La CMM demande à Hydro-Québec de modifier le tracé d’une nouvelle ligne

<p>Le projet de ligne menace aussi des plantations qu’avait effectuées Hydro-Québec dans le secteur des lacs Fauvel pour compenser les pertes de couvert forestier provoquées par le projet du Poste Blainville.</p>
Photo: Olivier Zuida Le Devoir

Le projet de ligne menace aussi des plantations qu’avait effectuées Hydro-Québec dans le secteur des lacs Fauvel pour compenser les pertes de couvert forestier provoquées par le projet du Poste Blainville.

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), présidée par la mairesse Valérie Plante, presse Hydro-Québec de revoir le tracé d’un tronçon d’une nouvelle ligne à 120 kilovolts (kV) prévue sur le territoire de Blainville. Non seulement ce tronçon menace des milieux naturels, mais il met en péril un projet de piste cyclable dans le secteur, fait valoir la CMM.

Hydro-Québec projette de construire un tronçon de ligne de transport d’électricité de quelque 13 km afin de relier le poste Judith-Jasmin, situé à Terrebonne, à celui du Boulevard-Labelle, à Blainville. Les premiers kilomètres ne causent pas de problèmes à la CMM puisqu’ils utiliseront une emprise existante de même qu’une ligne déjà utilisée. C’est sur le territoire de Blainville que la situation est problématique puisque la ligne traversera le Bois de Blainville et des tourbières ouvertes. Plus loin, elle longera les limites du parc du boisé des lacs Fauvel.

« Le tracé retenu à Blainville traverse des milieux naturels d’intérêt très élevé, en particulier un bois métropolitain ainsi que le plus grand complexe de milieux humides non riverains sur le territoire de la Communauté (plus de 600 ha) », précise une analyse réalisée par la CMM. « Au sein de ce complexe se trouve une tourbière ombotrophe. De plus, plusieurs occurrences d’espèces à statut précaire faunique et floristique y sont répertoriées. »

Selon les estimations de la CMM, l’ensemble du projet de ligne pourrait entraîner la perte de 10 hectares de couvert forestier, dont 5,11 dans le bois métropolitain. Il menace aussi des plantations qu’avait effectuées Hydro-Québec dans le secteur des lacs Fauvel pour compenser les pertes de couvert forestier provoquées par le projet du Poste Blainville.

La CMM avance aussi que le projet d’Hydro-Québec compromet la réalisation de la piste cyclable de 18 km de la Seigneurie des Plaines qui doit créer un lien Est-Ouest dans la Couronne Nord. Cette piste permettra de mettre en valeur les espaces ruraux et boisés de même que le patrimoine bâti et religieux de la région, rappelle la CMM. Un montant de 11,8 millions de dollars a été investi dans ce projet de piste cyclable, dont 2 millions de dollars pour la portion de Blainville.

« Une telle ligne aurait pour effet de provoquer une perte importante du couvert forestier et de perturber non seulement les milieux naturels, mais également le paysage alors qu’une piste cyclable régionale est en pleine construction », a soutenu par voie de communiqué Valérie Plante qui demande à Hydro-Québec de proposer une « solution alternative viable » au tracé actuel.

Le PMAD

Selon la CMM, la nouvelle ligne contrevient aussi aux objectifs du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) adopté en 2011 par les élus des 82 villes de la grande région de Montréal. Ce Plan énonce des principes visant la protection des bois et des corridors forestiers. Si Hydro-Québec persiste avec le tracé existant, la CMM pourrait émettre un avis de non-conformité.

« On s’attend à ce que des sociétés d’État, comme Hydro-Québec, respectent les objectifs et les orientations du PMAD, la protection des milieux naturels et la mise en valeur de la trame verte et bleue », a précisé Massimo Iezzoni, directeur général de la CMM.

La future ligne Judith-Jasmin-Boulevard-Labelle fait l’objet d’une consultation auprès du public depuis le printemps 2018 et devrait être construite à compter de l’automne 2020 pour une mise en service en 2021.

Il n’a pas été possible d’obtenir les commentaires d’Hydro-Québec jeudi. Sur Twitter, la société d’État a fait valoir que le tracé n’était pas final. « Nous sommes toujours en consultation afin d’obtenir une solution de moindre impact qui sera bientôt présentée aux différentes parties prenantes », a précisé Hydro-Québec.

Le tracé n'est pas final, dit Hydro-Québec

Hydro-Québec s'étonne de la sortie publique de la Communauté métropolitaine de Montréal concernant la nouvelle ligne de transport d'électricité qui doit relier le posteJudith-Jasmin à celui du Boulevard-Labelle. 

«Il n'y a pas de tracé final qui a été présenté, ni au milieu ni à la CMM ni à d'autres parties prenantes», a indiqué au Devoir vendredi Maxence Huard-Lefebvre, porte-parole d'Hydro-Québec.

L'Union des producteurs agricoles (UPA) et la Ville de Blainville ont déjà exprimé leurs préoccupations concernant le tracé initial et la Société d'État dit avoir travaillé avec eux au cours des derniers mois afin de trouver une solution de compromis.

Hydro-Québec doit aussi rencontrer les représentants de la CMM au début de la semaine prochaine au sujet de la nouvelle ligne. «On va considérer ce qui nous a été mentionné», a précisé M. Huard-Lefebvre.

À l'heure actuelle, c'est le poste Duvernay, à Laval, qui alimente celui du Boulevard-Labelle, mais comme il est à pleine capacité et qu'il y a une croissance de la demande, Hydro-Québec souhaite raccorder le poste du Boulevard-Labelle au poste Judith-Jasmin situé à Terrebonne.

Hydro-Québec entend proposer un nouveau tracé qui sera à la «satisfaction du plus grand nombre».