Une cinquième baleine noire a été découverte morte dans les eaux canadiennes

Sur la photo, une baleine noire et son baleineau à l'Aquarium de la Nouvelle-Angleterre
Photo: L'Aquarium de la Nouvelle-Angleterre Sur la photo, une baleine noire et son baleineau à l'Aquarium de la Nouvelle-Angleterre

Une cinquième baleine noire de l’Atlantique Nord a été découverte morte dans les eaux canadiennes ce mois-ci, cette fois sur la côte de l’île d’Anticosti, a indiqué tard mercredi Pêches et Océans Canada.

Les scientifiques du ministère ont prélevé des échantillons à des fins d’analyse.

Transports Canada a dit mettre en oeuvre immédiatement une mesure préventive d’urgence instituant une limitation temporaire de vitesse de 10 noeuds visant les navires de 20 mètres ou plus circulant dans deux couloirs de navigation désignés au nord et au sud de l’île d’Anticosti.

La vitesse était déjà limitée à 10 noeuds ailleurs dans le golfe du Saint-Laurent.

Les résultats préliminaires d’une nécropsie effectuée sur la deuxième baleine noire retrouvée morte « sont compatibles avec une mort causée par un traumatisme aigu, ce qui correspond à une collision avec un navire », a indiqué Pêches et Océans Canada.

Les résultats définitifs détaillés de la nécropsie seront disponibles dans les prochains mois.

Cette baleine noire a été observée pour la première fois à la dérive dans le golfe du Saint-Laurent, au nord-est des Îles de la Madeleine.

Une situation alarmante

Ces morts récentes dans le golfe du Saint-Laurent de baleines noires de l’Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition, sont alarmantes compte tenu du fait que les énormes mammifères viennent d’arriver dans les eaux canadiennes, selon un biologiste marin.

Boris Worm, professeur de biologie à l’Université Dalhousie à Halifax, a indiqué que la série de morts soudaines contrastait nettement avec la saison dernière, alors qu’aucune baleine noire n’avait perdu la vie dans les eaux canadiennes à cause de collisions avec des navires ou d’enchevêtrements dans des filets de pêche.

Selon M. Worm, les mesures novatrices prises l’année dernière, notamment le suivi en temps réel des animaux, ont été essentielles pour aider les baleines à survivre.

Il dit qu’il sera important de savoir si Pêches et Océans Canada a apporté des changements cette année à ces mesures.

Selon le ministère, la nécropsie sur la première baleine noire n’avait pas permis de conclure que la mort était liée à une collision ou à un enchevêtrement dans des filets.

Mardi, le ministère a indiqué qu’une baleine morte avait été repérée près de la Péninsule acadienne au Nouveau-Brunswick et qu’une autre avait été retrouvée à l’ouest des Îles de la Madeleine.