Benoit Charette manifestera avec les jeunes le 27 septembre, si son agenda le permet

Le ministre de l’Environnement du Québec, Benoit Charette
Photo: Andrew Vaughan La Presse canadienne Le ministre de l’Environnement du Québec, Benoit Charette

Le ministre de l’Environnement du Québec Benoit Charette n’a pas voulu confirmer mardi s’il participera ou non à la mobilisation climatique prévue à Montréal le 27 septembre.

Interpellé mardi dans les couloirs de l’Assemblée nationale, le responsable du dossier de la lutte contre les changements climatiques pour le gouvernement caquiste a simplement souligné qu’il pourrait prendre part à la manifestation si son « agenda » le lui permet.

« C’est une question de disponibilité et non de volonté », a-t-il dit. « Je ne nie pas l’importance de manifester par soucis pour l’environnement, mais comme ministre, mon rôle à moi est plutôt d’agir. Donc si l’agenda le permet, ce n’est pas exclu, mais nous sommes à finaliser cela d’ici la fin de la semaine », a fait valoir M. Charette.

Le ministre a rappelé qu’il doit représenter le gouvernement de François Legault dans le cadre de la « Climate Week » de New York, qui se tient dans la foulée d’un sommet d’une journée des Nations unies sur l’action climatique. M. Charette a ajouté qu’il doit se rendre par ailleurs en Europe dans les jours suivants, « toujours dans une perspective environnementale ».

Il a d’ailleurs soutenu que dans les deux cas, il s’agirait de « rencontres de la toute première importance ». « J’aime encore mieux agir que de manifester uniquement mon intérêt », a fait valoir le ministre. Même si aucune décision sur sa participation à la mobilisation montréalaise n’a été confirmée, Benoit Charette a dit qu’il s’agit d’« une belle mobilisation ».

Les travaux parlementaires ne seront pas suspendus à l’Assemblée nationale le 27 septembre, contrairement à ce que souhaitait Québec solidaire. Les trois autres formations politiques ont jugé que ce n’était pas une bonne idée. Le gouvernement Legault n’a donc pas donné suite à la proposition lancée dimanche par la co-porte-parole solidaire, Manon Massé. L’opposition libérale et l’opposition péquiste non plus.

Grève

Au Québec, plusieurs associations étudiantes, des institutions d’enseignement, des groupes communautaires, des organisations écologistes et certains commerçants comptent participer le vendredi 27 septembre au mouvement mondial de « grève pour le climat ».

Est-ce que le ministre Charette est favorable à cet appel à la grève ? « Nous saluons la mobilisation des jeunes envers les changements climatiques », a simplement indiqué la semaine dernière au Devoir le bureau du ministre responsable du dossier climatique.

La jeune militante climatique Greta Thunberg sera d’ailleurs présente à Montréal, parmi les manifestants. Son équipe a cependant indiqué qu’elle ne se rendra pas à Québec, afin de s’adresser aux élus dans l’agora de l’Assemblée nationale, en raison de son « agenda extrêmement serré ».

Plusieurs manifestations se tiendront au Québec le 27 septembre — tout comme dans des centaines de villes à travers le monde. Des rassemblements auront lieu à Québec, Gatineau, Sherbrooke, Joliette, Trois-Rivières, Rimouski, Saguenay et plusieurs autres villes.