La CAQ promet d’atteindre les cibles de protection du territoire

Le projet de zone de protection de l’estuaire du Saint-Laurent permettrait de mieux protéger tout l’habitat essentiel du béluga.
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Le projet de zone de protection de l’estuaire du Saint-Laurent permettrait de mieux protéger tout l’habitat essentiel du béluga.

Malgré les retards accumulés depuis des années en matière de protection des milieux naturels au Québec, le gouvernement de François Legault s’engage à atteindre les objectifs fixés pour les écosystèmes marins et terrestres à l’horizon 2020, a appris Le Devoir. Cela signifie que des efforts majeurs devront être déployés pour respecter les échéanciers.

À l’heure actuelle, les aires marines protégées recouvrent à peine 1,9 % de la portion québécoise du Saint-Laurent. L’objectif établi pour 2020 est d’atteindre 10 %. Quant au territoire terrestre, la cible fixée selon le même échéancier est de 17 %, alors que le taux se chiffre aujourd’hui à 10,65 %.

Pour le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, il est donc évident que « le Québec accuse un retard important », a précisé son attaché de presse, Louis-Julien Dufresne. Une situation que la Coalition avenir Québec attribue à l’inaction des libéraux, qui ont été au pouvoir de façon presque ininterrompue pendant quinze ans.

« Toutefois, sachez que le ministre prend à coeur cet enjeu et prend à coeur les efforts pour atteindre ces cibles », a-t-il ajouté, dans une réponse écrite aux questions du Devoir. « Malgré les difficultés qui se présentent devant nous, nous comptons prendre tous les moyens disponibles pour les atteindre. »

Le cabinet du ministre Charette a du même coup confirmé que le gouvernement compte respecter l’échéancier de 2020, auquel le Québec a souscrit dans le cadre du Protocole international de Nagoya sur la biodiversité.

La Coalition avenir Québec a aussi inscrit la question des « aires protégées » dans le « cahier de consultation » distribué à ses membres en vue de l’élaboration des propositions qui seront présentées au congrès du parti, en mai.

« La mise en place d’aires protégées permet de protéger la biodiversité, lutter contre les changements climatiques, offrir un accès à la nature aux citoyens et favoriser la diversification économique des régions. Il est urgent de mieux protéger le territoire québécois », peut-on lire dans le document disponible en ligne.

Bonne nouvelle

Pour le directeur général de la Société pour la nature et les parcs du Québec (SNAP Québec), Alain Branchaud, cet engagement officiel du gouvernement est une bonne nouvelle.

Le biologiste estime d’ailleurs que malgré le fait qu’à peine quelques mois nous séparent de l’échéancier de décembre 2020, il serait possible de respecter l’objectif de protection de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent en misant sur des projets déjà définis.

Dans un premier temps, il faudrait compléter le projet de zone de protection marine (ZPM) de l’estuaire. Ce territoire de 6000 km2 a été ciblé comme « site d’intérêt » par Pêches et Océans Canada dès 1998, et ce, afin de bonifier la protection de l’habitat essentiel du béluga.

Selon des informations transmises au Devoir, l’« Entente de collaboration Canada-Québec pour l’établissement d’un réseau d’aires marines », signée en 2017, aurait permis de faire progresser les discussions en vue de la mise en place de cette ZPM. Pêches et Océans Canada n’a toutefois pas répondu aux questions envoyées jeudi, promettant simplement une réponse pour vendredi.

Alain Branchaud suggère aussi à Québec de bonifier substantiellement les mesures de protection des « refuges marins » établis par le fédéral dans la portion québécoise du Saint-Laurent, ce qui permettrait d’ajouter l’équivalent de 7600 km2 de milieux marins protégés.

Terres convoitées

Selon lui, la tâche risque d’être plus ardue pour le territoire terrestre, et ce, même si près de 125 000 km2 de milieux naturels ont déjà été ciblés pour des projets d’aires protégées, ce qui porterait la protection à 18 % du territoire québécois.

Les groupes environnementaux estiment que le problème réside dans le fait que certains ministères chargés de la gestion de l’exploitation des ressources naturelles bloqueraient la mise en place de certains projets.

« C’est toujours possible d’atteindre l’objectif de 17 %, mais ça va exiger davantage de cohérence de la part du gouvernement. Il faudra un signal clair pour indiquer qu’on veut agir de façon cohérente et mettre un terme aux obstructions systématiques de certains ministères, qui nous empêchent d’aller de l’avant », a insisté M. Branchaud.

Par exemple, dans le Bas-Saint-Laurent, des projets de protection de milieux naturels seraient tout simplement bloqués depuis plusieurs années, en raison de la présence de permis d’exploration pétrolière et gazière.