Quand la jeunesse monte au front pour le climat

Vendredi, des étudiants de plus de cent pays ont fait la grève pour le climat. Des jeunes qui critiquent sévèrement l’inaction de leurs dirigeants et qui devront subir l’impact des mesures tièdes prises pour lutter contre la crise climatique. Et s’ils avaient raison de monter ainsi au front ?

Vous parlez seulement d’une éternelle croissance économique “verte”, parce que vous avez trop peur d’être impopulaires. Vous ne parlez que d’aller vers l’avant, avec les mêmes mauvaises idées qui nous ont conduits dans ce bourbier. Vous n’êtes pas assez matures pour dire les choses telles qu’elles sont. Même ce fardeau-là, vous nous le laissez, à nous, les enfants. »

Ce plaidoyer, c’est celui de Greta Thunberg. La jeune Suédoise alors âgée de 15 ans, totalement inconnue, s’adresse aux dirigeants politiques au dernier jour de la 24e Conférence de l’ONU sur le climat (COP24), en décembre dernier. Elle livre avec aplomb un discours sans équivoque, mais devant une salle pratiquement vide.

Elle ne déroge pourtant pas de son discours, destiné aux délégués des 195 pays réunis en Pologne, qui ont échoué à rehausser l’ambition climatique mondiale malgré la menace qui plane sur la planète. « Vous dites que vous aimez vos enfants […], mais vous détruisez leur avenir devant leurs yeux », laisse-t-elle tomber.

Devenue virale sur les réseaux sociaux, la vidéo a fait le tour du globe en quelques jours, faisant de la jeune fille l’instigatrice d’un mouvement mondial de « grève étudiante pour le climat ». Après avoir entamé seule une campagne de grèves hebdomadaires chaque vendredi depuis août 2018, les choses changent radicalement après la COP24. En quelques semaines, des débrayages similaires se multiplient, des États-Unis au Japon en passant par l’Allemagne, l’Australie ou la Belgique.

Le Québec emboîte le pas

Partout, le message des jeunes est le même : « Nous sommes l’avenir sans voix de l’humanité. Nous n’accepterons plus cette injustice. » Il a fait son chemin jusqu’au Québec, dans la foulée du mouvement « La planète s’invite au Parlement », à l’origine d’une manifestation de dizaines de milliers de personnes à Montréal en novembre dernier, et du « Pacte pour la transition », signé par environ 266 000 personnes. Sans oublier la « Déclaration d’urgence climatique », appuyée par plus de 300 municipalités.

C’est dans ce contexte qu’est né le collectif « La planète s’invite à l’université », à l’initiative d’étudiants réunis au café d’anthropologie de l’Université de Montréal, raconte Louis Couillard, étudiant en études internationales, membre du collectif instigateur du mouvement de grève du 15 mars au Québec.

« De plus en plus de jeunes ont le sentiment qu’il est trop tard. Il faut lutter contre cela, sinon on ne pourra pas y arriver », dit-il, surpris de l’ampleur prise par le mouvement en un mois à peine.

Pour lutter contre la crise climatique, Raphaël Leblanc a pour sa part choisi d’agir « au quotidien », mais aussi de s’impliquer au sein des mouvements étudiants. Ce jeune étudiant en génie à l’École de technologie supérieure (ETS), bien au fait de la réalité scientifique « choquante » du réchauffement global, se dit « encore plus choqué » par la tiédeur des solutions avancées. « Tout le monde est informé, personne ne peut se mettre la tête dans le sable. Mais ça m’inquiète de voir le peu de solutions proposées. Les gouvernements doivent regarder attentivement ce qui doit être fait pour limiter le réchauffement climatique. Les gestes individuels ne suffisent pas », lance-t-il.

L’appel de ces jeunes à leurs aînés — qui tiennent les rênes des pouvoirs politique et économique — est on ne peut plus clair. « Les décideurs doivent comprendre que les déclarations où ils affirment travailler pour les générations futures ne suffisent plus. Les jeunes veulent des changements de grande envergure dès maintenant. Il faut que les décideurs comprennent ça », insiste la directrice générale d’Environnement jeunesse, Catherine Gauthier.

Un monde menacé

Les politiciens ne peuvent plus ignorer le cri du coeur d’une partie de la jeunesse. Publiquement, tous disent vouloir lutter contre la crise climatique au nom des jeunes générations. Or, même si plusieurs études scientifiques le démontrent, aucun d’entre eux n’admet tout haut, à Québec comme à Ottawa, qu’un échec climatique mondial se dessine, avec d’éventuelles conséquences irréversibles pour la vie sur Terre.

C’est pourtant dans un monde bouleversé que vivront les jeunes d’aujourd’hui dans 30, 40 ou 50 ans, quand leurs aînés n’y seront plus, répètent les grévistes du climat. Un monde où vont se multiplier les événements climatiques extrêmes, où les réfugiés climatiques se compteront par millions, où vont se raréfier terres agricoles et ressources en eau, où la biodiversité sera irrémédiablement menacée.

Face à cette catastrophe appréhendée, Violaine Brisebois-Lavoie, professeure au collège de Bois-de-Boulogne (où les étudiants ont appuyé la grève), se dit « fière » de la mobilisation des jeunes autour de l’enjeu climatique. « Ils savent que ça va mal, qu’on ne fait pas grand-chose. Et ça les angoisse. Ils savent que les impacts vont s’aggraver et veulent que quelque chose se passe. »

Désaveu global

Le sociologue Éric Pineault, qui séjourne depuis quelques mois en Allemagne, constate là-bas aussi un « ras-le-bol » des jeunes, ainsi qu’« un sentiment d’impatience très palpable ». « Pour le moment, c’est une mobilisation très spontanée avec un discours pas très organisé, mais il prend forme. Les jeunes parlent notamment des “limites” à fixer à la croissance économique, ou de mettre fin à l’exploitation des énergies fossiles. Certains parlent même de ne plus prendre l’avion. Ça va plus loin que le mouvement altermondialiste dans les changements sociaux qui sont réclamés. »

M. Pineault perçoit aussi dans ce discours un « désaveu du développement durable », un terme galvaudé depuis déjà quelques années. « Ils nous disent : “Depuis 25 ans, vous promettez de régler cette question, mais vous ne faites rien. On ne vous croit plus.” »

Un discours incarné par la jeune Greta Thunberg à Davos. « Les adultes ne cessent de répéter qu’il faut donner de l’espoir aux jeunes. Mais je ne veux pas de votre espoir. […] Je veux que vous paniquiez. Je veux que vous ressentiez la peur que je ressens tous les jours. […] Je veux que vous agissiez comme si la maison était en feu, parce que c’est précisément ce qui se passe. »

Objectif 2050

Les gestes à poser pour limiter le réchauffement climatique à 2 °C

Émissions de GES
Sabrer les émissions de CO2 de 45 % d’ici 2030 (par rapport à 2010). Atteindre un « zéro net » d’émissions de CO2 vers 2050.

Alimentation
La transition à une diète « flexitarienne » ou un régime « à base de plantes » sera nécessaire pour limiter les émissions de GES liées à la production de viande. À l’échelle mondiale, il faudra réduire en moyenne de 75 % la consommation de viande rouge. Au Canada, ce recul serait de l’ordre de 85 %, soit l’adoption d’un seul repas à base de viande par semaine.

Énergie
Dans un contexte où la population mondiale devrait atteindre plus de neuf milliards de personnes en 2050, l’humanité devrait faire un effort significatif dans le but de réduire de plus de 30 % sa consommation totale d’énergie, et ce, par rapport au niveau de consommation de 2010. Le GIEC évoque en outre le développement marqué de la filière nucléaire, afin de « décarboniser » la production d’énergie.

Transport
Le transport routier pèse lourd dans le bilan carbone mondial (43 % des GES du Québec en 2016), l’électrification complète de ce secteur est donc perçue comme une priorité. Le gouvernement Trudeau vise à ce que 100 % des voitures vendues au Canada en 2040 soient électriques.

Sources : Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), Nature (octobre 2018)

Consultez la suite du dossier