L’arrivée de Greta Thunberg à New York retardée par la météo

Greta Thunberg est partie de Plymouth, en Angleterre, le 14 août dernier à bord du voilier <em>Malizia II</em>.
Photo: Kirsty Wigglesworth Archives Agence France-Presse Greta Thunberg est partie de Plymouth, en Angleterre, le 14 août dernier à bord du voilier Malizia II.

Le voilier zéro carbone transportant Greta Thunberg, jeune égérie de la lutte contre le changement climatique attendue mardi à New York, devrait finalement accoster mercredi ou jeudi en raison des conditions météorologiques, selon son entourage.

« L’arrivée est prévue demain [mercredi] ou jeudi, cela dépend encore du vent », a indiqué mardi à l’AFP l’un de ses proches.

Lundi, l’adolescente avait écrit sur Twitter que l’embarcation à bord de laquelle elle traverse l’Atlantique devrait accoster mardi à New York.

« Mer agitée au sud de la Nouvelle-Écosse. Mais les conditions près de New York seront plus lentes que prévu », avait-elle ensuite écrit.

L’adolescente suédoise de 16 ans, à l’origine d’un mouvement mondial en faveur du climat, est partie le 14 août avec son père à bord d’un voilier de course zéro carbone, le Malizia II, piloté par Pierre Casiraghi, fils de la princesse Caroline de Monaco, et l’Allemand Boris Herrmann, afin d’assister au sommet mondial sur le climat organisé par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres à New York en septembre.

Elle a refusé de s’y rendre en avion à cause des émissions de carbone que ce transport génère. Pierre Casiraghi a mis gratuitement à sa disposition un bateau pour parcourir les 3000 milles nautiques séparant les côtes britanniques des États-Unis.

À la rentrée scolaire 2018, Greta Thunberg avait décidé de faire l’école buissonnière chaque vendredi et de s’installer devant le parlement suédois à Stockholm pour sensibiliser les députés à l’urgence climatique.

Son action, rapidement relayée par les réseaux sociaux et les médias, a inspiré des milliers de jeunes à travers le monde et a donné naissance au mouvement Fridays for Future.

Avant le sommet de l’ONU le 23 septembre, Greta Thunberg, qui a pris une année sabbatique, participera à de nombreuses rencontres sur le climat. Elle a également prévu de se rendre au Canada, au Mexique et au Chili pour une autre conférence de l’ONU en décembre.

« Elle se sent bien et attend avec impatience les grèves et les événements autour du climat en Amérique du Nord et du Sud », a fait savoir mardi son entourage.