Climat: de nouvelles projections très alarmantes

Paris — Le réchauffement climatique s’annonce plus prononcé que prévu, ont averti mardi des scientifiques français en présentant deux nouveaux modèles climatiques très alarmants, qui serviront de base pour le GIEC. Dans le scénario le plus pessimiste, basé sur une croissance économique rapide alimentée par les énergies fossiles, la hausse de la température moyenne mondiale atteint de 6,5 à 7 °C en 2100. Dans le dernier rapport du GIEC de 2014, le pire scénario prévoyait une hausse de 4,8 °C par rapport à la période pré-industrielle. Le plus optimiste, basé sur une forte coopération internationale et la priorité donnée au développement durable, permettrait « tout juste » de rester sous l’objectif de 2 °C de réchauffement et « au prix d’un dépassement temporaire de l’objectif de 2 °C au cours du siècle ».