Énergie Saguenay: «impossible» d’éviter l’habitat du béluga, selon GNL Québec

Tous les sites étudiés pour implanter le port d'Énergie Saguenay impliquent une hausse du trafic maritime dans l'habitat essentiel du béluga.
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Tous les sites étudiés pour implanter le port d'Énergie Saguenay impliquent une hausse du trafic maritime dans l'habitat essentiel du béluga.

Il est « impossible » d’éviter l’habitat du béluga du Saint-Laurent, conclut GNL Québec, après avoir analysé 14 sites différents pour implanter son projet d’exportation maritime de gaz naturel Énergie Saguenay. Parmi les sites évalués, on compte Cacouna, l’île Verte et le site du défunt projet Rabaska.

Le ministère de l’Environnement du Québec a mis en ligne mercredi plus de 700 pages de documents produits par l’entreprise de génie-conseil WSP, au nom de GNL Québec, pour répondre « aux questions et aux commentaires » du ministère sur l’étude d’impact du projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel albertain.

Ces documents expliquent notamment que 14 sites « potentiels » ont été analysés selon différents critères, dont « les aspects environnementaux et sociaux », « les aspects techniques » et « les aspects reliés aux coûts », qui « revêtent une importance capitale puisqu’un projet non rentable n’est pas un projet viable ».

Tous les sites étudiés étaient situés le long du Saint-Laurent, essentiellement dans la portion de l’estuaire, entre l’île d’Orléans et le Saguenay. Des sites étaient situés sur la rive Sud et d’autres sur la rive Nord du cours d’eau.

Parmi ceux-ci, on retrouvait trois sites où les installations portuaires de chargement des imposants navires méthaniers auraient été construites directement dans le parc marin du Saguenay — Saint-Laurent (Port au Saumon, Saint-Siméon et Cap de la Tête au Chien). On retrouvait aussi un site qui aurait impliqué d’implanter les infrastructures maritimes à Cacouna, un autre qui était situé directement sur le territoire insulaire de l’Île Verte et un site qui ciblait celui de l’ancien projet gazier Rabaska, au Sud de l’île d’Orléans.

Habitat essentiel

C’est finalement celui situé en amont du Saguenay qui a été retenu pour la proposition du projet gazier. Dans le document de réponses au ministère de l’Environnement du Québec, on précise toutefois qu’« afin d’atteindre tous les sites, il sera nécessaire que les navires parcourent une certaine distance à travers l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent, une espèce en péril de voie de disparition ».

« En raison des critères de délimitation de la zone d’étude pour la sélection initiale des sites, il est impossible d’éviter complètement l’habitat du béluga », souligne également le document.

Dans un document qu’elle a fait parvenir à la fin du mois d’août à GNL Québec, l’Agence canadienne d’évaluation environnementale a toutefois soutenu que la proposition de projet gazier ne respecte pas les exigences de la Loi sur les espèces en péril, qui prévoit que « toutes les solutions de rechange susceptibles de minimiser les conséquences négatives de l’activité pour l’espèce soient envisagées et la meilleure solution retenue ».

En effet, précise le document de l’Agence, « aucune étude de solutions de rechange spécifique au projet n’a été réalisée pour le choix du site d’implantation du terminal » et « aucun site situé en aval du Saguenay, hors de l’habitat essentiel du béluga et des aires d’alimentation intensive du rorqual bleu, deux espèces en voie de disparition au regard de la Loi sur les espèces en péril, n’a été considéré ».

En vertu de la réglementation fédérale, il est « interdit de détruire un élément de l’habitat essentiel » d’une espèce inscrite comme étant « en voie de disparition », ce qui est le cas du béluga.

Déclin du béluga

Est-ce que GNL Québec compte étudier la possibilité de présenter une proposition de site qui éviterait le passage de 150 à 200 méthaniers, chaque année, dans l’habitat essentiel du béluga ?

« En considérant l’ensemble des éléments liés au développement durable du projet, et suite à l’analyse de 14 autres sites, c’est le site de la zone industrialo-portuaire du Saguenay qui a été retenu pour la réalisation du projet Énergie Saguenay », a répondu mercredi la directrice principale, affaires publiques et relations avec la communauté de GNL Québec, Stéphanie Fortin.

« Ceci dit, la question du déclin actuel du béluga en est une que nous prenons très au sérieux et que nous regardons de façon globale », a-t-elle ajouté. « En ce sens, nous examinons l’ensemble des mesures d’atténuation que nous pourrions mettre en place pour réduire au maximum les impacts du transport maritime. Nous regardons également différentes façons de contribuer à l’évolution des connaissances scientifiques qui nous permettrait de déterminer les causes du déclin actuel du béluga. »

Selon l’analyse des scientifiques de Pêches et Océans Canada, « le bruit d’origine anthropique, particulièrement celui lié au transport maritime, est identifié comme une des principales menaces pour le rétablissement de la population [de bélugas] et un environnement sonore adéquat est identifié comme une composante de son habitat essentiel ».

Qui plus est, le fait que le trafic additionnel sur le Saguenay affectera un secteur « qui est assidûment fréquenté par des femelles, des juvéniles et des veaux, soit un segment particulièrement vulnérable de la population ». Selon Parcs Canada, « le principe de précaution doit être préconisé pour cette proportion des effectifs », qui nécessite « le plus de protection concernant l’augmentation du trafic maritime ».

Avec le projet Énergie Saguenay, on prévoit 300 à 400 passages de navires méthaniers (300 mètres de longueur et 50 mètres de largeur) sur le Saguenay chaque année. Ce projet s’ajoute à d’autres projets de terminaux maritimes qui occasionneront une hausse du trafic maritime dans le parc marin au cours des prochaines années.