La déforestation en Amazonie a augmenté de 93 % entre janvier et septembre

Pour les défenseurs de l’environnement et les spécialistes de l’Amazonie, cette hausse de la déforestation s’explique par la pression exercée sur la forêt par les bûcherons et éleveurs de bétail, encouragés par les prises de position du président d’extrême droite Jair Bolsonaro.
Photo: Joao Laet Agence France-Presse Pour les défenseurs de l’environnement et les spécialistes de l’Amazonie, cette hausse de la déforestation s’explique par la pression exercée sur la forêt par les bûcherons et éleveurs de bétail, encouragés par les prises de position du président d’extrême droite Jair Bolsonaro.

La déforestation en Amazonie brésilienne a augmenté de 93 % au cours des neuf premiers mois de 2019, par rapport à la même période l’an dernier, selon des chiffres officiels rendus publics vendredi.

Au total, 7 853 km2 ont été déboisés, bien au-dessus des 4 075 km2 enregistrés entre janvier et septembre 2018, selon l’Institut national de recherche spatiale (INPE). Sur l’ensemble de l’année 2018, la déforestation avait concerné 4 947 km2.

Au cours du seul mois de septembre, 1 447 km2 ont été déboisés, soit une hausse de 96 % par rapport à septembre de l’année dernière. En août, 1 700 km2 de forêt ont disparu.

Les chiffres de la déforestation se situaient début 2019 dans la moyenne des dernières années, jusqu’à une hausse significative à partir de juin. Selon les experts, la déforestation pourrait atteindre 10 000 km2 en 2019, une première depuis 2008.

Pour les défenseurs de l’environnement et les spécialistes de l’Amazonie, cette recrudescence s’explique par la pression exercée sur la forêt par les bûcherons et éleveurs de bétail, encouragés par les prises de position du président d’extrême droite Jair Bolsonaro qui prône l’exploitation des ressources naturelles dans les aires protégées.

La multiplication des incendies en Amazonie au mois d’août a suscité une vague de critiques de la communauté internationale contre le président Bolsonaro et la politique du gouvernement brésilien en matière environnementale.

Selon les dernières données satellite de l’INPE, il y a eu autant d’incendies en Amazonie entre janvier et septembre (66 750) que sur l’ensemble de l’année 2018 (68 345).

Sur les neuf premiers mois de 2019, le nombre d’incendies dans la plus grande forêt tropicale du monde a connu une hausse de 41 % par rapport à la même période l’année précédente. Mis sous pression, le président Bolsonaro a finalement autorisé fin août l’envoi de l’armée dans les États amazoniens pour lutter contre les incendies. La mesure a été prolongée jusqu’au 24 octobre.

La déforestation augmente généralement au Brésil à la saison sèche, qui dure de mai à septembre, et jusqu’à novembre dans certaines régions.