Greta Thunberg est en route vers l’Alberta

Samedi soir, la jeune activiste en environnement Greta Thunberg a annoncé qu'elle était en route vers l'Alberta, province connue pour son industrie pétrolière.
Photo: David Zalubowski Associated Press Samedi soir, la jeune activiste en environnement Greta Thunberg a annoncé qu'elle était en route vers l'Alberta, province connue pour son industrie pétrolière.

La militante écologiste Greta Thunberg est en route vers l’Alberta.

La jeune Suédoise de 16 ans qui est arrivée en Amérique à bord d’un voilier de course zéro carbone à la fin du mois d’août, n’a pas indiqué à quel moment exactement et par quel moyen de transport elle compte arriver dans la province de Jason Kenney et des sables bitumineux.

Samedi soir, elle a publié ce message sur les réseaux sociaux, accompagné d’une photo d’elle dans un champ: « En direction du nord à nouveau. Après quelques jours de repos bien mérité tout en profitant de la nature spectaculaire du Wyoming, de l’Idaho et du Montana. Ensuite, en Alberta ».

 

Une porte-parole du premier ministre de l’Alberta Jason Kenney, Christine Myatt, a réagi de manière ironique à l’annonce de l’adolescente en comparant la province à d’autres pays producteurs de pétrole.

« Nous sommes persuadés que Mme Thunberg reconnaîtra le rôle éminent de l’Alberta pour les droits de la personne et les normes environnementales, particulièrement si on compare la province aux dictatures productrices de pétrole comme l’Arabie saoudite, l’Iran, la Russie et le Venezuela — qu’elle devrait bientôt visiter, on présume — ou à de grands pays émetteurs de gaz à effet de serre comme la Chine », a-t-elle déclaré par courriel.

M. Kenney est en guerre, depuis quelques mois, contre les organismes de bienfaisance du secteur de l’environnement qui bloquent selon lui les exportations de pétrole de sa province.

Le gouvernement de l’Alberta a récemment ouvert une enquête publique sur le financement de campagnes environnementales.

L’Alberta tente d’utiliser l’attention que suscite une campagne électorale nationale pour braquer les projecteurs sur sa vision selon laquelle une industrie des hydrocarbures forte en Alberta peut stimuler la création d’emplois dans tout le pays.

De son côté, le chef libéral Justin Trudeau a souvent fait référence à Jason Kenney dans les dernières semaines, en invitant les électeurs à se rallier à lui pour combattre les premiers ministres conservateurs de l’Ontario et de l’Alberta.

Jason Kenney et Doug Ford luttent contre le plan de tarification du carbone que le gouvernement Trudeau leur a imposé parce qu’ils avaient abandonné celui que leurs prédécesseurs avaient mis en place. Ils appuient Andrew Scheer, le chef du Parti conservateur du Canada, qui a promis de l’éliminer d’entrée de jeu s’il prend le pouvoir.

La semaine dernière, le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré que la manière la plus efficace de lutter contre les changements climatiques et d’atteindre les cibles de l’Accord de Paris était d’instaurer une taxe carbone dans les pays du G20 qui atteindrait 75 dollars américains la tonne d’ici 2030.