Six ex-ministres de l'Environnement somment François Legault d'adopter le projet de loi sur le climat

Les signataires décrivent leur initiative comme un «geste sans précédent» qui va «au-delà de toute partisanerie politique» afin de répondre à l’urgence climatique.
Photo: Daniel Barnes / Getty Images Les signataires décrivent leur initiative comme un «geste sans précédent» qui va «au-delà de toute partisanerie politique» afin de répondre à l’urgence climatique.

Six anciens ministres de l’Environnement du Québec unissent leurs voix pour demander au gouvernement Legault d’adopter le projet de loi sur le climat soumis en décembre par Dominic Champagne au nom des signataires du Pacte pour la transition.

Dans une lettre transmise lundi au premier ministre François Legault, Clifford Lincoln, Lise Bacon, Paul Bégin, Thomas J. Mulcair, Daniel Breton et Isabelle Melançon « exhortent » l’Assemblée nationale à adopter « dès maintenant » le projet de loi intitulé Loi visant à assurer le respect des obligations climatiques du Québec.

Cette proposition législative, rédigée par les juristes Michel Bélanger et Mario Denis, fixe des objectifs de réduction des gaz à effet de serre (20 % pour 2020, 37,5 % pour 2030, 80 à 95 % pour 2050) et suggère de les rendre obligatoires. Le projet de loi prévoit également d’obliger le gouvernement à faire en sorte que tous les règlements et toutes les lois adoptés par l’État québécois respectent l’atteinte de ces cibles.

« Tout en donnant force de loi aux cibles de réduction des émissions de GES, ce projet de loi vise le sommet même de l’État québécois, soit le Conseil des ministres et ses membres, en obligeant que chacune de leurs décisions soit compatible, donc cohérente, avec l’atteinte de ces cibles », soulignent les six signataires.

Ceux-ci décrivent leur initiative comme un « geste sans précédent » qui va « au-delà de toute partisanerie politique » afin de répondre à l’urgence climatique.

« Nous avons déjà du retard, et le temps ne nous permet plus d’ignorer ni de retarder les décisions nécessaires pour contenir le réchauffement climatique et éviter l’emballement à venir », écrivent les ministres, dont quatre ont été élus sous la bannière libérale et deux ont siégé dans un gouvernement péquiste.

« Nous convions le gouvernement actuel, les partis d’opposition à l’Assemblée nationale ainsi que les forces vives de la société civile à faire front commun » pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, réclament-ils.

Dans la déclaration, il est mentionné que le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, qui a été ministre de l’Environnement de 2012 à 2014, appuie « sans réserve » la démarche de ses confrères. Il n’a toutefois pas apposé sa signature au bas de la lettre « afin de laisser aux élus du Québec la responsabilité de voter les lois à l’Assemblée nationale ».

La déclaration des six ministres, envoyée lundi à François Legault, est accompagnée d’une lettre signée par 18 professeurs de droit de l’environnement qui appuient l’adoption du projet de loi.

« Dans un contexte où l’erreur n’a plus sa place, ces moyens [pour combattre le réchauffement climatique] doivent être encadrés par une loi qui assurera leur efficacité et leur cohérence. Il ne s’agit pas de s’imposer des obligations écrasantes, mais d’avoir le courage de s’astreindre à celles que le défi climatique rend indispensables », écrivent-ils.

À voir en vidéo