La menace d’une extinction silencieuse pèse sur la girafe

La girafe réticulée, une sous-espèce vivant dans la région de Laikipia, au Kenya, se fait de plus en plus rare. 
Photo: Tony Karumba Agence France-Presse La girafe réticulée, une sous-espèce vivant dans la région de Laikipia, au Kenya, se fait de plus en plus rare. 

Pendant des décennies, Lesaiton Lengoloni se posait peu de questions lorsque son chemin croisait celui du plus grand animal terrestre. « Avec une girafe, on pouvait nourrir le village pendant plus d’une semaine », se souvient ce berger samburu vivant sur le haut plateau de Laikipia, dans le centre du Kenya.

« Il n’y avait pas de fierté particulière à tuer une girafe, pas comme un lion », raconte cet homme au visage buriné par le temps, appuyé sur un bâton.

Et qu’importe si la chasse de cet animal charismatique est considérée comme du braconnage, « c’était un moyen de subsistance, on mangeait la viande, on se servait de la peau pour le cuir et pour fabriquer des remèdes, et les queues étaient symboliquement offertes aux aînés », explique-t-il.

Mais au fil des ans, dit-il, les girafes réticulées, la sous-espèce vivant dans cette région, se sont faites de plus en plus rares.

Sur fond de croissance démographique, leur habitat a été de plus en plus fragmenté et réduit, vu que certains continuent de tuer les girafes uniquement pour leurs os et leur cervelle, considérés comme des remèdes contre le sida, ou leur queue.

À l’échelle du continent, le nombre de girafes a diminué de quelque 40 % entre 1985 et 2015, pour atteindre environ 98 000 individus, selon des chiffres rassemblés par l’Union internationale pour la protection de la nature (IUCN), qui identifie toutefois des dynamiques régionales distinctes.

En Somalie, au Soudan du Sud, en République démocratique du Congo ou en Centrafrique, notamment, les conflits favorisent le braconnage et rendent quasi impossible toute tentative d’étudier et de protéger les girafes.

Des hausses remarquables ont été enregistrées en Afrique australe, mais en Afrique de l’Est, la girafe réticulée a perdu quelque 60 % de ses individus tandis que la girafe nubienne a connu une baisse tragique de 97 %. En Afrique centrale, la girafe du Kordofan a vu sa population diminuer de 85 %.

« Vulnérables » depuis 2016

L’annonce par l’IUCN du classement de la girafe dans la catégorie des espèces « vulnérables » a été accueillie avec une relative surprise fin 2016. Lors de la précédente évaluation, en 2010, elle était encore classée comme « préoccupation mineure ».

« La girafe est un grand animal que l’on voit assez facilement dans les parcs et les réserves, ce qui a pu donner la fausse impression que tout allait bien », analyse Julian Fennessy, coprésident du groupe de spécialistes de l’IUCN pour les girafes et les okapis. « D’autant que le problème se situe principalement en dehors des espaces protégés ».

De nombreux observateurs évoquent pour ces raisons la menace d’une « extinction silencieuse ». Historiquement, la girafe a rarement suscité beaucoup d’intérêt pour les chercheurs.

Photo: Tony Karumba Agence France-Presse Symon Masiaine (au volant) assure la protection des girafes au Kenya.

« Si on les compare à d’autres espèces charismatiques comme les lions, les éléphants et les rhinocéros, on sait très peu de choses sur les girafes », relève Symon Masiaine, coordinateur du programme d’étude et de protection des girafes Twiga Walinzi (gardiens des girafes, en swahili), au Kenya, débuté en 2016. « On reste en retard, mais les choses évoluent ».

Arthur Muneza, de la Fondation pour la préservation de la girafe, rappelle que la première recherche de longue durée sur les girafes ne date que de 2004, en Namibie, et que nombre de données sur les girafes ont été récoltées dans le cadre d’études sur d’autres animaux.

Il note également que l’IUCN, en l’absence de données fiables, a dû attendre 2018 pour être en mesure d’établir le niveau de menace pour certaines sous-espèces. La réticulée et la massaï sont désormais classées « en danger », la nubienne et la Kordofan « en danger critique d’extinction ».

« Sans données fiables, c’est difficile d’établir des mesures de protection adéquates », dit-il.

Peu d’informations

La dernière proposition en date vise à réguler le commerce international des girafes dans le cadre de la Convention sur le commerce international des espèces menacées, qui se réunit du 17 au 28 août à Genève. Mais là aussi, un manque cruel de données occupe le devant de la scène.

Six pays africains, dont le Tchad et le Kenya, proposent de classer la girafe dans la « liste des espèces qui, bien que n’étant pas nécessairement menacées actuellement d’extinction, pourraient le devenir si le commerce de leurs spécimens n’était pas étroitement contrôlé ». Des « permis d’exportation ou de réexportation » seraient dès lors obligatoires.

Sauf qu’il n’y a « pas suffisamment de données fiables » sur le commerce international des girafes, qu’il s’agisse des trophées, des parties de corps ou d’artefacts, souligne Arthur Muneza. « Il faudrait d’abord une étude pour connaître l’ampleur du phénomène et son éventuelle influence sur les populations de girafes ».

Les soutiens de la proposition invoquent le principe de « précaution » et soulignent qu’une classification obligerait les pays membres à récolter des données sur les exportations.

Les critiques dénoncent une proposition guidée par « l’émotion » plutôt que par les « faits scientifiques », et soulignent que le peu d’informations disponibles — les États-Unis sont le seul pays répertoriant ces importations — indique que l’essentiel des trophées de girafes proviennent de pays où les populations de girafes augmentent (Afrique du Sud et Namibie).

Sur le plateau de Laikipia, Symon Masiaine estime que, quelle que soit la décision prise à Genève, « cela veut dire qu’on parle de la girafe, et elle a bien besoin de cela ».