La grande désillusion de l'écologiste Nicolas Hulot

Le ministre français de la Transition écologique a pris tout le monde par surprise en annonçant son retrait de la vie politique.
Photo: Bertrand Guay Agence France-Presse Le ministre français de la Transition écologique a pris tout le monde par surprise en annonçant son retrait de la vie politique.

Enfermée dans un système économique qui mène à la catastrophe écologique, l’humanité a déjà basculé dans une véritable tragédie environnementale, dont elle s’accommode dans une relative indifférence.

Ce constat, implacable, n’est pas celui d’un groupe écologiste, mais bien celui d’un ministre de l’Environnement d’un pays du G7, Nicolas Hulot, qui a démissionné de son poste mardi, au terme d’un passage en politique qui l’a mené à une désillusion complète.

Dans le cadre d’une longue entrevue sur France Inter, le ministre français de la Transition écologique a pris tout le monde par surprise en annonçant son retrait de la vie politique, à peine 15 mois après avoir été nommé au gouvernement par le président Emmanuel Macron. Même ce dernier n’était pas au courant des intentions de son ministre.

Voyez l'entrevue de Nicolas Hulot sur France Inter
 


« Je n’y crois plus », a laissé tomber Nicolas Hulot, en évoquant « la pression du court terme », qui pousse les dirigeants politiques à reléguer aux « dernières priorités » des enjeux environnementaux pourtant criants. « Est-ce que nous avons commencé à réduire nos émissions de gaz à effet de serre ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à réduire notre utilisation des pesticides ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à enrayer l’érosion de la biodiversité ? La réponse est non », a-t-il insisté.

« La planète est en train de devenir une étuve, nos ressources naturelles s’épuisent, la biodiversité fond comme la neige au soleil, et ce n’est toujours pas perçu comme un enjeu prioritaire », a rappelé celui qui avait suscité de grands espoirs au moment de sa nomination, en raison de son engagement écologiste depuis plusieurs années. « Je ne comprends pas que nous assistions globalement à la gestation d’une tragédie bien annoncée dans une forme d’indifférence », a-t-il ajouté.

Globalement, l’humanité est effectivement sur une trajectoire climatique très risquée et toujours loin des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat en raison de la faiblesse des engagements des États signataires. Quant à la biodiversité de la planète, les rapports scientifiques qui se succèdent ne font que constater des reculs majeurs et rapides.

Le problème, selon M. Hulot, c’est que l’humanité est enfermée dans un modèle économique « dominant » qui est nuisible à la vie sur Terre. « Pour être très sincère, et cela vaut aussi pour la communauté internationale : on s’évertue à entretenir, voire à réanimer un modèle économique qui est la cause de tous ces désordres », a-t-il fait valoir, quelques instants avant d’annoncer, en ondes, sa démission.

Emmanuel Macron a déclaré plus tard « respecter » la décision de Nicolas Hulot. « Je respecte sa liberté, je souhaite compter sur son engagement sous une autre forme et là où il sera », a dit le président français, en défendant son bilan en matière écologique. Ce travail « va se poursuivre », a-t-il ajouté.

Disant avoir souffert dans ses fonctions de ministre, M. Hulot a toutefois dénoncé une dynamique d’« affrontements perpétuels » de la classe politique, « au moment où l’humanité a emprunté un chemin tragique ». Résultat : « la France n’en fait pas assez, l’Europe n’en fait pas assez et le monde n’en fait pas assez ».

Si l’ancien militant a enregistré des victoires, comme l’abandon de la construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, dans l’ouest du pays, il a aussi connu des déceptions et a été contraint de faire des compromis. Il avait notamment dû souscrire au report de l’objectif consistant à réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 % en 2025. Mardi, il a qualifié ce recours au nucléaire de « folie inutile » à laquelle « on s’entête ».

Problème systémique

Chargé de cours à la Faculté d’administration de l’Université de Sherbrooke, François Delorme estime que cette démission « inédite » témoigne de l’« impuissance » de Nicolas Hulot à s’attaquer « à la racine du problème ». « Comme notre système est basé sur les résultats du prochain trimestre ou sur la volonté d’être réélu, aucune structure n’envisage les enjeux de long terme, comme les problèmes environnementaux. »

Qui plus est, « on cherche des solutions avec ce système, sans admettre que ce système fait partie du problème », estime M. Delorme. « Mais nous n’avons pas le choix. Nous sommes dans un cul-de-sac et nous nous approchons du mur. Est-ce que c’est une fois au point d’impact que nous allons nous dire qu’il faut faire quelque chose ? »

Directeur général de la Fondation David Suzuki pour le Québec, Karel Mayrand juge que le départ de Nicolas Hulot illustre l’impossibilité « d’une réforme écologiste dans une gouvernance néolibérale ». « Est-ce qu’il faudrait un mouvement politique très fort ? Quel est le rapport de force qu’il faut créer ? Ce sont des questions qui se posent plus que jamais. »