Énergie: deux gazières veulent relancer les forages dans la vallée du Saint-Laurent

Les groupes écologistes dénoncent les projets de Questerre et d’Utica Resources.
Photo: Junex Les groupes écologistes dénoncent les projets de Questerre et d’Utica Resources.

Près de 10 ans après le début de la saga du gaz de schiste, les entreprises Questerre et Utica espèrent relancer les projets gaziers dans la vallée du Saint-Laurent. Celles-ci ont d’ailleurs inscrit récemment des lobbyistes au registre québécois dans le but de promouvoir leurs projets, déjà contestés par des groupes écologistes.

L’entreprise albertaine Questerre a ainsi inscrit le 27 juin deux nouveaux mandats de lobbyistes-conseils ayant un mandat similaire lié au développement d’un « projet pilote d’évaluation d’une technologie propre appliquée à la production gazière », selon ce qu’on peut lire au registre des lobbyistes.

Leur demande est présentée en vertu de l’article 29 de la Loi sur la qualité de l’environnement, qui permet au ministre d’autoriser une entreprise à « déroger à une disposition de la présente loi ou d’un règlement pris en vertu de celle-ci ». Il faut dire qu’en vertu de la réglementation actuelle, il est interdit au Québec de réaliser des forages avec fracturation dans le schiste, soit la formation géologique des basses terres du Saint-Laurent présentant un potentiel en gaz de schiste.

Est-ce que Questerre a l’intention de réaliser un ou des forages avec fracturation ? Les demandes du Devoir envoyées jeudi au président de l’entreprise, Michael Binnion, sont demeurées sans réponse. Ce dernier, qui est aussi président de l’Association de l’énergie du Québec — nouveau nom de l’Association pétrolière et gazière du Québec —, disait ce printemps que son entreprise étudiait « de nouvelles technologies » d’exploitation gazière.

Le nouveau mandat des lobbyistes de Questerre précise d’ailleurs que les démarches visent à amener le gouvernement à adopter « une technologie propre appliquée à la production gazière fondée sur l’hydroélectricité, qui est à faible intensité de gaz à effet de serre, de rejets liquides, à faible niveau de décibels et d’utilisation d’eau potable ».

Portes ouvertes

L’entreprise albertaine n’est par ailleurs pas la seule à vouloir relancer les projets gaziers dans la vallée du Saint-Laurent, puisque Utica Resources a la volonté de lancer un projet de « réservoir de gaz naturel conventionnel » dans la région de Saint-Janvier-de-Joly, au sud-ouest de Québec. L’entreprise a convié les citoyens à une « journée portes ouvertes » samedi pour présenter son projet de développement.

Utica Resources a également inscrit récemment trois lobbyistes-conseils au registre québécois, en plus des trois lobbyistes de l’entreprise. Leurs mandats comprennent notamment des démarches « auprès des ministères afin d’obtenir l’ensemble des autorisations requises pour un projet éventuel de forage exploratoire dans les basses terres du Saint-Laurent ».

Au cabinet du ministre de l’Énergie et des ressources naturelles Jonatan Julien, on précise que le gouvernement entend faire respecter le « cadre légal et réglementaire extrêmement strict » et que « tout projet doit s’y conformer ».

Les groupes écologistes dénoncent les projets de Questerre et d’Utica Resources. Ils comptent être présents à la journée « portes ouvertes » afin de s’opposer aux « manoeuvres » des entreprises gazières, « qui persistent à vouloir développer la filière gazière malgré l’urgence climatique ».