Premier projet d'exploitation pétrolière en Gaspésie

Photo: Thierry Haroun Le Devoir Le premier projet d’exploitation de la province doit se poursuivre jusqu’en 2060.

L’entreprise Cuda Pétrole et gaz compte lancer le premier projet d’exploitation pétrolière commerciale du Québec en forant au moins 30 puits dans un secteur situé à l’ouest de Gaspé. Selon les documents déposés par cette filiale d’une entreprise albertaine, le gisement d’énergies fossiles devrait produire plus de 15 millions de barils et serait exploité jusqu’en 2060.

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a publié jeudi au Registre des évaluations environnementales l’« Avis de projet » déposé par Cuda, daté du 30 novembre 2018, ainsi que la « Directive » du ministère pour l’étude d’impact du projet, datée du 20 décembre.

Le Devoir a d’ailleurs tenté, en vain, d’obtenir des précisions de la part du MELCC et du cabinet de la ministre MarieChantal Chassé sur l’évaluation environnementale à venir. On sait cependant que les citoyens, les groupes et les municipalités ont jusqu’au 1er février pour soumettre leurs « observations sur les enjeux que l’étude d’impact du projet devrait aborder ».

Quant à l’Avis de projet publié jeudi, il précise que Cuda Pétrole et gaz, une entreprise née du « regroupement » en août dernier de Junex et de l’albertaine Cuda Energy, prévoit la « mise en production du gisement Galt Sud-Ouest », situé à environ 20 km à l’ouest de la ville de Gaspé, en Gaspésie.

  Votre navigateur ne supporte pas le type d’image. Veuillez le mettre à jour.


Selon les données présentées par l’entreprise, le gisement se trouverait à une profondeur variant d’un à trois kilomètres, sur une superficie d’environ 20 km2. La quantité de pétrole « récupérable » est estimée à un maximum de 15 millions de barils, soit l’équivalent de 42 jours de consommation pour le Québec, au niveau actuel de consommation.

Tout ce pétrole devrait être extrait sur « une quarantaine d’années », après le forage des différents puits, prévu de 2020 à 2025. Cela signifie que l’exploitation pourrait se poursuivre « jusqu’en 2060 ». Au pic de productivité du gisement, on prévoit que la production quotidienne atteindrait plus de 3000 barils.

Aucune fracturation

« Il s’agit d’un réservoir pétrolier conventionnel dont la production ne nécessite pas de fracturation hydraulique », indique en outre le document présenté au MELCC.

On ne précise toutefois pas si des forages horizontaux seront nécessaires pour l’exploitation. Dans le cadre des travaux d’exploration menés au cours des dernières années, Junex avait réalisé de tels forages, notamment dans le cadre de ses « essais de production » qui ont permis de récupérer quelques milliers de barils de pétrole.

Cuda Pétrole et gaz, dont Investissement Québec est actionnaire, évalue qu’« une trentaine de puits producteurs seront nécessaires » pour extraire le pétrole. On estime cependant que le nombre de puits à forer pourrait grimper à trente-sept, « afin de prendre en compte les aléas techniques et géologiques ».

Le forage de chaque puits « nécessite l’utilisation » de 150 000 litres d’eau, selon ce que précise l’Avis de projet. Cette eau proviendra d’un « prélèvement autorisé » ou de la « réutilisation des opérations précédentes ». En supposant que le nombre de puits forés se limite à trente, les forages pourraient nécessiter 4,5 millions de litres d’eau.

En plus des sites de forages, qui « seront localisés à des endroits suffisamment éloignés des cours d’eau », l’entreprise prévoit de construire un réseau de pipelines qui permettront de transporter le pétrole brut jusqu’à un site de stockage situé près de la route 198.

L’Avis de projet ne précise pas comment sera alors transporté le pétrole, qui sera vraisemblablement transbordé à bord de camions-citernes affrétés par les « différents clients » qui achèteront la production. Il n’a pas été possible jeudi d’obtenir des précisions auprès de l’entreprise, qui n’a pas répondu aux appels et aux courriels du Devoir.

En plus de la production pétrolière, le gisement de Galt produira du gaz naturel. Cuda Pétrole et gaz n’a pas encore décidé de la façon dont elle disposera de ce gaz, qui devrait être brûlé lors des « essais de production », ce qui générera des gaz à effet de serre. L’idée de le vendre serait toutefois jugée « très intéressante » lors de la période de production pétrolière commerciale.

Opposition

Quant au site visé pour ce premier projet d’exploitation pétrolière, il est bordé d’« écosystèmes forestiers exceptionnels », mais aussi d’un « projet de refuge biologique ». Qui plus est, les cours d’eau du secteur sont situés dans le bassin hydrographique de la rivière York, « une rivière à saumon importante pour la région ».

Est-ce que le gouvernement de la Coalition avenir Québec est favorable à ce développement pétrolier ? Le cabinet du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a indiqué jeudi que le ministre serait de retour au bureau lundi prochain.

Des groupes citoyens de la région s’opposent depuis plusieurs années aux projets pétroliers en Gaspésie, une région convoitée depuis plus d’un siècle par les entreprises pétrolières, mais qui n’a jamais produit du pétrole sur une base commerciale. Selon la liste des permis d’exploration pétrolière et gazière du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, on retrouve actuellement plus de 21 580 km2 de permis dans la région. Le projet Galt, qui fait l’objet d’une demande de bail de production, totalise seulement 214 km2.

Les groupes environnementaux s’opposent aussi à ces projets d’extraction d’énergies fossiles. Contacté jeudi, le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin, a critiqué le moment choisi pour publier les documents sur le projet. « Il est totalement irrespectueux et inacceptable qu’une consultation publique soit lancée le 2 janvier, alors que les gens et les administrations municipales concernés sont encore en congé », a-t-il dit.

18 commentaires
  • Bernard LEIFFET - Abonné 4 janvier 2019 08 h 33

    Pétrole, gaz...C'est parti!

    Le manque d'informations concernant le projet d'exploitation de nos ressources près de Gaspé est probant : la CAQ n'est pas du tout intéressée à protéger l'environnement, pire même, les ministères de ce gouvernement collaborent avec une compagnie de l'Alberta. Quand je disais récemment que le Premier Ministre du Québec lâchait tranquillement du lest vis-à-vis de « l'énergie sale », on en a la preuve. Or les mains sales vont se propager comme tout fluide en liberté. Plus ça change, plus c'est pareil, et ce gouvernement me dérange tout autant que le précédent. Les petits génies devront bientôt reconnaître qu'ils n'y peuvent rien, c'est la faute du PLQ. La ritournelle est déjà en route : le coût des rénovations de la voie du chemin de fer en Gaspésie dépasse de loin les prévisions, dont le cent millions de dollars...Des ambitions c'est bien, encore fallait-il être plus réaliste en regard de l'économie du Québec et des milliards qu'il faudrait consacrer à l'Éducation, à la Santé et à l'Environnement! Foutaise, gargarisme, magouille et désappointement Monsieur Legault. J'oubliais, on ne dirige pas un gouvernement comme une société privée dont les objectifs sont aux antipodes...

  • Marc O. Rainville - Abonné 4 janvier 2019 08 h 50

    Sauf erreur

    Si jamais Le devoir se fend d’un éditorial pour commenter ce dossier envionnemental, ça sera une première historique.

  • Michel Lebel - Abonné 4 janvier 2019 09 h 01

    Ça va se corser!

    Et c'est parti! À vous de jouer maintenant madame la ministre Chassé. La récréation devrait se terminer bientôt.

    M.L.

  • Marie Nobert - Abonnée 4 janvier 2019 09 h 12

    Une autre «péninsulte»!

    Sans commentaire. Misère!

    JHS Baril

  • Gilles Bousquet - Abonné 4 janvier 2019 09 h 27

    Au contraire, ça protégerait notre environnement et celui de la planète

    À la place d'importer, de loin, par bateau ou autrement ce pétrole, on le produirait localement. Ça ne ferait pas plus de pétrole consommé sur terre mais...moins, en considérant les dépenses énergétiques du transport.

    • Daniel Grant - Abonné 4 janvier 2019 18 h 02

      Non M. Bousquet, le Québec peut créer de la Prospérité Sans Pétrole par notre surplus d’électricité et notre savoir-faire qui pourrait servir à mettre en pratique tous les projets d'énergie propre (IRENA.ORG).

      Il est trop tard pour faire confiance au pétrole, j’ai cessé de penser comme ça en 2010 après avoir investi naïvement dans Pétrolia et de réaliser après coup comment cette industrie est corrompue et irresponsable.

      Il vaut mieux continuer à importer et de diminuer l’importation progressivement pendant la transition vers les énergies renouvelables, que d’espérer naïvement qu’on pourrait nous aussi devenir une Statoil de Norvège qui a réussi elle, à faire un fond souverain intelligent et très lucratif, contrairement à l’Alberta qui l’a tout dilapidé et qui dépend de nos subventions.

      L’industrie du pétrole/gaz n’existe que pcq elle a été exemptée de toutes les lois de protection de l’environnement donc elle est totalement « irresponsable » des dégâts sur la santé et l’environnement.

      Elle peut déverser ses vidanges toxiques dans l’air qu’on respire, dans notre eau potable et sur nos terres arables sans payer leurs taxes de vidanges comme tous les citoyens responsables doivent le faire et en plus on les subventionne pour nous polluer, on marche sur la tête.

      Tout ça pour une « job »??