Extinction Rebellion défie l’interdiction de ses actions à Londres

Des militants se sont rassemblés devant les locaux du service de renseignement MI5 tandis que des activistes plus âgés ont protesté devant Buckingham palace.
Photo: Matt Dunham Associated Press Des militants se sont rassemblés devant les locaux du service de renseignement MI5 tandis que des activistes plus âgés ont protesté devant Buckingham palace.

Extinction Rebellion a lancé mardi de nouvelles actions chocs à Londres, défiant l’interdiction de manifester décrétée par la police de la capitale britannique contre le mouvement écologiste, à la deuxième semaine de sa mobilisation internationale contre la crise climatique.

Gail Bradbrook, cofondatrice du mouvement, a frappé à coups de marteau la baie vitrée de la façade du ministère des Transports, avant d’être arrêtée.

Des militants se sont rassemblés devant les locaux du service de renseignement MI5 tandis que des activistes plus âgés ont protesté devant Buckingham palace, l’une d’elles portant une petite pancarte proclamant : « Puis-je regarder mes petits-enfants dans les yeux et leur dire que j’ai fait tout ce que j’ai pu ? »

 
1489
C’est le nombre d’arrestations de militants du mouvement Extinction Rebellion à Londres depuis le début de la vague d’actions lancée le 7 octobre. Au total, 92 personnes sont poursuivies pour différents délits. 

Un autre a grimpé en haut d’un poteau près d’une entrée du Parlement de Westminster, portant un masque à gaz et un panneau de circulation « STOP ».

Extinction Rebellion (XR) a expliqué vouloir dénoncer l’absence « de plan de transition soutenant la décarbonisation de l’économie britannique ».

Nouvelles actions

Après une première mobilisation en avril, le mouvement, né au Royaume-Uni fin 2018, a lancé le 7 octobre une vague d’actions dans le monde, avec pour épicentre Londres où 1489 arrestations ont eu lieu.

Au total, 92 personnes sont poursuivies pour différents délits, dont obstruction de la voie publique.

Les nouvelles actions de mardi interviennent malgré une interdiction de manifestations décrétée lundi soir par la police londonienne.

« Toute personne ne se conformant pas à cette nouvelle restriction est passible d’arrestation et de poursuites », ont précisé les forces de l’ordre dans un communiqué, justifiant la mesure par des « perturbations graves » dans la capitale comme dans son centre financier.

Lundi soir, des manifestants réunis à Trafalgar Square, dans le coeur de la capitale britannique, ont ainsi été délogés par des policiers.

Le mouvement prône la désobéissance civile pour contraindre les gouvernements à agir face à la crise climatique. Depuis la semaine dernière, ses militants grimpent sur des avions, se collent avec de la glu aux bâtiments tandis que d’autres bloquent des ponts.

La semaine dernière, un groupe de militants avait escaladé le pont Jacques-Cartier à Montréal, ce qui donné lieu à la fermeture du pont en pleine heure de pointe matinale.