Jour de grève pour la planète

Des écoliers manifestent pour souligner des progrès insuffisants en matière de lutte contre le changement climatique à Wellington en Nouvelle-Zélande, le 15 mars 2019.
Photo: Marty Melville Agence France-Presse Des écoliers manifestent pour souligner des progrès insuffisants en matière de lutte contre le changement climatique à Wellington en Nouvelle-Zélande, le 15 mars 2019.

Des dizaines de milliers d’élèves doivent marcher dans les rues partout au Québec et ailleurs dans le monde, vendredi après-midi, pour réclamer des actions contre les changements climatiques. Malgré des votes de grève en bonne et due forme, des écoles et universités ont prévenu les élèves qu’ils sortiraient manifester à leurs risques et périls, parce que les cours sont maintenus.

Selon le dernier bilan de la mobilisation publié jeudi, 148 500 élèves de toutes les régions du Québec, y compris Montréal, se sont donné rendez-vous dans la rue pour crier haut et fort leurs inquiétudes pour l’avenir de la planète. Des dizaines d’associations étudiantes du secondaire, du cégep et de l’université ont voté la grève en appui au mouvement international pour le climat.

Certains manifestants défieront des interdits : les cours, stages et examens se dérouleront comme prévu malgré les appels à la grève dans les principales universités. L’Université de Montréal, l’Université du Québec à Montréal (UQAM), l’Université de Sherbrooke, l’Université du Québec en Outaouais et l’Université du Québec à Trois-Rivières ont confirmé que les « activités pédagogiques » sont maintenues.

« Les professeurs sont invités à se présenter aux cours. Ce sont eux qui jugent si les conditions pédagogiques sont réunies ou pas pour donner les cours, de même que pour les façons de couvrir la matière le cas échéant », a indiqué au Devoir Sophie Langlois, porte-parole de l’UdeM.

La Faculté de médecine de l’établissement a insisté pour le maintien intégral de toutes les activités pédagogiques, malgré un vote majoritaire des étudiants pour la grève. « Nous sommes consternées qu’une faculté, clamant haut et fort vouloir faire de l’engagement social une de ses priorités, montre autant de résistance face à une cause qui est la sienne », a déclaré au Devoir Gabrielle Denault, étudiante en médecine de troisième année à l’Université de Montréal, dans un message cosigné par sa collègue Gabrielle Landry.

« La Faculté de médecine aurait dû être un des principaux acteurs promouvant ce mouvement. L’environnement est un problème de santé publique et la Faculté ne semble pas avoir pris ses responsabilités dans ce dossier. Qui représente-t-elle ? Que représente-t-elle ? C’est avec déception que nous constatons la futilité du pouvoir étudiant, ce qui ne nous empêcherait pas pour autant de continuer à lutter, avec ou sans la Faculté. »

De son côté, la Commission scolaire de Montréal maintient ses activités toute la journée, mais permet aux élèves d’aller manifester, à la condition que leurs parents justifient leur absence auprès de leur école.

Appuis politiques

De passage à Montréal jeudi, les ministres de l’Environnement du Québec et du Canada ont offert leur appui aux jeunes qui feront la grève pour réclamer des politiques climatiques plus ambitieuses. Le ministre Benoit Charette a assuré que le budget qui sera déposé jeudi prochain fera écho aux préoccupations des jeunes en matière d’environnement. Sa collègue fédérale Catherine McKenna a expliqué que le Canada, qui détient les troisièmes réserves pétrolières en importance au monde, se trouve dans un processus de « transition » énergétique.

La mairesse Valérie Plante a elle aussi salué la mobilisation des élèves. Montréal fait partie d’un groupe de neuf villes — avec Paris, Milan, Sydney, Austin, Philadelphie, Portland, Oslo et Barcelone — qui ont invité vendredi des élèves à venir discuter des enjeux climatiques.

Avec Jeanne Corriveau


Nobel de la paix?

L’adolescente suédoise Greta Thunberg, instigatrice de la « grève de l’école pour le climat », a été proposée pour le prix Nobel de la paix 2019. « Greta Thunberg a lancé un mouvement de masse dans lequel je vois, peut-être, la principale contribution à la paix », a fait valoir un député norvégien ayant proposé sa candidature. La jeune fille est devenue une égérie de la lutte contre les dérèglements climatiques. C’est elle qui a appelé à une « grève mondiale » des élèves vendredi.