La candidature d’Anticosti à l'UNESCO menacée par Québec

La plus grande île du Québec compterait des vestiges d’occupation du territoire remontant à plus de 3500 ans. Son littoral renferme des sites fossilifères jugés exceptionnels.
Photo: Pierre Lahoud La plus grande île du Québec compterait des vestiges d’occupation du territoire remontant à plus de 3500 ans. Son littoral renferme des sites fossilifères jugés exceptionnels.

Soucieux de protéger les intérêts de l’industrie forestière, le gouvernement de François Legault menace directement la candidature de l’île d’Anticosti pour une inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO, selon les informations obtenues par Le Devoir. Le maire de la municipalité craint même pour la survie de sa communauté si l’obstruction de Québec se poursuit.

Soutenue depuis 2017 par le gouvernement fédéral, la candidature de l’île s’appuie essentiellement sur la « valeur universelle exceptionnelle » et « mondialement reconnue » de sa géologie. Il faut dire qu’on retrouve sur Anticosti le témoignage de « la première extinction massive de vie animale à l’échelle mondiale », principalement à travers ses fossiles.

Directeur scientifique du comité de pilotage du dossier de candidature pour l’UNESCO, André Desrochers a étudié pendant plusieurs années la géologie et la paléontologie d’Anticosti. Et selon lui, la plus grande île du Québec est carrément « une première de classe » comme témoin de cette période qui remonte à plus de 445 millions d’années.

Afin de faciliter le cheminement du dossier d’Anticosti jusqu’à son inscription sur la prestigieuse liste du patrimoine mondial, le gouvernement de Philippe Couillard avait promis de protéger les 7900 km2 de son territoire d’ici 2020. Un cas de figure qui aurait constitué un atout majeur en vue d’une reconnaissance par l’UNESCO, selon M. Desrochers.

Or, ce projet de protection de l’île est tombé à l’eau avec l’arrivée au pouvoir de la Coalition Avenir Québec, déplore le maire de la municipalité, John Pineault. Le comité de pilotage du dossier UNESCO a donc décidé de proposer un « compromis majeur » au comité interministériel chargé de « mettre en place les mesures adéquates de protection, de conservation et de gestion » préalables à l’inscription d’Anticosti.

Puisque les sites fossilifères « de qualité exceptionnelle » se situent tout le long du littoral de l’île, M. Desrochers explique qu’il a été suggéré de mettre en place une « zone tampon » de deux kilomètres, du littoral vers l’intérieur de l’île. Cela permettrait de préserver le « caractère exceptionnel » du site qu’on souhaite que l’UNESCO reconnaisse. Une telle mesure aurait du même coup permis de protéger « tout le potentiel archéologique » autour de l’île, qui compterait des vestiges d’occupation du territoire remontant à plus de 3500 ans.

André Desrochers est d’ailleurs formel : « tout site du patrimoine mondial de l’UNESCO nécessite des mesures de protection. C’est absolument essentiel, à tel point que sans ces mesures, le site sera refusé. Il faut donc proposer un projet qui comprend une zone tampon logique et réfléchie, sinon il est certain que la candidature ne sera pas retenue ».

Selon lui, le projet pourrait même ne pas être soumis par le gouvernement fédéral, sachant que le refus de l’organisation onusienne est prévisible. « Ils ne nous laisseront pas soumettre le dossier » sans mesures de protection adéquates, affirme M. Desrochers.

Refus ministériel  

Tous les ministères impliqués dans le comité interministériel, dont celui de l’Environnement, ont accepté cette proposition de « zone tampon ». Mais le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a émis un avis défavorable. Le comité de pilotage du dossier UNESCO a donc proposé un nouveau compromis, avec une bande d’un seul kilomètre. Le MFFP a de nouveau émis un avis défavorable.

Selon les informations obtenues par Le Devoir et selon ce qu’affirme John Pineault, le ministère veut ainsi protéger des territoires qui pourraient faire l’objet de coupes forestières industrielles. Les coupes de bois avoisinent chaque année les 100 000 mètres cubes sur Anticosti, soit 0,3 % des 34,2 millions de mètres cubes de « possibilités forestières » annuelles à l’échelle du Québec.

Photo: Alexandre Shields Le Devoir Un peu plus de 100 000 m3 de bois est coupé chaque année sur Anticosti.

Le MFFP reconnaît avoir émis un avis défavorable, et ce, après avoir « procédé à une analyse qui démontre des répercussions tant au niveau des activités de chasse au cerf de Virginie que de l’activité forestière ». Selon ce que soutient le ministère, une zone tampon « affecterait » la stratégie de gestion du cerf de Virginie, mais aussi « certaines pourvoiries ». Et « l’activité forestière serait aussi touchée de façon significative », précise-t-on dans une réponse écrite.

M. Pineault souligne pour sa part que la zone tampon proposée permettait la poursuite des activités de chasse, la pêche et la circulation des VTT, en plus de protéger l’embouchure de plusieurs rivières d’Anticosti, qui compte 24 rivières à saumon. Le maire déplore d’ailleurs l’attitude du MFFP et promet de poursuivre les démarches pour que le ministère accepte l’établissement de mesures de protection avant le dépôt de la candidature à l’UNESCO, prévu en 2021. Il lance du même coup un avertissement au gouvernement Legault : « Si le MFFP campe sur ses positions, il n’y a pas de bois qui va sortir de l’île l’année prochaine ».

John Pineault mise beaucoup sur la reconnaissance à l’UNESCO afin de pouvoir assurer la survie d’une communauté anticostienne dont la population se résume à moins de 200 personnes vivant sur une île qui représente 18 fois la superficie de Montréal.

« Le gouvernement met non seulement en péril la relance de l’île, mais aussi la survie de la communauté. C’est tellement décevant, surtout que le fait d’avoir une île comme Anticosti qui serait classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce serait une très belle vitrine pour le Québec à l’international. On fait notre possible pour développer des projets touristiques, pour diversifier notre économie, mais tout ce qu’on reçoit, ce sont des coups de bâtons de baseball dans les genoux », précise-t-il, dépité.

En fin de journée, vendredi, le MFFP a finalement indiqué au Devoir qu’il « analyse d’autres options » de protection qui seront soumises au ministère de l’Environnement du Québec, mais sans plus de précisions.

La saga Anticosti

14 février 2011Le Devoir révèle que le potentiel pétrolier de l’île serait très important. Hydro-Québec, qui détenait les permis d’exploration, a cédé ses droits à Pétrolia et Corridor Resources.

29 septembre 2011 : Une étude évalue le potentiel pétrolier sur Anticosti à plus de 40 milliards de barils.

13 février 2014 : Le gouvernement péquiste de Pauline Marois s’engage à investir 115 millions pour réaliser un projet d’exploration, en partenariat avec Pétrolia et Corridor Resources.

5 décembre 2015 : Philippe Couillard déclare qu’il n’a « aucun enthousiasme » pour le pétrole, dont le projet Anticosti.

28 juillet 2017 : Le gouvernement met fin au projet Anticosti et offre des millions de dollars en compensations aux entreprises concernées.

20 décembre 2017 : Anticosti est inscrite sur la liste des sites du patrimoine mondial au Canada, une étape cruciale en vue de sa candidature à l’UNESCO.

21 juin 2018 : Le gouvernement de Philippe Couillard annonce la mise sur pied d’un comité interministériel pour aider la municipalité à préparer son dossier de candidature à l’UNESCO.

25 octobre 2018 : Le premier ministre François Legault affirme qu’il ne souhaite pas relancer l’exploration pétrolière sur l’île. « Il n’y a aucun intérêt de notre part. Il n’y a pas de projets sur la table », dit-il.

12 commentaires
  • Yvon Pesant - Abonné 12 octobre 2019 05 h 00

    De la pitoune au pétrole et gaz de schiste, un pas ou pas?

    À quand le soutien gouvernemental renouvelé pour le développement de l’industrie pétrolière et gazière sur l’île d’Anticosti? On se le demande.

    Monsieur Legault qui le voulait beaucoup a eu beau changer d’idée pour nous dire après coup, en période électorale, qu’il n’en serait pas question... Mettons qu’il y a place au doute. Surtout quand on prend en considération sa position en regard des projets de GNL au Saguenay.

  • Nadia Alexan - Abonnée 12 octobre 2019 06 h 15

    Le bien commun avant les intérêts mercantiles.

    Honte au gouvernement Legault qui met les intérêts des compagnies forestières avant le bien commun de l’île d’Anticosti et pire encore, il met en péril la candidature de cette île, d'une exception historique, pour une inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

  • Elisabeth Bossé - Abonnée 12 octobre 2019 08 h 15

    Il faut protéger Anticosti

    J'ai séjourné deux fois sur l'île d'Anticosti comme simple touriste, et je planifie y retourner.
    Anticosti est une perle quasi intacte, exempte des monstres commerciaux et industriels qui spolient
    notre monde. Cette île est d'une magnifiscence indiscible.
    Il faut la préserver, la chérir, en faire un emblême de préservation.
    Il y a bien assez de bois au Québec pour que l'industrie se serve ailleurs, ou bien qu'elle le fasse décemment sur l'île en respectant son caractère précieux, unique et fragile.
    Pourquoi les intérêts commerciaux ont-ils le pouvoir d'écraser des projets de conservation majeurs qui auraient des répercussions de rayonnement international et la préservation de nature unique, et pourquoi les politiques se soumettent-ils à ces dictateurs?
    Est-ce que l'industrie forestière a complètement infiltré les ministères, à l'instar de la dénonciation de M. Robert, l'agronome du ministère de l'agriculture, qui lui avait fait perdre son poste?

    • Claude Bariteau - Abonné 13 octobre 2019 07 h 47

      Le faire décemment, ce fut un projet du PLQ en 2003. On n'a pas de bilan. Ça manque. Que M. Legault demande à son ministre de s'y pencher et invite le Forestier en chef, M. Louis Pelletier, de le conseiller pour assurer la survie de la faune et la regénération des sapinères d'origine, ce qui était l'objectif recherché

      Où en est-on ? Il faut le savoir avant de changer de cap et jeter aux poubelles l'idée de faire d'Anticosti un patrimoine québécois, pas canadien, de l'Unesco dont le Québec détient un siège, ce qui lui permet de faire valoir qu'Anticosti fait partie de son territoire.

      Dans ce dossier, M. Legault me semble hors de ses pompes parce qu'il ne veut pas déplaire à une compagnie de l'ouest ni au gouvernement canadien. Il faudrait qu'il se tienne debout. Vivre à genoux, ça ne ressemble pas au Québec d'aujourd'hui.

  • Gilles Théberge - Abonné 12 octobre 2019 08 h 41

    C'est la première craque, dans l'armure de Legault...

  • Robert Beaulieu - Abonné 12 octobre 2019 10 h 06

    La Saga

    En fin d'article, la liste des dates importantes dans la ''saga'' de l'ile, bizarre qu'on n'ait pas cru bon d'inclure la date que le prof. Marc Durand nous a informé non seulement que la fracturation hydraulique causerait des dommages irréparables, mais également que le potentiel d'exploitation rentable d'hydrocarbures de cet endroit est nulle.