreuvoirs pour koalas en pleine nature au-delà de la Nouvelle-Galles du Sud.