Le Saint-Laurent souffre déjà du réchauffement climatique

Denis Gilbert se dit donc préoccupé pour les années à venir, non seulement en ce qui concerne l’écosystème, mais aussi en ce qui concerne les communautés côtières affectées par l’érosion.
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Denis Gilbert se dit donc préoccupé pour les années à venir, non seulement en ce qui concerne l’écosystème, mais aussi en ce qui concerne les communautés côtières affectées par l’érosion.

Le Saint-Laurent subit déjà les effets concrets des bouleversements climatiques, prévient un scientifique de Pêches et Océans Canada. En plus des conséquences bien visibles de l’érosion côtière, tout l’écosystème subit une baisse continue des niveaux d’oxygène et une hausse des températures, deux phénomènes qui ont des répercussions sur la biodiversité. Et cette tendance lourde va durer.

« Les gens se demandent parfois si nous allons voir les effets des changements climatiques sur le Saint-Laurent. Mais en fait, ils sont déjà là », constate Denis Gilbert, chercheur, Climat et sciences océaniques, à Pêches et Océans Canada.

Le ministère fédéral a d’ailleurs publié récemment deux documents de recherche qui viennent appuyer les constats préoccupants des scientifiques sur cet écosystème marin majeur pour l’est du pays et le Québec : les eaux profondes sont de plus en plus chaudes et la quantité d’oxygène dissous dans les eaux du golfe et de l’estuaire continue de diminuer. Des « records » ont même été atteints en 2018, selon les travaux de Pêches et Océans.

À titre d’exemple, M. Gilbert explique que les données scientifiques indiquent que, dans les années 1930, les eaux profondes situées au large de Rimouski atteignaient en moyenne une température de 3,3 °C. Celle-ci avoisine aujourd’hui les 6 °C. « Une hausse de 2,7 degrés, on considère que c’est gigantesque », souligne le chercheur, qui précise que la « tendance lourde » pointe vers une augmentation qui se poursuivra au cours des prochaines années.

La baisse de la quantité d’oxygène dissous dans l’eau, composante essentielle pour toute la vie marine, préoccupe également Denis Gilbert. Selon les analyses menées au cours des dernières années, la réduction marquée de l’oxygène affecte déjà certains secteurs du golfe, mais aussi plus d’un millier de kilomètres carrés de l’estuaire du Saint-Laurent. Dans certains secteurs, la baisse dépasse les 50 % par rapport aux niveaux qu’on observait dans les années 1930, soit au moment où la collecte de données a débuté.

Cette hypoxie a pour effet de chasser plusieurs espèces de poissons, de mollusques et de crustacés qui ne peuvent survivre en l’absence de quantités suffisantes d’oxygène. La morue, par exemple, est peu tolérante aux eaux moins oxygénées, rappelle M. Gilbert. Cela signifie que cette espèce aujourd’hui en voie de disparition dans le golfe peut être forcée de déserter des portions de son habitat.

Le CO2 responsable

S’il est difficile de prévoir précisément quelles seront les conséquences à long terme de cette diminution sur la biodiversité, les scientifiques sont aujourd’hui en mesure de démontrer plus clairement que jamais que l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère, imputable directement à notre dépendance aux énergies fossiles, est à l’origine du recul de la quantité d’oxygène et du réchauffement de l’eau.

Une étude océanographique internationale à laquelle Denis Gilbert a participé démontre en effet que cet accroissement du CO2 « influence les patrons de vents, qui influencent et interagissent à leur tour avec les courants marins ». Cela signifie que le courant du Labrador, qui apporte de l’eau froide et bien oxygénée dans le Saint-Laurent via le chenal Laurentien — vallée sous-marine de 1400 kilomètres qui transporte l’eau de l’Atlantique jusqu’à Tadoussac —, est de plus en plus remplacé par un apport d’eau plus chaude, plus salée et moins oxygénée provenant du Gulf Stream.

Encore là, Denis Gilbert précise que le remplacement de l’apport plus important provenant historiquement du courant du Labrador par celui du Gulf Stream constitue une « tendance lourde » observée par les scientifiques qui étudient le Saint-Laurent.

Déjà, les effets de ce phénomène semblent se faire sentir à travers certains bouleversements dans la faune marine. Le homard, par exemple, se fait de plus en plus présent, selon ce que constatent les pêcheurs des Îles-de-la-Madeleine, mais aussi désormais ceux de la Côte-Nord. Le thon rouge est lui aussi plus présent, tandis que la crevette nordique, elle, décline.

Du côté des cétacés qui fréquentent le Saint-Laurent, le réchauffement semble favoriser une plus grande présence de la baleine noire, avec tous les défis que cela comporte pour la gestion des pêches et de la navigation, cette espèce au seuil de l’extinction étant particulièrement vulnérable à ces activités humaines. Pour le béluga, une espèce d’origine arctique, la hausse des températures semble constituer une menace supplémentaire à son rétablissement.

Denis Gilbert se dit donc préoccupé pour les années à venir, non seulement en ce qui concerne l’écosystème, mais aussi en ce qui concerne les communautés côtières affectées par l’érosion, une réalité liée notamment au recul du couvert de glace. « Tous les phénomènes qu’on constate aujourd’hui vont prendre de l’ampleur. Ce sont donc de bonnes raisons pour aller vers un mode de vie plus sobre en carbone. Il faut accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il faut mettre de côté les carburants fossiles. Plus on retarde le virage, plus les conséquences de l’inaction seront coûteuses. »

À voir en vidéo