Aux actes, citoyens!

Guillaume Roy Collaboration spéciale
Un jardin communautaire d’Alma.  Dans cette municipalité située au pays des bleuets,  les citoyens ont la possibilité d’influencer  les projets de développement durable.
Alma en transition Un jardin communautaire d’Alma. Dans cette municipalité située au pays des bleuets, les citoyens ont la possibilité d’influencer les projets de développement durable.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Envie de changer le monde ? Commencez par influencer vos voisins, comme à Alma où des groupes citoyens ont créé une petite révolution en intégrant la philosophie « Alma en transition » dans leur quotidien et jusqu’au conseil municipal.

Au pays des bleuets, les changements climatiques s’atténuent un défi à la fois. C’est la stratégie du regroupement citoyen Alma en transition. « Pour que les gens changent leur mode de vie petit à petit, on a décidé de lancer un défi par mois entre janvier et mai », explique Jean Westphal, un des membres actifs du mouvement. L’objectif : réduire son empreinte carbone et favoriser un mode de vie plus durable grâce à l’engagement citoyen.

Véronique Fortin, qui travaille comme chargée de projet au Centre de solidarité internationale du Saguenay–Lac-Saint-Jean, a fait partie des 20 personnes qui ont relevé le défi carbone jusqu’au bout. « J’ai réussi à réduire mon empreinte en consommant plus de produits bios, locaux et équitables. Pour le transport, je n’ai pas réussi à le réduire autant que je le souhaitais, mais j’ai découvert le taxibus, qui marche vraiment bien », ajoute cette mère d’un jeune garçon qui songe à vendre l’une des deux voitures de la famille.

Changements jusqu’au conseil municipal

Pour elle, ce désir de changement s’est transformé en engagement politique. Élue conseillère municipale en 2017, Véronique Fortin était aux premières loges lorsqu’une importante délégation d’Alma en transition s’est présentée au conseil municipal, en novembre 2018, pour demander aux élus d’intégrer le développement durable dans toutes leurs décisions. « Cette première rencontre un peu houleuse nous a permis de comprendre que la Ville ne communiquait pas assez ses bons coups. » Il existait par exemple une politique de développement durable, qui visait notamment à réduire l’empreinte des véhicules municipaux, mais elle était méconnue de la population.

 
17
C’est le nombre de projets proposés au comité citoyen de développement durable d’Alma en avril 2019. Sur ces 17 projets, 7 ont été approuvés pour un financement total de 20 000 $.

En tout cas, le message a été entendu. En avril 2019, la Ville a accepté de créer un comité citoyen de développement durable et, deux mois plus tard, elle approuvait un financement de près de 20 000 $ pour sept projets parmi les dix-sept proposés, dont plusieurs émanaient d’Alma en transition. Le regroupement a continué sur sa lancée et déposé une liste de souhaits au conseil municipal en septembre, comme l’installation d’éclairages intelligents dans les endroits peu passants pour économiser de l’énergie, l’adoption d’une nouvelle politique de protection des arbres ou encore l’installation de fontaines d’eau.

Des racines dans les quartiers…

La philosophie « en transition » a notamment pris racine il y a cinq ans dans le quartier Saint-Pierre, se souvient Véronique Fortin. De petits projets en petits projets, le mouvement s’est propagé aux autres quartiers, jusqu’à s’inviter au conseil municipal. Aujourd’hui, le dialogue est ouvert et Alma veut « soutenir l’engagement citoyen et être un facilitateur de leur implication », souligne la mère de famille.