Énergie Saguenay: le projet de GNL Québec générera plus de 7 millions de tonnes de GES

Le gaz naturel liquéfié serait exporté par des méthaniers empruntant le Saguenay et le Saint-Laurent.
Photo: Koji Sasahara associated Press Le gaz naturel liquéfié serait exporté par des méthaniers empruntant le Saguenay et le Saint-Laurent.

Les émissions annuelles de gaz à effet de serre liées au projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel Énergie Saguenay atteindront plus de sept millions de tonnes. Cela équivaut à annuler en une seule année l’essentiel des réductions d’émissions du Québec depuis 1990. Mais puisque la vaste majorité de ces émissions seront dues à l’exploitation du gaz albertain qui sera transporté jusqu’au complexe, le gouvernement fédéral et celui du Québec n’en tiendront pas compte dans leur décision sur le projet.

GNL Québec a présenté mercredi aux médias les grandes lignes de certains éléments qui font partie de l’étude d’impact que l’entreprise vient de déposer au ministère de l’Environnement du Québec, ainsi qu’à l’Agence canadienne d’évaluation environnementale. Ces documents techniques totalisent pas moins de 5000 pages.

Dans le cadre de la réalisation de son étude d’impact, l’entreprise a commandé une « analyse de cycle de vie », et ce, « sur une base volontaire », a précisé la directrice des communications, Stéphanie Fortin. GNL Québec a ainsi mandaté le Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) afin d’évaluer toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à la mise en service de son complexe industriel de liquéfaction de gaz naturel albertain.

Selon ce qu’a expliqué l’analyste Pierre-Olivier Roy, de Polytechnique Montréal, lors de la présentation de GNL Québec, cette modélisation prend en compte les émissions liées à l’exploration gazière, à l’exploitation du gaz naturel en Alberta (très majoritairement par fracturation), son traitement, son transport et sa liquéfaction à la future usine d’Énergie Saguenay.

Ainsi, en tenant compte de toutes les émissions de GES dites « en amont », mais aussi de celles générées par l’usine d’Énergie Saguenay, M. Roy a précisé au Devoir que les émissions annuelles totales atteindraient « 7000 kilotonnes équivalent CO₂ », soit plus de sept millions de tonnes de GES. Un document fourni en « annexe » de l’étude d’impact chiffre pour sa part le total des émissions, incluant la liquéfaction, à plus de 7,8 millions de tonnes, dont près de 3,4 millions de tonnes uniquement pour l’« extraction » du gaz.

À titre comparatif, la controversée cimenterie de Port-Daniel, en Gaspésie, doit générer au maximum deux millions de tonnes de GES par année. Lorsqu’on regarde le plus récent bilan des émissions de GES du Québec, on constate aussi que le chiffre de sept millions de tonnes équivaut à la quasi-totalité des réductions d’émissions de GES du Québec pour la période qui va de 1990 à 2016. Au cours de cette période de 26 ans, les émissions de la province sont passées de 86,46 millions de tonnes à 78,56 millions de tonnes, soit une réduction de 7,9 millions de tonnes.

Qui plus est, l’analyse du CIRAIG démontre que « 90 % des émissions de gaz à effet de serre du cycle de vie » seront produites en amont du projet, essentiellement lors de l’« extraction » et du « traitement » du gaz, donc lors des étapes qui justifient l’existence même du complexe industriel Énergie Saguenay.

Le reste des GES, soit 10 % du total, seront produits par l’usine et le terminal maritime. Dans ce cas, GNL Québec a toutefois promis la « carboneutralité », c’est-à-dire que l’entreprise s’est engagée à « compenser » les émissions de GES. La direction a d’ailleurs affirmé mercredi que son usine sera « le complexe le plus propre au monde » pour ce type d’industrie. Selon l’analyse du cycle de vie du CIRAIG, l’usine et le terminal émettront 33 % moins de GES qu’un complexe similaire qui serait exploité « dans le golfe du Mexique », a indiqué M. Roy.

 

Votre navigateur ne supporte pas le type d’image. Veuillez le mettre à jour.


Émissions ignorées

Fait à noter, les « émissions directes » produites sur le site industriel au Saguenay sont les seules qui seront prises en compte par le gouvernement fédéral dans sa décision d’autoriser, ou non, le projet d’exportation de gaz naturel. Toutes les autres émissions, dont celles imputables à l’exploitation gazière, sont écartées de la définition du « projet », puisqu’elles « échappent » au promoteur, soit GNL Québec. Quant au gouvernement de François Legault, il a déjà signifié qu’il n’exigera pas d’évaluation des émissions de la production gazière qui sera liquéfiée sur le territoire québécois, à raison de 11 millions de tonnes par année.

En présentant son projet mercredi, GNL Québec a par ailleurs soutenu que le gaz qui sera exporté vers d’éventuels acheteurs européens et asiatiques permettra de « réduire » les GES mondiaux de 28 millions de tonnes par année.

M. Roy, du CIRAIG, a cependant expliqué par la suite au Devoir qu’il n’est pas possible, pour le moment, de confirmer cette affirmation du promoteur « de façon indépendante ». « On ne peut pas se prononcer sur cet aspect », a-t-il dit, rappelant qu’il demeure des « incertitudes » sur l’utilisation finale de ce gaz, mais aussi sur les possibilités qu’il remplace des sources d’énergie plus polluantes. Selon lui, il est néanmoins plausible que le projet permette de réduire les GES ailleurs dans le monde.

Ce qui est certain, c’est que le gaz qui sera transporté par gazoduc jusqu’au Québec sera en « très grande majorité » du gaz exploité par fracturation, a indiqué l’analyste Pierre-Olivier Roy. GNL Québec n’exerce officiellement pas de contrôle sur le type de gaz qui lui sera vendu, puisque tout ce gaz venu de l’Ouest est acheminé via la « Canadian Mainline », une conduite exploitée par TransCanada.

À voir en vidéo