Québec autorise le terminal maritime de carburant d’avion de Montréal-Est

En 2018, des travaux d'urgence ont été menés sur certains tronçons du pipeline Trans-Nord, dont des portions de la conduite situées à Laval (sur notre photo). 
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir En 2018, des travaux d'urgence ont été menés sur certains tronçons du pipeline Trans-Nord, dont des portions de la conduite situées à Laval (sur notre photo). 

Le gouvernement du Québec a donné le feu au projet de terminal maritime de carburant d’avion de Montréal-Est, un projet qui permettra d’alimenter en kérosène l’aéroport de Montréal en utilisant un pipeline construit en bonne partie en 1952 et ayant connu de nombreux problèmes au cours des dernières années.

Le décret gouvernemental autorisant le projet de 150 millions de dollars a été publié dans la Gazette officielle le mercredi 3 juillet. Le gouvernement de François Legault autorise donc la Corporation internationale d’avitaillement de Montréal (CIAM) à construire un terminal maritime où sera transbordé, puis stocké, du carburant d’avion destiné principalement à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal.

Le promoteur souhaite en fait construire sur le bord du fleuve Saint-Laurent un nouveau terminal doté de huit réservoirs pouvant stocker 164 millions de litres de kérosène. Ces produits pétroliers, amenés par bateau, pourront alors être chargés à bord de convois ferroviaires, de camions ou de barges, pour alimenter les aéroports d’Ottawa et de Toronto.

 

Pour ce qui est de l’aéroport situé à Dorval, la CIAM prévoit aussi de se brancher sur le pipeline existant de Trans-Nord, à Montréal-Est. Cette conduite traverse Montréal-Nord, puis la rivière des Prairies, une partie de Laval d’est en ouest, avant de redescendre vers le sud, de retraverser la rivière des Prairies, puis de rejoindre l’aéroport.

Le pipeline traverse notamment des secteurs résidentiels et passe près d’une école de Montréal-Nord. Vers l’ouest, ce pipeline construit en bonne partie en 1952 traverse la rivière des Mille-Îles et celle des Outaouais. Le pipeline Trans-Nord a une capacité de transport de 27,5 millions de litres par jour, soit plus de 172 000 barils.

Le pipeline Trans-Nord est responsable à lui seul de six des treize incidents liés aux pipelines au Québec répertoriés par l’Office national de l’énergie depuis 2008. L’an dernier, des interventions d’urgence ont été menées sur le pipeline. L’entreprise Trans-Nord a aussi fait des travaux sur certains tronçons, dont des portions de la conduite situées à Laval, près de la rivière des Mille-Îles.

Au cours des prochaines années, une fois le terminal de la CIAM en activité, cette conduite sera utilisée de façon intensive dans le cadre du projet de terminal maritime.